Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Division 2
Division 2 : Bilan de la poule A
 
Petit bilan de la Poule A, à mi parcours de la première phase du championnat de la Division 2.
 
Média Sports Loisirs / la rédaction, Hockey Hebdo Patrick Poitrineau le 07/12/2017 à 13:00
Nous avions fait fin août une présentation des forces en présence dans cette division 2 séparée en deux poules géographiques. Avions-nous vu juste sur les équipes et leur poids dans le championnat? Nous avions parlé de nos craintes pour Dijon. Hélas elles se sont avérées pleinement justifiées. Presque tous les clubs ont clos la phase des matchs allés, voir même entamés la phase retour alors pourquoi pas s’adonner déjà à un premier bilan. Certes il ne peut avoir un caractère définitif à ce stade de la compétition et surtout avec la formule des play offs. Certains clubs pour lesquels on subodorait un potentiel intéressant n’ont pas ou ont tardé à le montrer et d’autres se sont carrément révélés plus ambitieux que prévu.
Photo hockey Division 2 - Division 2 - Division 2 : Bilan de la poule A
 
Nous commençons par la poule A, celle de la moitié nord de la France. Elle est prétendument plus faible. Cette impression doit venir de l’absence d’un leader fort qu’aurait pu être Dijon, de la présence de deux équipes réserves et de deux promus. Surtout on constate aussi un nombre moins important d’étrangers dans les équipes. Il faudra néanmoins attendre les play offs pour nous le confirmer.  Par contre cette poule apparaît plus équilibrée et par la même plus disputée. Attention, rappelons que si les meilleurs du groupe A comptent moins de points que les meilleurs du B cela est aussi du au fait qu’il y a une équipe de moins (9 au lieu de 10) donc moins de matchs et de points répartis.
  
Amnéville occupe la tête de cette poule après entre autre un bel exploit à Chalons, rachetant deux contre performances chez eux face à Evry/Viry et Wasquehal. Pour autant elle affiche une certaine régularité justifiant sa pôle position. Avec 6 renforts étrangers dont un gardien ils font partis de la moyenne supérieure de cette poule (encore que le bélarusse Vorobyov est considéré comme JFL). Ayant conservé un gros noyau de son effectif de la saison dernière, le nouvel entraîneur Pierrick Rézard semble en tirer le meilleur parti surtout au niveau défensif puisque c’est l’équipe la plus imperméable du groupe A.
 
Nous disions que Châlons-en-Champagne pouvait être la révélation et c’est le cas. Longtemps leader, sa « rétrogradation » s’explique en partie du fait de leur match de retard. Tout espoir leur est permis pour revenir se placer en tête d’autant que leur rencontre décalée est celle face au dernier de la poule. S’il semble que le club ai fait un recrutement judicieux au niveau de leurs étrangers, tous les 6 de Slovaquie, on peut cependant s’inquiéter qu’ils trustent quasi exclusivement le classement des meilleurs compteurs des Gaulois. Certes on demande à ses recrues d’être efficaces mais sont-ils suffisamment épaulés? En attendant  ils placent leur équipe comme la plus prolifique en attaque. Relevons quand même qu’une douzaine de français ont participé à l’évolution du score et que les dirigeants ont donc laissés une grande opportunité aux JFL de s’exprimer. En tout cas les dirigeants et les partisans ont toutes les raisons d’être satisfait de leur début en D2.
 
Meudon est à égalité de points avec les Champenois mais compte un match de plus. Après un démarrage de championnat des plus délicats (3 défaites dont 2 à domicile et 2 face aux équipes réputées les plus faibles, les réserves de Rouen et Strasbourg). Les Comètes se sont réveillées lors de la 4ème journée chez leur voisin d’Evry/Viry. Depuis les victoires s’enchaînent comme des perles, si bien que Meudon est devenu le porte drapeau du hockey francilien dans cette division. Cette équipe ne compte que quatre renforts étrangers. Si leur buteur canadien Brault est le meilleur compteur du club, il n’est pas tout seul puisque suivi de près par 4 français. Ce n’est aussi pas moins de 26 joueurs de champs, dont 15 qui ont compté au minimum une fois, et qui sont à la disposition de l’entraîneur Francis Larivée fidèle au poste depuis quelques années. Avec en plus ses 3 gardiens, on a peut être là en nombre le plus gros effectif de la division. Incontestablement cela témoigne d’une belle santé. Ils seront donc à suivre dans cette 2ème moitié de championnat.
 
L’entente Evry/Viry était attendue cette saison surtout avec le retour de Jérôme Pourtanel comme coach. On est un peu sur notre fin. Pourtant comptablement parlant le club talonne le trio de tête. Mais des résultats en dent de scie rendent cette équipe bien imprévisible. Ainsi ils sont capable de s’imposer chez le leader un samedi pour le suivant s’incliner à domicile face au dernier.  L’effectif comprend six étrangers, dont un gardien, mais ce ne sont pas eux qui pèsent le plus sur le tableau d’affichage. En effet le club peut s’appuyer sur des joueurs français expérimentés pour alimenter le tableau d’affichage comme leur capitaine Mans Papaux. Maintenant les dirigeants veulent voir cette saison comme une année de transition avant de se lancer vers la montée. Pour autant il serait étonnant qu’on ne mise pas vers des play offs à au moins deux tours et donc il est légitime (et conseillé) de viser la meilleure place possible dans cette poule.
 
Après un mauvais démarrage ponctué par 2 défaites Wasquehal semblait relancé sur de bons rails. Las cela fut douché par quelques contre performances dont cette défaite face à la réserve de Rouen. Elle pointe donc en milieu de tableau et il sera peut être difficile dans ce groupe ou les résultats surprenants ne sont pas rare de remonter dans le trio de tête. Ce club bénéficie des grosses écuries de la région telle qu’Amiens pour le prêt de jeunes joueurs sous licence bleu. Mais outre que cela pourrait créer une certaine dépendance, il est difficile dans la semaine pour l’entraîneur Fabien Chardon  de travailler une certaine cohésion surtout si en plus ce n’est pas toujours les mêmes joueurs. Son effectif étranger se limite à cinq joueurs dont 2 belges, pays voisin oblige, et ...un japonais. Plus qu’éviter la poule de relégation,  accrocher la première moitié de tableau semble une ambition légitime.
 
La réserve de Rouen, comme toutes les réserves, a pour objectif premier d’aguerrir de jeunes espoirs dont on demandera avant tout d’assurer le maintien. Pour l’instant cette jeune équipe est en voie d’assurer une place en play off ce qui serait sinon un exploit, à coup sûr une belle satisfaction à l’encadrement technique dont le coach Ari Salo qui apporte toute son expérience finlandaise. Et c’est là bien sûr le seul élément étranger parmi toute cette bande de jeunes dragons qui n’excèdent pas les 20 ans à l’exception du vétéran capitaine Alexandre Sucré. Si les ambitions immédiates sont raisonnables, ne nous y trompons pas ; les voir jouer c’est probablement l’occasion de découvrir de futurs piliers de l’élite…
 
On ne va pas se voiler la face : les Français Volants de Paris ne sont plus que l’ombre de leur passé et c’est bien triste car on parle là de l’équipe de la capitale qui dispose de surcroit de la plus belle aréna de France. Une aréna devenu bien trop grande pour nos parisiens. D’ailleurs plus prioritaires pour l’utilisation de cette mégastructure, ils n’ont pas toujours eu en ce début de saison de bonnes conditions d’entraînement. L’effectif compte trois étrangers dont un belge qui compte comme JFL et s’enrichie de quelques recrues dont la plus remarquable est Yannick Offret. Homme principalement de devoir il a du s’improviser buteur dans un effectif qui en compte guère. Tout cela ne compense pas les pertes dont l’emblématique gardien Eddy Ferhi. Incontestablement le hockey a du mal à convaincre dans la capitale, peut être un peu à l’image de la discipline qui a du mal à convaincre nombres de médias nationaux. Ce manque de moyen est bien dommage car le cliché « Paris c’est la France » a encore la vie dure, dans certains milieux médiatiques particulièrement. L’ambition du club sera essentiellement d’assurer une place en play off et elle n’est pas encore acquise. Alors espérons un sursaut d’orgueil salutaire pour les Français Volants et peut être ... pour le hockey français.
 
Valencienne avait surpris avec un beau démarrage en septembre : 2 matchs, 2 victoires. Mais le 3ème face à Evry/Viry fut un dur rappel à l’ordre dans tous les sens du terme ; gros score et grosses pénalités de méconduite. Et on remet ça la semaine suivante. Voici l’élan des Diables arrêté net. Depuis le club est à la recherche de sa 3ème victoire et il cumule la plus mauvaise attaque et la plus mauvaise défense. Pourtant les dirigeants ont fait appel à 7 renforts étrangers (même si le slovaque Matej semble avoir peu fait de matchs et on se gardera de compter les 3 joueurs de la Belgique voisine comme de véritables renforts autre que quantitatifs) mais cela ne suffit pas dans un effectif peut-être un peu court de banc dans cette division. Les play offs restent tout à fait jouable et leurs nombreux partisans attendent une réaction collective d’une équipe qui doit aussi apprendre à se discipliner.
 
Enfin la réserve de Strasbourg clos la poule. A vrai dire ces dernières années c’est souvent le cas. Mais elle talonne les 2 clubs qu’ils précédent -1 petit point- et donc reste toujours dans la course pour les play offs. Comme Rouen II, l’effectif est fort jeune et nombreux puisque 35 noms apparaissent sur l’ensemble des feuilles de match et évidement que des JFL. Elle semble néanmoins un ton en dessous de l’école rouennaise.
 
 
© 2017 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...