Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Jeux olympiques
JO : Suisse - Canada
 
Tournoi olympique, Tour préliminaire masculin. Groupe A
 
Canada Hockey Place, Vancouver, Hockey Hebdo Philippe Rouinssard le 19/02/2010 à 12:39

 Suisse - Canada
2 - 3 tab
(0-1, 2-1, 0-0, 0-0, 0-1)

 
Photo hockey Jeux olympiques - Jeux olympiques - JO : Suisse - Canada
Stéphanie Ouvry (archives)

Les Canadiens en tête du Groupe A devaient s'imposer hier après-midi au Canada Hockey Place pour devancer les Américains vainqueurs faciles de la Norvège à midi. La Suisse étouffé epar une efficace équipe des Etats-Unis pour son premier match allait tout tenter pour faire vaciller le favori canadien. C'est encore dans une patinoire comble que le coup d'envoi était donné.
 

Doucement et sans forcer :


Les Canadiens démarrent doucement la partie, ils sont tout de même plus efficaces que contre la Norvège lors de la première rencontre. Les Suisses dominés sur la glace, ne lâchent pas prise et restent dans la partie mais un ton en dessous. Le Canada lance au but et Hiller repousse, la défense helvète fait elle aussi du bon travail en sapant le jeu canadien. Les Suisses tentent à leur tour mais Martin Brodeur ne s'en laisse pas compter et préserve la virginité de son but. Le Canada semble un peu plus en forme que pour l'ouverture du tournoi et la mayonnaise commence à prendre. Les tirs s'enchaînent, Patrick Marleau fait une longue déviation qui rase le but suisse, Dany Heatley était en embuscade, il n'a plus qu'a pousser le puck dans l'angle ouvert. (1-0 à 9'21).
La Suisse est touchée, les Européens s'agrippent au terrain mais sont contraints de reculer sous les assauts des Canadiens. La confédération helvétique plie mais ne rompt pas et Thornton et compagnie n'arrivent pas à doubler la mise avant que ne retentisse la sirène.

Tirs cadrés : 17 / 8 pour le Canada
Pénalités : 6 / 0 pour la Suisse


D'abord brouillon, puis canon et égalisation :


La Suisse revient transformée sur le glaçon, brouillone, énervée, et Weber s'en va visiter la prison de Vancouver. Les Canadiens s'installent et font tourner le puck, ils ne vont pas tarder à trouver la solution. Weber lance le puck heurte le thorax de Heatley et repart dans l'angle opposé, l'autre Sharks, Patrick Marleau le récupère et d'un tir excellent fusille Hiller. (2-0 à 20'35).
Les joueurs à l'érable semblent resplendissants et ce ne sont pas les Helvètes qui vont dire le contraire. Totalement décrochés sur le plan physique, tactique et même sur la vitesse d'exécution. Les pénalités pleuvent mais la Suisse aidée par Hiller tient bon. Le portier d'Anaheim fait face aux tirs canadiens avec beaucoup de solidité, la défense suisse se rattrape et multiplie les bonnes interventions. Petit à petit ,l'observateur avisé voit que les Helvètes reviennent dans le coup, le Canada se fait surprendre en contre. La Nati récupère et Ivo Ruthemann  part en break suivi par deux Canadiens un peu lents, il ajuste un tir magnifique qui passe à quelques centimètres au-dessus de la mitaine de Brodeur et le puck finit dans le filet canadien (2-1 à 28'59).
Photo hockey Jeux olympiques - Jeux olympiques - JO : Suisse - Canada
Le Canada bousculé dans cette partie

Les Helvètes ragaillardis par ce but, repartent de l'avant et le Canada se met à souffrir. Les Canadiens, un peu inquiétés contre la Norvège, sont ici clairement secoués,  les tirs s'enchaînent, même si Brodeur veille, l'inquiétude gagne les rangs du vice-champion du monde en titre. Alors que le Canada fait traîner pour aller se refaire une santé après la pause, la Suisse va le prendre de vitesse. La pression monte sur la cage canadienne et la passe de Von Gunten ricoche sur le patin de Marleau avant de franchir la ligne du but. (2-2 à 39'50)
Silence dans le Canada Hockey Place, ou entend juste les cors des supporters suisses ainsi que le sons des cloches qu'ils agitent.

Tirs cadrés : 10 / 9 pour le Canada
Pénalités : 6 / 2 pour la Suisse

Le Canada domine mais Hiller n'est pas à Disneyland :

La troisième période repart rapidement et les Canadiens ne sont pas venus pour faire de la figuration, ils bombardent sans arrêt la cage suisse mais le portier des Ducks tient bon. Ryan Getzlaf tente sa chance avec un tir parfait, mais Hiller à bien suivit l'action et réalise un somptueux arrêt avec sa mitaine. Les supporters canadiens étaient déjà debout mais c'était sans compter la solidité du portier. Jonas Hiller, très sollicité, va repousser méthodiquement tous les lancers. Les Suisses sont dominés mais n'encaissent pas le moindre but, ils vont aussi titiller les réflexes (toujours impeccables) de Brodeur. Le tiers s'achève sur un score de parité, la prolongation devra donner le nom du vainqueur.

Tirs cadrés : 18 / 3 pour le Canada
Pénalités : 2 / 0 pour la Suisse

Photo hockey Jeux olympiques - Jeux olympiques - JO : Suisse - Canada
Hiller le portier des Ducks, impérial hier soir

La prolongation de cinq minutes ne donnera rien, à noter une légère domination canadienne mais le manque de cohésion ne permet pas aux Nords-Américains de marquer.

Tirs cadrés : 3 / 1 pour le Canada


C'est donc les tirs au buts qui décideront de l'avenir de cette partie :

Hnat Dominichelli s'élance, il part vite mais son tir un poil trop mou et aisément stoppé par Brodeur. (X)

Crosby, très discret depuis ce début de tournoi, part à son tour, il arrive doucement, trop, puisque Hiller a le temps d'anticiper et arrête son tir sans problèmes. (X-X)

Romano Lemm s'élance mais bien suivi par Brodeur, il panique et tire à côté de la cage du diable de gardien (XX-X)

Le compère de Huet, Toews s'élance, il tire un peu trop haut, le portier suisse capte donc le puck sans soucis (XX-XX)

Wick part pour venger l'honneur de la Nati, mais Martin Brodeur impérial sort le palet avec sa botte (XXX-XX)

Ryan Getzlaf démarre rapidement, mais il a en face de lui son collègue d'Anaheim et le portier le connait bien, ce qui lui permet de repousser son tir. (XXX-XXX)

Sidney Crosby a une deuxième chance, à pleine vitesse il tire assez loin, ce puissant lancer passe au-dessus de l'épaule de Jonas Hiller impuissant. (XXX-XXXO). La patinoire explose de joie pour ce but.

Martin Plüss doit impérativement marquer pour que les Helvètes restent dans le coup, il s'élance à son tour mais Brodeur solide comme un roc jaillit et attrape le palet dans sa mitaine. (XXXX-XXXO). Le Canada l'emporte sous les clameurs de 18 000 partisans déchaînés !

Etoiles Hockey Hebdo :

*** : Jonas Hiller
** : Dany Heatley
* : Martin Brodeur

 


Le Canada aura débuté timidement cette partie, mais aura su prendre l'avantage grâce à sa puissante deuxième ligne : Marleau-Heatley-Thornton qui est la ligne offensive des Sharks de San José (1er à l'Ouest) comme quoi il n'y a pas de hasard. Cette seconde ligne aura été la seule à produire du jeu et du danger, la Suisse ,au courage et regonfflée par les puissants arrêts de Hiller, a su revenir dans la partie pour égaliser. Crosby a délivré tout un peuple, mais il ne faudra pas oublier qu'on ne l'a pas beaucoup vu dans ce match et que son premier tir de pénalité a été complètement raté. Brodeur a su être déterminant dans cette partie surotut lors de la séance de fusillade. Hiller et la Suisse ne sont pas passés loin de l'exploit face au Canada mais ne pourront pas se glisser dans les deux premières places du groupe. Le Canada devra se retrousser les manches pour venir à bout de la séduisante équipe à la bannière étoilée, le rendez-vous est pris et il faudra sans doute accrocher sa tuque avec de la broche dans ce duel Nord-Américain. 

 
 
 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
Nick a écritle 19/02/2010 à 21:05  
C'est vrai.
Cependant je suis d'avis que le rôle d'un ailier et d'un centre est complémentaire et que l'un doit comprendre le rôle de l'autre. Ainsi, selon moi un centre peut jouer le rôle d'ailier. Mais en revanche le cas du trio de Thornton est un exemple biaisé puisque ces joueurs là jouent ensemble toute la saison contrairement aux autres trios. La cohésion est donc d'autant plus facile entre eux.
Finalement, on peut en effet questionner certains choix dans la sélection de joueurs canadiens, mais attendons la fin du tournoi pour porter un jugement. Ça reste une équipe impressionnante.
HH/LL a écritle 19/02/2010 à 19:51  
Bonjour, merci de nous lire
Je partage ce qui dit Nick, mais le manque d'ailiers spécifique est une des raisons avancée par certains observateurs pour expliquer certains problèmes des canadiens actuellement. C'est vrai que le ratio est tout de même ici particulièrement faible, et notez que seule la ligne de Thornton ne triche pas avec la répartition club. Selon Mike notre ami sur place, pas mal de journalistes spécialisés et en particulier ceux de Hockey News qui sont quand même des très bons professionnels du hockey critiquent justement ces choix qui se sont fait au détriment d'ailiers plus rapides et surtout vraiment complémentaires des centres. Mike Modano, ancien capitaine US disait qu'on pouvait tricher sur un trio avec un ailier mais pas les deux quand on joue face à de grandes équipes,et c'est bien le problème actuellement. Au niveau mondial, un centre peut jouer ailier mais il a souvent un problème de couverture de palet et de lien avec la bande si vous voulez, de même, le positionnement défensif change du tout au tout, alors face à des seconds couteaux cela passe, mais sur des équipes très bonnes et capables d'analyser, je pense que c'est plus délicat. Filc le coach slovaque a joué cette carte parmi d'autres mais il faudrait revoir au ralenti la prise en charge défensive des ailiers ainsi que le positionnement des joueurs à la bleue en phase d'attaque. Pour conclure et je vais demander à Mike ce qu'il en pense, c'est peut être un enseignement du tournois, quand tu as deux très gros au complet, il faut mettre des joueurs à leur poste. A confirmer mais en tout cas Luke fait une très bonne remarque selon moi
Nick a écritle 19/02/2010 à 18:13  
Bonne question,
Oui et non. La spécialisation se fait d'avantage entre l'avant et l'arrière, entre les attaquants et les défenseurs. Ce ne sont pas tous les joueurs de défense qui ont des habiletés exceptionnelles à l'attaque et inversement pour les attaquants.

Il est certains que dans une équipe lors d'une saison régulière chaque joueur a son poste, même si il peut à l'occasion permuter avec un autre pour des raisons diverses. Reste que dans un tournoi comme les JO les joueurs sont sélectionnés pour leur talent et un joueur de centre peut facilement se retrouver à l'aile si un autre joueur est utilisé au centre. Ça peut-être une question de gabarit, ou de qualité de passeur ou même de résultats lors des mises en jeu etc... Selon la volonté du coach finalement.

C'est des situations que l'on peut parfois retrouver lorsqu'un coach "coupe" son banc parce que quelques joueurs connaissent une soirée difficile ou encore qu'il souhaite donner plus de punch à son offensive durant un match.
luke81 a écritle 19/02/2010 à 17:22  
Une question pour qui voudra me répondre !
N'étant pas assez connaisseur du jeu, surtout sur le plan tactique, je suis allé sur le site NHL.com pour voir la bio des joueurs.
J'ai vu que sur les 13 attaquants canadiens,
8 étaient centres, 3 ailiers droits et 2 ailiers gauches (et non 1/3 pour chaque postes).
Comment s'explique une telle disparité ?
Y-a-t-il des formations spécifiques sur chaque poste ou est-ce qu'un centre peut jouer ailier et réciproquement ?
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...