Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Division 2
Division 2 - Passage en revue des clubs
 
Petit passage en revue des vingt clubs qui vont disputer le championnat de France de Division 2 saison 2017-2018
 
Média Sports Loisirs / la rédaction, Hockey Hebdo Patrick Poitrineau le 22/09/2017 à 05:45
En préambule nous devons constater que le partage des 2 poules, A et B, est on ne peut plus logique géographiquement parlant. Il est bon à le souligner car cela ne fut pas toujours le cas. Voilà qui fera plaisir aux comptables respectifs des différents clubs, avec pour ne rien gâcher d’alléchants derbys.

L'interrogation qui revient chaque saison est sur l’équité sportive des groupes. Prétendre qu’un groupe est plus fort que l’autre, c’est déjà poser un pronostic quelque part et l’on sait ce qu’il advient parfois des pronostics et autres supputations d’avant saison. Néanmoins si chacun des 2 groupes a indéniablement sa particularité, un à priori se dégage pour trouver la poule B plus relevée... Cela reste à démontrer.
Photo hockey Division 2 - Division 2 - Division 2 - Passage en revue des clubs

D’abord le groupe A, c’est le Nooorrd (Façon Galabru): On y trouve les 2 seuls  équipes réserves de Magnus, Rouen et Strasbourg, intégrées à la D2. Ces « fermes »  ont souvent eu du mal à prétendre à autre chose que le maintien. Logique car l’objectif principal assigné par leurs dirigeants est de former et révéler les talents les plus prometteurs de leur centre de formation. Assurer le maintien leur suffit. Attention, s’il y a peu de chance de voir ces 2 équipes jouer les premiers rôles, à coup sûr nous y verrons les futurs grands joueurs français.

Et puis il y a Dijon. C’est presque la réserve de l’équipe élite des Ducs sauf que … celle-ci n’est plus et que là on pouvait penser que les dirigeants en profiteraient pour donner plus responsabilités aux jeunes espoirs dijonnais. Mais que nenni car si à priori peu de cadres de feu l’équipe élite sont restés pour montrer la voie, le nombre de joueurs étrangers recrutés (11 à priori soit parmi les plus gros contingents de la division) laisse à penser que tout est fait pour ne pas végéter en D2. A cela s’ajoute quelques français ayant déjà l’expérience d’au moins de la D1 et il ne faut pas chercher plus loin le grandissime favori du championnat. Maintenant on peut s’interroger sur la politique d’un club rétrogradé pour raison financière et dont l’engagement en D2 fut accordé par la CNSCG sous condition. Apparemment très vexés et remontés comme des pendules les dirigeants bourguignons ont décidés de prouver à la FFHG que leur place est en D1. Pour autant on s’attendait à ce qu’ils fassent plus confiance à leur centre de formation. La vague de recrutement laisse assez interrogatif. On peut souhaiter qu'ils osent lancer des jeunes issus de leur vivier. Mais attention à quelques jours du début du championnat l'avenir des bourguignons reste en suspens suite à une nouvelle décision de la fédération pour non respect d'obligations selon un communiqué (Source site Hockeyfrance). A suivre...

On retrouve bien sûr le cortège des équipes franciliennes. Un peu d’inquiétude pour ce groupe diminuant d’année en année (Boulogne puis  Asnières la dernière saison, la fusion nécessaire d’Evry-Viry, sans parler de la descente direct de Courbevoie de D1 en D3). A priori il ne semble pas voir sortir de projets particulièrement ambitieux du côté de Meudon et des Français Volants. Pourtant Paris FV, unique club de Paris intra-muros, fait parti de la légende du hockey français. 

L’entente Evry/Viry, reconnue pour la qualité de sa formation, semble reprendre le flambeau régional dans cette division. On ne pouvait en attendre moins avec le retour de l’enfant du pays, Jérôme Pourtanel issue d’une longue lignée de hockeyeurs qui ont marqué l’histoire de ce sport à Viry mais aussi en France. Pour cet entraîneur pas question de ne pas envisager dans un futur plus ou moins proche une accession. Si dès cette saison cela paraît un peu juste, la montée en puissance, elle, devrait se faire sentir assez rapidement.

Châlons en Champagne est l'un des deux promus de la poule A (le 3ème étant dans l'autre groupe). On y trouve une certaine expérience transmise par le club voisin, les Phénix de Reims, il n’y a pas si longtemps au sommet mais aujourd’hui noyé par des problèmes de patinoire. Nul doute qu’en Champagne on ne désespère pas de redevenir une terre de hockey qui compte. Si cela ne peut se faire à Reims (pour l’instant) pourquoi pas à Châlons. Suivant la rapidité de leur adaptation à cette nouvelle division nous en serons plus.

A Amnéville, vieil habitué de la D2, il semblait que la seule ambition restait de se maintenir en milieu de tableau. Comme souvent ces dernières saisons, les Galaxians ont su être solide, surtout sur leur glaçon jusqu’à surprendre quelques gros poissons. Et puis… il y a en ligne de mire l’attente de la concrétisation d’un projet d’entente avec le club de Metz. Si elle devient effective sous peu Amnéville risque de changer de braquet dès ce cours de saison. Certainement un peu juste cette année pour jouer la montée. Ils pourraient vite prendra date pour le futur et vouloir retrouver une D1 qu'ils ont fréquenté par le passé.

L’autre promu, Valenciennes, fut celui de la dernière heure (pour rappel au dépend de la réserve d’Epinal). Les Diables Rouges vont devoir d’abord absorber cette montée un peu inattendue, cela même si depuis quelques temps on s'affairait pour cette montée. Adoubée par la fédération, on peut donc penser que le maintien est dans les cordes des nordistes.

Autres nordistes, Wasquehal-Lille, les voilà  pour leur 3ème saison en D2 et à priori plus sereins que l’intersaison dernière, ou l’on a eu la crainte que les Lions ne puissent repartir après tout le travail accompli jusqu’à présent. Ils ont tenu bon sous la férule de l’ancien clermontois Chardon. Toujours en partenariat avec Amiens qui lui « prête » ses meilleurs espoirs, on peut penser Wasquehal capable de passer la vitesse supérieure. Et puis ne pas oublier : les Lions représentent la grande métropole lilloise : assurément il y a certainement moyen d’y bâtir un jour un grand projet. Petite particularité de ces deux derniers clubs: ici pour renforcer l'effectif on n'hésite pas à sollicité des joueurs de la Belgique voisine 
 
Les beaux derbys : Bien sûr déjà entre clubs franciliens et dans une moindre mesure Amnéville-Strasbourg mais on suivra avec intérêt cet inédit (il me semble, au moins à ce niveau) et chaud derby du nord entre Valenciennes et Wasquehal.
 
 
Le groupe B, c’est le sud (façon ... Dany Boon) : Et c’est peut être un peu plus le bal des ambitieux. On lorgnera particulièrement vers la méditerranée avec Montpellier et Marseille. Ces derniers, les Phocéens ont maintenant fini leur période d’adaptation à la D2 ; il s’agit de passer à la vitesse supérieure pour arriver à monter une équipe à la hauteur d’une des plus grandes patinoires de France. Mais, malgré un renforcement certain de l’effectif, tout reste encore à faire pour une cité qui redécouvre le hockey, là où le foot est roi. Déjà un signe, chaque saison le public répond de plus en plus présent et donne la plus belle moyenne de spectateurs de la D2.

Son voisin Montpellier a déjà connu des saisons plus glorieuses... et des moins avec dépôt de bilan. Bref du passé, le club espère reconquérir le leader-cheap des bords de la grande bleu avec là aussi une belle infrastructure.

Autre grande métropole, Toulouse, encore il y a peu pensionnaire de la D1. Après une nécessaire période de reconstruction suite à la rétrogradation en D2, le club semble reparti sur de bons rails comme le prouve, après certes une rude entame, sa fin de saison 2016/2017 très probante. Pour l’instant les Bélougas sont discrets quand à l’état de leur recrutement mais méfions nous de l’eau qui dort.

On prend l’axe rhodanien pour passer par Valence. Après une très convaincante saison, on pouvait espérer de belles choses surtout que peu gâté l’an dernier, les Lynx se voient intégrer une poule moins dispendieuse quand aux déplacements. Par contre la création de l’alliance Grenoble-Vaujany risque de leur faire perdre le bénéfice de quelques licences bleues dauphinoises. Hélas voilà qu’un incendie risque de doucher (si j’ose dire) fortement les objectifs d’une équipe qui va être amenée à s’entraîner loin de ses bases, avec tout ce que cela implique entre autre de contraintes financières. Cela obligera certainement aussi à une refonte du calendrier. Valence, qui espère récupérer sa patinoire en janvier, espère un aménagement pour avoir le moins possible de matchs à domicile, force oblige, à jouer hors Valence.

Remontant toujours la carte de France, on arrive chez nos amis alpins. La surprise du chef de la FFHG ! C’est contre toute attente le promu Vaujany, ultra néophyte à ce niveau puisque même pas présent en D3 et qui brûle la politesse à Morzine (qui en l’occurrence et, à l’image de Dijon en poule A de D2, partira avec un effectif nous permettant de croire qu’ils ne feront qu’un court passage dans cette division 3). Dur pour nos amis les  Pingouins mais à priori le soutien du voisin Grenoblois fut déterminant. Les Grizzlis seront ni plus ni moins que l’équipe 2 des Brûleurs de Loups avec l’appuie financier de la municipalité vaujaniate en plus. Voilà qui va donner du spectacle aux touristes en villégiature dans la station. Quand au développement de la discipline dans ce village de moins de 300 habitants . . . Equipe certainement très jeune, elle sera donc essentiellement composée des meilleurs espoirs grenoblois et sera un peu l’attraction de la saison. Nos Grizzlis devront entre autre se frotter aux presque voisins les Ours de Villard de Lans.

Là chez les Ours de Villlard de Lans, nous sommes dans un bastion du hockey même si l’âge d’or du club est semble-t-il révolu. Il n’en est pas moins un club formateur qui a pris maintenant pleinement la mesure de la D2. Si on admet ici que la Magnus est dorénavant bien lourde pour cette petite ville du Vercors, la D1 leur siérait assez bien. Auront-ils su se renforcer en conséquence?

Dernière équipe alpine : Chambéry.  Eliminés en quarts, les Eléphants pèseront-ils un peu plus sur ce championnat ? L’effectif, assez stable avec juste peut être les retouches  nécessaires, semble bien équilibré et vouloir jouer sur l’expérience accumulée. Donc à suivre.

Nous quittons le massif alpin pour celui du massif central. Peu d’équipes en championnat mais toutes en D2 et qui plus est dans la même poule, une première !
En allant vers l’ouest tout d’abord les Renards de Roanne. S’ils renouvellent comme souvent en grande partie leurs étrangers, ils nous dégottent chaque saison quelques pointeurs forts efficaces. La saison dernière leur trio canadien faisait partie des 11 meilleurs compteurs de la division lors de la première phase. Hélas les Renards n’ont pu les garder. Leurs trois successeurs auront-ils la même efficacité?

Nous arrivons au pied du Puy de Dôme plus précisément à Clermont -Ferrand, chez le relégué (sportivement lui) de la D1. Il semble que les Sangliers Arvernes ont plutôt bien encaissé le choc de la descente qui à vrai dire n’a surpris personne. Auront-ils su en tirer des leçons ?  En tout cas le club, qui a gardé son entraîneur, continue  à vouloir rester sur la même ligne, c’est à dire renforcer sa formation et faire venir de jeunes talents. Ils seront ainsi impliqués aussi bien avec l’équipe U20 jouant en élite qu’avec la D2. A noter que si le club a été rétrogradé il en aura pas moins d’étrangers, au contraire (il est vrai que l’an dernier l’effectif clermontois était celui qui en comptait le moins en D1). A coté on a gardé ou pris quelques vieux briscards, tel que Kulha qui sera probablement un des doyens de la division. L’entraîneur compte sur eux  pour apporter l’élément expérience dont celle non négligeable du vécu de la saison dernière en D1. L’équilibre entre les deux semble intéressant mais il faudra retrouver une efficacité en attaque qui fit tant défaut l’an dernier. 

Continuant vers l’ouest nous voici à Limoges où les Taureaux de Feu sont devenus une valeur stable de la division. Des trois meilleurs compteurs de l’équipe (dont le n°1 de la première phase de D2 Mathieu Tremblay parti pour la D1) ils n’ont pu garder que Milan Cutt. Probablement que pour aller au-delà des 8ème de finale, il faudra avoir trouvé de dignes successeurs et avec maintenant l’expérience acquise on aura matière certainement à s’enflammer sur la glace et dans les gradins limousins.
 
Les beaux derbys : On pense tout de suite à celui  de la méditerranée, Marseille-Montpellier, qui pourrait être celui des prétendants si ce n’est à la montée, tout au moins au leader-cheap de la poule. Mais ça sera pas mal du côté des Alpes avec entre autre le combats des ursidés avec d’un coté les Ours du Vercors et de l’autre les Grizzlys de l’Oisans. La suprématie locale sera également à disputer avec d'autres grosses bêtes : les Eléphants de Chambéry. Enfin la suprématie du massif central se disputera bien cette saison puisque tous ses représentants se trouvant dans la même division et la même poule ; ils seront forcément contraint d’en découdre. Si historiquement ce fut quasiment tout le temps Clermont-Fd, pour cette saison tout reste à prouver.
 
 
Nous n’avons pas cherché à véritablement détailler les effectifs car encore à l’aube de la saison il peut se passer bien des retouches, voir quelques chamboulements dans les recrues. Néanmoins en ce début septembre toutes les équipes ont repris le chemin des patinoires depuis au moins 3 semaines (avec une pensée pour Valence pour les raisons évoquées plus haut). Pour en savoir plus sur les effectifs vous pouvez entre autre vous reporter sur la rubrique transfert d’HockeyHebdo, voir également les sites des clubs. Mais sachez  que tous les clubs n’ont pas la même qualité de communication et ne donnent parfois que partiellement des informations sur leur effectifs.
 
Bonne saison à tous et comme on dit dans les campagnes : c’est à la fin de la foire que l’on comptera les bouses ou, si vous préférez, les tops et les flops.
 
 
© 2018 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...