Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Jeux olympiques
JO : Finlande - Russie : L'aigle bicéphale déplumé
 
La Finlande, directement qualifiée, retrouve sur son chemin la Russie qui a dû disputer un match de barrage. La Sbornaya, pas vraiment convaincante, doit se rattraper à tout prix face à un adversaire qui ne lui réussit jamais vraiment, sous peine d'être éliminée de ses Jeux.
 
Sotchi, Palais des Glaces Bolchoï, Hockey Hebdo Philippe Rouinssard le 19/02/2014 à 16:29
   Finlande - Russie  
3 - 1
(2-1, 1-0, 0-0)



Erreurs défensives coûteuses :

La Finlande joue vite et bien, comme à son habitude, la Russie parvient à contrer avec talent. Nitshushkin, derrière la cage, sert Tarasenko au second poteau mais Rask a bien suivi. Datsyuk est au rebond sur un lancer de Radulov mais son tir termine également sur le gardien finnois.
La Russie est pénalisée et subit un assaut lapon en règle, Varlamov se montre solide et ne cède pas. Les Russes inversent vite la tendance et partent au charbon, la pression monte sur les bleus mais Rask s'interpose.
Photo hockey Jeux olympiques - Jeux olympiques - JO : Finlande - Russie : L
Photo by Andre Ringuette/HHOF-IIHF Images
La Finlande doit concéder une faute, les Russes s'installent et vont vite trouver l'ouverture. Datsyuk remet plein axe pour Ilya Kovaltchuk qui fusille Rask d'un missile (0-1 à 07'51).
Le Dôme fait sentir sa joie, mais la Sbornaya relâche ses efforts dans la foulée et va, bien entendu, se faire vite rejoindre. Un engagement en zone offensive est gagné par Kontiola qui dévie pour Juhamatti Aaltonen qui s'échappe, il transperce la défense, longe la cage et lance, la mitaine de Varlamov est mal placée, le rebond termine au fond des filets (1-1 à 09'18).
La Russie repart à l'assaut, le match est équilibré, rapide et très plaisant, un vrai quart de finale. La Russie est pénalisée, le powerplay finlandais s'y prend mal et se complique la vie. Radulov part en contre, il laisse derrière lui pour Emelin mais le slap du défenseur passe à côté des filets. Markov sert Anisimov mais ce dernier ne peut déjouer Rask.
Le temps défile et une nouvelle erreur de défense va permettre aux Finlandais de passer devant. Voynov part pour rattraper la rondelle qui est dégagée vers sa cage, mais il est dépassé par Granlund qui remet au centre pour Teemu Selanne, le vétéran expédie un lancer parfait entre les jambières de Varlamov (2-1 à 17'38).
La Finlande accélère dans les dernières minutes et met à mal la défense russe qui balbutie son hockey, les rouges parviennent à s'en sortir sans dommages, mais la pression a été dure à surmonter.
Les Russes, après avoir bien démarré la partie, se sont progressivement laissé endormir et doivent vite se réveiller pour ne pas se retrouver, plus vite que prévu, éliminés.

Tirs cadrés : 13 / 9 pour la Finlande
Pénalités : 4 / 2 pour la Russie
 



Frigidité russe, efficacité finlandaise :

La Russie repart tant bien que mal à l'assaut. Radulov, en contre, tente sa chance mais Rask reste intraitable. Popov sert un caviar à Ovechkin dans l'angle ouvert mais ce dernier tire sur le portier des B's bien revenu. Les Russes jouent de malchance, Emelin fait une grosse charge, Korpikoski s'écroule et, d'un violent coup de crosse, heurte la bouche du défenseur russe qui crache le sang. L'arbitre n'envoie que le Russe sur le banc de la prison alors que la foule gronde de colère.
Photo hockey Jeux olympiques - Jeux olympiques - JO : Finlande - Russie : L
Photo by Andre Ringuette/HHOF-IIHF Images

Le powerplay finlandais s'installe et fait sauter les verrous slaves, Selanne lance, un très mauvais rebond, lâché par Varlamov, est récupéré par Granlund qui pousse au fond (3-1 à 25'37).
Le public, furieux, se met à tonner "Bobrovsky, Bobrovsky !". Bilyaletdinov, impassible, change effectivement son gardien, Bob monte sur la glace alors que tout le public applaudit à tout rompre.
La Russie tente alors de repartir, mais rien n'est plus inefficace que la Sbornaya quand elle doute d'elle-même, on assiste alors au désagréable ballet des pertes de palets, des passes ratées, des tirs contrés ou à côté. Dans ce charivari de déchets sur la glace, seuls Radulov et Tereshtshenko tirent leur épingle du jeu, sans pour autant trouver l'ouverture. La Russie récupère un powerplay, mais ce dernier est complètement catastrophique, la Russie touche le fond dans ce tiers. Sur les rares tentatives, Rask fait le ménage.
Malkin tente le contre mais Rask est intraitable, Syomin s'échappe à son tour mais son tir enfantin ne trompe pas le portier de Boston.
La Russie semble allait un tout petit mieux en cette fin de tiers, mais sans incidence au niveau du tableau d'affichage. La Finlande remporte ce deuxième vingt, face à une Sbornaya qui est toujours l'ombre d'elle-même.

Tirs cadrés : 11 / 8 pour la Russie
Pénalités : 2 / 2
 



Stérilité sublimée :

La Russie n'a plus le choix, elle se rue en avant mais se heurte à l'intenable Tuukka Rask, l'homme de la situation, une fois de plus. Le portier des Bruins est sur tous les coups, il enraye l'offensive russe avec talent.
La Sbornaya n'y arrive plus, elle tourne le palet indéfiniment dans ses palettes sans arriver à trouver un angle de shoots.
Photo hockey Jeux olympiques - Jeux olympiques - JO : Finlande - Russie : L
Photo by Andre Ringuette/HHOF-IIHF Images
La faillite est collective, Malkin l'illustre bien en multipliant les erreurs et les pertes de palets. Le public fait la grimace mais continue de chanter derrière son équipe qui se saborde toute seule.
La Finlande, acculée à sa cage, ne fait plus que défendre, Rask s'offre une incroyable parade avec ses jambières devant Radulov. La Russie, en pleine domination, est sanctionnée, la concentration n'est plus là, la frustration si. Le powerplay finlandais ne trouve pas de solution.
La Sbornaya revient à l'assaut une fois de plus, Radulov est, de nouveau, l'homme providentiel, il lance, le rebond part vers Malkin qui rate complètement la reprise. La Russie a déjà perdu, tous les spécialistes et les fans habituels de l'équipe rouge le savent bien. Lorsque cette stérilité s'installe, rien ni personne ne peut réveiller l'ours russe.
La Finlande se réveille brutalement et tente de tuer le match, un magnifique une-deux, mené par Lehtera et Pihlström, permet au second nommé de lancer dans l'angle grand ouvert, Bobrovsky s'élance de l'autre côté et repousse par miracle alors que le public russe retrouve le sourire, l'honneur est sauf. La Finlande pousse mais, une fois encore, Bobrovsky est impérial.
La Russie repart pour les dernières minutes alors que le public, debout, surmonte sa peine et hurle derrière son équipe qu'il ne reconnaît plus. Ovechkin and Cie ne trouvent pas l'ouverture, même avec un joueur de plus. La sirène met fin au cauchemar des Russes et envoie logiquement la Finlande dans le dernier carré.

Tirs cadrés : 14 / 5 pour la Russie
Pénalités : 2 / 2

Etoiles Hockey Hebdo :

*** : Tukka Rask
** : Teemu Selanne
* : Aleksandr Radulov
 



Les Finlandais remportent logiquement ce quart de finale et rejoignent une demi-finale épicée contre la Suède. La team Suomi a, une fois de plus, joué son hockey habituel, rapide, propre, efficace, extrêmement réaliste et opportuniste. Une recette qui fonctionne parfaitement contre la Russie à chaque fois. Portés par l'excellent Rask, les Lions rejoignent le dernier carré, cette fois encore.
La Russie, transparente, a donné le bâton pour se faire battre. Son équipe, bourrée de talents de la NHL, a peiné à se trouver sur une grande glace que les Ovechkin, Malkin et Anisimov n'ont pas l'habitude d'arpenter. Un comble ! D'excellents talents ont été laissés à la maison (Mozyakin, Zaripov...) et d'autres sur le banc (Tikhonov). La sélection de Varlamov peut être aussi contestable sur un match couperet alors que Bobrovsky fait partie des tous meilleurs gardiens de la planète. La stérilité offensive des Russes a été, une fois encore, affolante, ses superstars n'ont rien fait, à l'image de Malkin et Syomin complètement ailleurs. Radulov, Datsyuk et Kovaltchuk auront été les piliers de la Sbornaya jusqu'au bout mais ils ne peuvent pas jouer tout le match. Nouveau couac retentissant pour la Sbornaya, la tête de Bilyaletdinov, déjà réclamée par tout le pays depuis les mondiaux 2013, devrait finir par tomber. Enfin, diront les puristes du hockey russe !

 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
Henri DeToi. a écritle 21/02/2014 à 14:48  
Aucune surprise ici. D’après moi, la logique jusqu’à présent a été respectée. Les quatre équipes qui sont dans le carré d’as, sont celles dont j’avais prévu, soit, le Canada, les Etats-Unis, la Suède et la Finlande, dans cet ordre. Toutes ces équipes ont de la profondeur avec peu de faiblesses. Je l’avais dit du début que la défensive des russes était suspecte et je ne me suis pas trompé. Une équipe de hockey se bâtit à partir du gardien de but, ensuite une bonne défensive mobile et en dernier, les avants. Ce n’est pas la faute de la demi-douzaine de supers vedettes russes s’ils ont perdu ; il vous faut une excellente défensive pour contrer l’attaque et relancer l’offensive, ce que les russes n’avaient pas. J’admets que n’importe quoi peut arriver dans un match sans lendemain, mais si la logique est encore respectée, le Canada devrait remporter l’or.
Isaia a écritle 20/02/2014 à 14:08  
Je trouve que "l'excuse" de la grande glace est un peu facile. Même si ça déstabilise, c'est valable pour des Loisirs (avec tout le respect que j'ai pour cette catégorie) mais pas pour des superstars du Hockey.
La Russie a beaucoup pêché par son soutien défensif, si les deux défenseurs ont souvent gardé leur place, l'appui des offensifs n'a pas été suffisant et de loin.
OVECHKIN n'a fait que se plaindre des boites qu'il a subies.
RADULOV ne patine que dans un sens.
Datsyuk et Kovaltchuk commencent à faire leur âge.

Le choix de VARLAMOV, je crois que tout a été dit.
Mais le jeu russe, léché, fait de passe rapide a disparu, on envoie au fond et on va chercher, si possible, à la nord américaine !! Ce n'est pas le jeu russe....
Dommage.
Hurricane a écritle 19/02/2014 à 17:02  
Match perdu devant le filet : Fatigue ou pas, le choix de Varlamov est incompréhensible sur un match couperet quand on voit le niveau de jeu de Bobrovsky depuis le début du tournoi. C'est un mauvais choix du coach, doublé d'une performance énorme de Rask pour la Finlande. Ajoutons à cela l'incapacité des stars russes à se transcender, ça en faisait trop pour la Sbornaya. Même si je suis très déçu du jeu offert par Ovechkin et Malkin, le plus grand tort revient au coach qui a persisté à vouloir les faire cohabiter sur la même ligne, alors qu'à l'évidence, ça ne marchait pas.

En tout état de cause, chapeau à cette équipe finlandaise, qui sauf erreur de ma part est invaincue sur ses 5 derniers matchs olympiques contre les Russes !

Merci à Hockey Hebdo pour sa couverture précise et réactive des tournois olympiques masculin et féminin !
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...