Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Equipes de France
France-Danemark: une défaite ni plus ni moins
 
Avant dernière rencontre de préparation pour l'équipe de France face au Danemark ce soir à Grenoble
 
grenoble Pôle Sud, Hockey Hebdo LL+DM le 30/04/2010 à 19:30
FRANCE - DANEMARK : 0 - 2 (0-2, 0-0, 0-0)


Dans une patinoire Pôle-Sud pas totalement pleine, les deux équipes se retrouvaient pour une confrontation attendue. Côté danois, on restait sur une défaite en Finlande ainsi que deux victoires face aux lettons et japonais, tandis que les français restaient sur un double défaite contre ces mêmes lettons.
On notera côté français les absences de Yorick Treille et de Stéphane Da Costa aucune blessure à redouter) tandis que les danois présentaient un effectif presque au complet à l'exception de deux joueurs en provenance d'amérique du nord qui devaient intégrer le groupe prochainement (ligues mineures selon nos collègues de la presse danoise). Enfin à noter un arbitrage 100% français avec messieurs Mendlowictz, Colleoni, Gielly et Barcelo dont nos confrères danois considéreront la performance comme tout à fait bonne ce soir. 
Photo hockey Equipes de France - Equipes de France - France-Danemark: une défaite ni plus ni moins
Jean Christophe Salomé
Hequefeuille face à Ellers

Retards défensifs français


La découverte d'un premier trio français qui sent la rustine avec en particulier Igier en ailier ne rassure pas, même si le début de rencontre reste plutôt équilibré. Des banderilles sont placées de part et d'autre avec deux formations plutôt sur la défensive.

A 4"35, une pénalité danoise dans une rencontre qui sera très correcte va donner un premier jeu de puissance avec pour seul danger une frappe de Bellemare puissante mais hors cadre. Les danois, dans un style série B nordique classique proposent un hockey assez séduisant avec des automatismes et un collectif supérieur aux français, pouvant compter sur un effectif plus relevé avec de très nombreux pensionnaires de l'élite suédoise et trois acteurs même irréguliers de la NHL.
 
Côté tricolore, si l'on excepte le bidouillage pour proposer à Meunier deux camarades de jeux en l'absence de Yorick Treille et de Stéphane Da Costa (seront-ils associés avec le capitaine, pour Treille cela semble assez évident, pour Da Costa un peu moins) pour un résultat hésitant ce soir malgré un temps de jeu que l'on trouvera un peu trop important vu les circonstances, on voit plusieurs trois offensifs intéressants. Avec deux habitués que sont Bellemare, vu à son avantage ce soir et présentant des qualités de meneur de jeu uniques dans l'effectif et son compère Hecquefeuille, pour nous le plus en vue ce soir, (Pain qui complète le trio paraît moins en phase mais découvre les deux autres) on a sans doute une bonne dynamique. Même impression avec un autre duo, Sacha Treille et Luc Tardif qui ont distribué de belles mises en échec régulières tout en se procurant quelques occasions. Il est peu fréquent de voir les français dominer physiquement sur certaines phases, ce fut pourtant le cas ce soir avec en aprticulier ce duo qui a tout pour intéresser les recruteurs nords américains présents en Allemagne ( les paris sont ouverts). 

A 8"15, une première pénalité française va conduire Lhenry à proposer plusieurs arrêts face en particulier à Jackobsen à 12"11, et la menace rouge va devenir plus intense avec quelques erreurs défensives françaises dont certaines provoqueront la colère de plusieurs arrières tels qu'Amar qui demandera en criant un cinquième joueur sur la glace à son banc. Avouons que du côté des arrières tricolore, on a quelques approximations et avec un tel bombardement, l'affaire devient compliquée.

A 15"29, Bodher frappe de la bleue après une première attaque fort dangereuse juste avant, et le palet d'une puissance moyenne à ce niveau va tromper Lhenry sans avoir semblé être dévié. (0-1).

Les minutes suivantes sont difficiles pour les tricolores qui courrent après le palet. Sundberg déborde à 16"02 et termine sur la cage de Lhenry, avec une pénalité contre Treille.

Les souffrances continuent et on en vient à espérer que les bleus limitent la casse avant la pose.

Pourtant, à 18"12, un palet bien manié derrière la cage de Lhenry arrive sur Dresler qui attend sereinement sur le côté du but. Bénéficiant d'un retard défensif marqué, le danois ajuste et bat le gardien français d'un tir croisé. (0-2)

A ce stade du match, on a l'impression que les français pourraient concéder de nomnbreux buts car la défensive n'est pas en place.


Tirs 11/6 Danemark

Engagements 11/6 Danemark

Photo hockey Equipes de France - Equipes de France - France-Danemark: une défaite ni plus ni moins
Jean christophe Salomé
Teddy Da Costa

Un manque de tranchant tricolore


Le début de période voit un jeu un peu plus ouvert avec des ruptures de part et d'autre. Alors que Lhenry sauve l'affaire face à un premier bloc danois et sa doublette NHL Nielsen Ellers à 22"30, les deux compères montrant lors des deux derniers tiers que les recruteurs NHL ne font pas n'importe quoi, les français vont sortir la tête de l'eau avec un poteau du virvoltant Teddy Da Costa.

Les minutes suivantes montrent les qualités de ces danois qui jouent propre, font circuler, et disposent de quelques joueurs de grande classe au premier rang desquels on trouve un Lars Ellers qui devrait jouer beaucoup plus avec St Louis la saison prochaine. Virvoltant malgré sa grande taille, très rapide, et avec une technique de premier ordre, avouons que l'on a vraiment eu beaucoup de plaisir à le voir évoluer ce soir avec ce quelque chose en plus auquel il ne manquait qu'un but inscrit.

A 9"35, le Danemark demande un temps mort dans raison précise, mais c'est les français qui changent de gardien avec Ferhi qui gagne la cage tricolore.

Ce dernier va devoir s'employer sur un jeu de puissance danois qui ne figure pas ce soir comme le point fort de cette équipe. Mieux, il va dire non par trois fois au duo Ellers Nielsen qui tente de forcer sa porte avec des arrières tricolores un peu dépassés par les accélérations du duo. Un danemark qui déroule et ce bon Eddy qui dit non et qui permet de préserver le déficit. Point noir, on a pas vu grand chose en terme de perforation et d'occasions sur la période depuis le poteau de Da Costa, très maigre dans une rencontre à domicile. Toutes les frappes tricolores sont de faible puissance, quand il ne s'agit pas d'une majorité de dégagements et de lancers pour changer de ligne que l'on doit comptabiliser dès lors que le gardien s'interpose.


Tirs 13/11 France
Engagements 12/9 France



Le Danemark attend


Ce n'est pas la dernière période qui va relever l'intérêt d'une rencontre entre deux équipes techniques, avec certes quelques belles phases, mais dont le manque d'intensité et de rebondissements est criant. La dernière période propose des danois attentistes et des français qui ne parviendront pas à accélérer et à proposer un hockey plus réaliste.

Malgré un nouveau poteau tricolore à 40"55, ce sont bien les danois qui s'offrent plusieurs frappes au terme d'attaques défenses ou de transitions rapides, Ferhi sortant alors plusieurs palets dangereux avec des arrêts de grande qualité. Le gardien grenoblois, fortement encouragé par son public, étant sans doute le grand gagnant de la soirée en terme de concurrence avec son compère rouennais, sans que ce dernier ait démérité, mais avec un blanchissage personnel et un grand nombre d'arrêt, il est apparu affuté et prêt.

Dans une rencontre qui on le comprend a livrée son verdict, on aura encore quelques mouvements intéressants, mais les danois n'appuient plus sur le champignon et les français paraissent assez fatigués, ce quis era confirmé dans les commentaire d'après match.

Tirs : 10/9 France
Engagements: 7/7


Meilleurs joueurs: Ellers et ferhi (on a voté pour).

Photo hockey Equipes de France - Equipes de France - France-Danemark: une défaite ni plus ni moins
Jean christophe salomé
Ferhi dit non à Ellers

Pour finir.


Comme l'indique le titre de cet article, la France a perdu ce soir ni plus ni moins. Ni plus car le score d'une part et la qualité de l'adversaire d'autre part ne fait pas de ce résultat une déroute, une remise en cause collective. Ni moins car au final on a le sentiment que le groupe va souffir pour obtenir le maintien dans l'élite mondiale. Avouons qu'au final, l'impression laissée par les troupes de coach Henderson est mitigée. L'expérience nous apprend que ces rencontres de préparation avec des titulaires en moins et une motivation plus réduite ne doivent pas être prises pour argent comptant. Pourtant, ce résultat s'inscrit dans une série négative dont on ne voit pas les USA constituer prochainement la fin.

Le niveau de jeu proposé ce soir est très moyen, et si on le compare avec celui de l'adversaire, on verra une vrai différence dans la qualité du jeu de transition et en particulier des redoublements de passe qui font la différence à ce niveau. Collectivement, les danois sont plus au point, ce qui peut s'expliquer par le fait qu'ils ont pratiquement tous d'une même classe d'age, mais également par le fait que le système de jeu pratiqué est mieux appliqué. Le problème est que ces danois sont pratiquement les plus faibles du groupe, et ne comptent aucun joueur de classe mondiale avec un bémol pour ce Ellers dont on reparlera.

Sur le plan offensif, les français ont manqué d'impact et de profondeur, avec un bilan très maigre malgré deux poteaux et quelques frayeurs provoquées sur les lancers non bloqués et repris devant le gardien. Il paraît nécessaire de s'appuyer de ce point de vue sur les duos, le problème étant de les compléter utilement, ce qui est sans doute le problème le plus délicat pour Henderson dans les prochains jours. Si l'on peut supposer un premier trio avec Meunier sacrifié ce soir sur une ligne inefficace et Yorick Treille, le troisième pouvant être Stéphane Da Costa(?), le second serait autour de Bellemare et  Hecquefeuille (Pain ne nous semble pas forcément le joueur à associer ici, et il semblerait que Stéphane Da Costa puisse compléter mais dans ce cas quid du troisième sur la ligne Meunier avec l'absence de Desrosiers?). Enfin, le troisième avec Sacha Treille et Luc Tardif pose le même problème. Derrière ces joueurs, et avec sans doute un bémol pour Gras, Teddy Da Costa, et Raux, on est pas tout à fait dans le même rendement sur ce qu'on a vu ce soir du reste.
Seule question sans réponse, qu'en est-il du cas Fleury dont on rappelle qu'il a été désigné meilleur joueur français cette année? Question avec réponse, la France peut-elle se passer d'un joueur ayant terminé top scorer d'une équipe élite Suisse avec plus de 20 buts, un certain  Bordeleau à Bienne cette année? Réponse non si le joueur veut venir et si le staff veut l'accueillir...beaucoup de si...

Si la France parvient à proposer trois trios cohérents, ce que l'on peut supposer possible, et qu'ils inscrivent quelques buts par rencontre, un pluriel de deux semblant déjà pas si mal, alors on pourrait avoir des tricolores susceptibles de rivaliser avec le bas de classement.

Pourtant, le principal problème  reste la défense, faiblesse historique dirront certains. Si l'on excepte quelques cadres comme Amar, Bachet, Besch par intermitence, et sur cette rencontre en tout cas Manavian, avouons que derrière certains ne rassurent pas. Quessandier fort peu utilisé ne semble pas bénéficier de la confiance du staff, tandis qu'Auvitu a des qualités certaines, mais semble encore un peu jeune. Enfin Roussel et Igier pour diverses raisons sont en retrait. Ce soir, quelques trous d'air ont ainsi fait la différence, et on voit pas bien les français résister avec cet effectif à des adversaires qui seront tous mieux armés dans ce domaine sans une grosse aide défensive des trios et un esprit der sacrifice total.  On peut alors repenser à quelques absents tels que Gillet qui a 30 ans reste une référence, et s'interroger sur l'apport de quelques naturalisés sur ces postes qui paraissent si difficiles à pourvoir? 

Notons que dans ce contexte défensif, la France semble disposer de deux gardiens au niveau, Ferhi ayant incontestablement marqué des points ce soir. Doit-on laisser une place sur la liste à Huet qui n'a pas joué en compétition depuis un moment, mais dont on peut penser qu'il serait tout de même capable d'apporter un plus après une élimination possible de Chicago d'ici 15 jours? 

Au final, il faudra une France à 100%, tant physiquement que mentalement pour espérer conserver sa place dans l'élite mondiale, et cette équipe ne dispose d'aucune marge de manoeuvre dans un groupe très difficile. Après, les épisodes précédents ne peuvent que confirmer que Henderson est déjà parvenu à ce résultat dans des contextes qui ne semblaient pas plus favorables. Une expérience du coach et de ses cadres qui devrait sans doute être le meilleur atout des français en allemagne. 



photos : JC Salomé


photos : Laurent Lardière

photos : Bruno Fouillat ci-dessous
 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
a écritle 01/05/2010 à 12:19  
Merci séb
j'avoue j'ai fait la truffe à pas chercher
mais j'ai cliqué sur le lien sur HH FB et donc je suis tombé ici direct :p
je sais je suis pas courageuse lol
bon 1er mai aussi :)
a écritle 01/05/2010 à 10:40  
Hi Steph
Je viens de rajouter le score en haut de l'article
Il y a également le flash info paru hier :http://www.hockeyhebdo.com/news-edf-defaite-des-bleus,7635.html

Bon 1er mai

a écritle 01/05/2010 à 10:35  
C'est quoi le score au final ?
merci
velour76 a écritle 01/05/2010 à 10:05  
igier n a pas le potenciel pour jouer en equipe de france d autres joueurs en lm ont + leurs places.
a écritle 01/05/2010 à 08:24  
Quid de Damien Fleury? Pourquoi n'est il pas dans le groupe?
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...