Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Championnats du monde
Dans les coulisses du mondial U18
 
Grenoble organisera le mondial U18 D1.A de l'équipe de France du 14 au 20 avril. Si le club de Grenoble a obtenu cette organisation en se portant candidat, comment ce dossier se prépare-t-il et quelles en sont les implications ?
 
Grenoble, Hockey Hebdo Jean-Christophe Salomé le 20/03/2019 à 12:30
Grenoble s'est porté candidat auprès de la fédération française pour organiser le championnat du monde U18 Division 1 Groupe A en 2019. La candidature a été retenue lors du congrès de l'IIHF qui a eu lieu lors du dernier championnat du monde élite en 2018, soit un peu moins d'un an avant le début de la compétition.

Grenoble n'est pas le premier club à organiser un tel événement en France. Les précédents championnat du monde organisés en France ont eu lieu à :
Vaujany en Isère, station partenaire des Brûleurs de Loups de Grenoble. Championnat du monde 2018 Division 1 Groupe A féminin, remporté par l'équipe de France
- Courchevel / Méribel, championnat du monde 2018 U20 Division 1 Groupe A
- Paris / Cologne, championnat du monde 2017 Elite masculin
- Megève, championnat du monde 2016 U20 Division 1 Groupe A
- Rouen, championnat du monde 2015 Division 1 Groupe A féminin 
- Nice, championnat du monde 2014 U18 Division 1 Groupe A
- Amiens, championnat du monde 2013 U20 Division 1 Groupe A
- Strasbourg, championnat du monde 2013 Division 1 Groupe B féminin 

Photo hockey Championnats du monde - Championnats du monde - Dans les coulisses du mondial U18


Le dernier championnat du monde U18 organisé en France remonte à 2014, à Nice. Une organisation pilotée par Alexandre Duyck qui a rejoint les Brûleurs de Loups depuis. Pour en savoir plus sur les motivations du club de Grenoble et sur les implications d'un tel événement sur le club, le mieux était d'aller demander directement à Alexandre. L'air de rien, même s'il est évident que ça ne s'organise pas la veille, on n'a pas idée de la somme des détails à gérer.

Avant d'aller en discuter, j'ai cherché le cahier des charges sur le site de l'IIHF. Celui-ci se trouve facilement, il  est à la portée de tous à condition de comprendre l'anglais (lien).
Ce document détaille avec précision les pré-requis, la taille des vestiaires, le déroulement de la compétition, les hébergements et les échéances à respecter après l'attribution de l'organisation. Seulement, rien n'est précisé sur le budget, le financement, hormis le fait que tout est à la charge de l'hôte ! Quand on reçoit des officiels IIHF, les arbitres, 6 équipes de 30 personnes sur 8 jours, qu'il faut nourrir, blanchir et transporter du matin au soir, on commence à avoir une petite idée du budget que cela représente :
- 120 chambres d'hôtel, 
- 200 repas par jour pour les équipes et officiels (hors bénévoles),
- plusieurs déplacements quotidiens par bus entre l'hôtel et la patinoire, les équipes sont prises en charge de leur arrivée à l'aéroport jusqu'à leur vol retour.
Avec un prix moyen de 70€ par chambre sur 8 jours, cela représente un budget de presque 70.000€. Si on ajoute les repas, on dépasse 100.000€ !

Du côté des équipements, l'IIHF requiert : 
- 1 vestiaire de 80m², 1 bureau de 10 m² pour le staff et un local de rangement de 10 m²  par équipe 
- 1 salle commune pour l'échauffement avec 20 vélos
- la patinoire doit être réservée exclusivement pour le championnat du monde, même lors des jours de repos
- l'éclairage est calibré (voir le cahier des charges)

Cette liste ne représente qu'une infime partie de ce qui incombe à l'organisateur... pour le reste, c'est avec Alexandre que nous le découvrons :

Pour commencer, quelle étaient les motivations du club de Grenoble pour organiser ce mondial ?

Au début, nous avons regardé le championnat U20 qui était plus en cohérence avec notre centre de formation, sauf que c'est en décembre. C'est impossible avec les créneaux de glace avec le championnat. La patinoire est mobilisée toute la semaine, les deux pistes et tous les vestiaires sont réquisitionnés, cela fait beaucoup de contraintes sur les autres disciplines (short track, patinage) et les séances publiques.
Avec les U18, c'est en fin de saison, ça prolonge la saison de hockey et les contraintes sont moins fortes sur les autres disciplines qui sont également en fin de saison. 
Un des autres objectifs était de montrer que le club est capable d'organiser de gros événements, de renforcer les liens entre la fédération et le club pour pouvoir faciliter des candidatures sur d'autres événements, continuer à développer la notoriété du club sur les joueurs : c'est important sur la scène internationale, notamment avec la présence d'agents et de scouts. On sous-estime parfois les U18, mais ce sont les futures pépites du hockey, c'est important de laisser une belle image dans les autres pays.
L'année dernière (2018), les U18 étaient en élite quand on a fait notre candidature. Cela dépendait donc du niveau de l'équipe de France. En élite, c'est impossible de poser une candidature pour Grenoble. Le cahier des charges est complétement différent. La capacité de la patinoire n'est pas assez importante puisque ça se joue avec deux poules de six équipes (il faut deux patinoires).
La D1 nous convient bien, Pole Sud dispose de tout ce qui est nécessaire. Il y a assez peu de patinoires en France qui ne nécessitent pas d'aménagements énormes. A Nice par exemple (2014), on a dû créer des vestiaires et utiliser la piscine à côté. Notre seul aménagement sera d'aménager la salle de musculation en vestiaire, c'est raisonnable.

Photo hockey Championnats du monde - Championnats du monde - Dans les coulisses du mondial U18


Est-ce que le cahier des charges a évolué depuis 2014 ? Est-ce que Nice pourrait organiser ce championnat du monde cette année ?

Depuis 2014, l'IIHF requiert un bureau supplémentaire par équipe pour l'entraineur, ce qui n'aurait pas été possible en 2014. Nice ne pourrait pas l'organiser avec ce cahier des charges, c'était déjà limite en 2014. Avec Pole Sud, on atteind la limite de l'accueil.
 

Après avoir pris la décision de l'organiser, quelles sont les étapes ?

Depuis février 2018, nous avons échangé avec la fédération pour candidater. Nous étions les seuls candidats en France. C'est elle qui représente le dossier français lors du congrès annuel de l'IIHF. 
Depuis la validation en mai, nous avons attaqué de suite avec des rendez-vous avec les collectivités et la patinoire pour la mise à disposition du site sur 1 semaine (15 matchs). Il fallait aussi regarder le calendrier des playoffs de Ligue Magnus. La fédération a calculé pour que tout se déroule dans de bonnes conditions. Le match 7 de la finale a lieu le mardi 9 avril, le premier jour de la compétition est le dimanche 14 avril, et les équipes arrivent le 13 Avril. Selon le déroulement des playoffs pour le club et celui de la finale, cela laisse potentiellement peu de temps pour tout préparer (il faut refaire la zone du gardien qui n'est pas encore aux standards IIHF en Ligue Magnus).

C'est beaucoup de travail, mais la dynamique sera importante pour le hockey grenoblois. C'est un an de préparation, surtout cet été. En saison, avec l'équipe Elite, on s'accorde quelques moments pour ce mondial.


En terme de budget, on se fait une petite idée en lisant le cahier des charges avec autour de 100.000€ pour les hébergements et restauration. Quelle part cela représente sur le budget global ?

Le budget total est de 200.000€. Les équipes seront hébergées sur deux sites. Le premier est juste à côté de la patinoire, ce qui soulage le budget de transport quotidien. L'autre site est l'hôtel Mercure partenaire du club. 


Comment sera financé ce mondial ? Quels sont les objectifs de résultats financiers ?
 
Il y a une grosse partie d'aide fédérale avec l'IIHF et la fédération avec l'état, sinon on ne l'aurait pas fait. Le reste, c'est avec les partenaires privés, soit du 50/50 privé - subventions/aides. Grenoble Alpes Métropoles nous met à disposition la patinoire avec les deux pistes, ce qui n'est pas négligeable.
Notre objectif est l'équilibre financier, pas de faire des bénéfices. Nous voulons faire parler du hockey et que tout le monde soit content. 
C'est assez compliqué puisqu'on ne l'a jamais fait à Grenoble, même s'il ya a eu un mondial en 2001 avec l'équipe sénior masculine. Sur ce format là, on ne sait pas combien de personnes vont venir. Notre objectif est de faire 1500 billets sur les matchs de l'équipe de France, ce qui serait un record dans ce type de championnat du monde. L'impact des playoffs des Brûleurs de Loups sera important sur le mondial derrière, il faudra surfer dessus. Nous souhaitons attirer un public différent, même s'il ne connait pas les règles. Le prix des billets est raisonnable et bas pour attirer et inciter les gens à venir pour aider l'organisation. C'est un bel événement qui va profiter au hockey dans la région.

Notre idée est de faire plus que l'accueil des matchs avec un village partenaires sur la piste ludique. L'entrée de la patinoire se fera par la piste ludique. L'entrée du village partenaire sera gratuite avec un espace d'animations, des ateliers de shoot, des stands, une partie restauration, des produits locaux pour promouvoir les produits du terroir. Cet espace sera pour tous les âges, avec des thèmes clefs chaque jour : le sport handicap, le sport féminin en lien avec la coupe du monde de football féminine (5 matchs à Grenoble), l'organisation d'un séminaire sur les paris sportifs par l'IIHF pour sensibiliser les sportifs.


C'est ambitieux !

Sur le papier, c'est bien, il faut animer cette piste ludique pour que ce soit festif et sympa. Je mise beaucoup sur ce village partenaire. L'idée est d'attirer un public différent qui ne vient pas aux matchs des Brûleurs de Loups pour des raisons de tarif, de méconnaissance des règles. 


Un tel événément ne peut pas avoir lieu sans bénévoles. Combien en faut-il ?

Entre 70 et 100 sur la semaine, avec des rotations car les gens travaillent et tous ne peuvent pas se libérer toute la semaine : pour la table de marque, les statistiques, le village partenaires, les référents pour chaque équipe. On aura de l'aide de gens de Villard de Lans et de Nice.
Pour l'avoir vécu à Nice, c'est vraiment une expérience incroyable. Ca va nous aider à souder une équipe. Même si on ne gagne rien financièrement, les gains seront ailleurs, que ce soit en licenciés ou en bénévoles. A Nice en 2014, nous avons surfé pendant 3 ans sur le mondial.
Pendant une semaine, de 6h à 23h, on sert les dents mais c'est convivial. Les joueurs sont simples et accessibles, les exigences ne sont pas énormes. Ca n'a rien à voir avec les matchs des BDL où il y a une grosse pression. Là, c'est très familial et convivial.


Au niveau logistique et matériel, qu'est-ce que cela nécessite ?

Quelques chiffres : 
- 1 tonne d'eau
- 800 bananes, 800 oranges

Les serviettes et le lavage, c'est une logistique particulière. Il en faut pour les entrainements du matin, les laver avec les maillots et sous-vêtements pour le match du soir, puis re-laver le tout pour les entrainements du lendemain matin. Ca représente un volume incroyable. A Nice, 4 personnes étaient mobilisées pour faire les rotations avec la blanchisserie. C'est aussi un budget, mais on s'est arrangé avec les hôtels.
Les repas des équipes également: en rotation, de 11h à 23h, un buffet chaud non-stop géré par les hôtels, mais aussi sur le site pour les bénévoles qui mangeront quand ils en auront le temps.

Les matchs seront retransmis sur Fanseat, avec le même dispositif que pour la Ligue Magnus (équipe envoyée par Fanseat).
Au niveau médical, il faut la présence d'un médecin lors des entrainements et des matchs. Cela nécessite la création d'une équipe médicale. Un médecin ne peut pas être à temps plein sur la semaine, il a aussi sa clientèle. Il faut prévenir les hôpitaux, avoir une ambulance à disposition et avoir un local pour les contrôles anti-dopage.

Au niveau des palets, nous avions "consommé" 1000 palets à Nice en 2014. Il en faut pour les entrainements et les échauffements. Les joueurs en gardent en souvenir, des palets sont perdus. L'IIHF en fourni 300 avec logo pour les matchs.

Il faut également des blocs électriques additionnels. La surcharge électrique est importante avec les équipements de séchage des équipes. Il arrive parfois que le courant saute en saison lors des matchs de Ligue Magnus.

Pour les jours sans match, nous devons prévoir le transport pour les équipes qui voudraient faire une excursion. Nous devons prévoir des activités, comme monter à la Bastille ou aller s'oxygéner à Vaujany chez notre partenaire par exemple. Nous avons rédigé des livrets d'accueil pour chaque équipe, dans leur langue.

 

La compétion aura lieu du dimanche 14 au samedi 20 avril, avec trois matchs sauf le mardi 16 et le vendredi 19 (journées de repos). La France joue ses match le soir à 19h30, les autres matchs ont lieu à 12h30 et à 16h. Le vainqueur jouera le mondial élite en 2020.
La France jouera la montée en élite face à l'Allemagne, le Danemark, le Kazakhstan, la Norvège et l'Ukraine.
Hockey Hebdo sera présent sur tous les matchs pour des résumés écrits et reportages photo.

Calendrier complet des matchs et billeterie en suivant ce lien (image):

 
 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...