Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Division 3 : Nimes (Les Krokos)
Le hockey nimois renait de ses cendres
 
Interview de Raphaël Facchini, nouveau directeur sportif du hockey nîmois qui renait aujourd'hui réellement de ses cendres après l'incendie de sa patinoire en 2002.
 
Média Sports Loisirs / la rédaction, Hockey Hebdo Gaëtan Boucheret le 25/12/2017 à 18:00
Disparu en 2002 après l'incendie de sa patinoire, le hockey nîmois va renaitre de ses cendres sous la houllette d'une équipe drivée par Raphaël Facchini Directeur Sportif des KROKO SPORTS nouvelle entitée.
Photo hockey Division 3 - Division 3 : Nimes (Les Krokos) - Le hockey nimois renait de ses cendres
Crédit photo Kroko Sports
La nouvelle patinoire de NÎmes


HH : Bonjour Raphael, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
 
RF : Bonjour Hockey hebdo, bonjour à tous, je suis en fait Raphael Facchini. J’ai été joueur professionnel de hockey sur glace pendant quelques années avec quelques bons résultats comme par exemple un titre de Champion de France en 1999 avec les Sangliers Arvernes de Clermont-Ferrand en Division 1.
J’ai aussi été Directeur sportif de plusieurs clubs de hockey  sur glace, dont le club de Lyon, le club de Montpellier, le club d’Aubagne à côté de Marseille.
J’ai  eu quelques titres en tant que coach et puis ensuite j’ai eu un petit passage aussi comme directeur sportif, joueur professionnel et entraineur en roller hockey.
Aujourd’hui je suis redevenu Directeur sportif en glace en prenant en charge la direction du club de Nîmes. Nouveau club de Nîmes de hockey sur glace qui vient de se monter avec une flambante patinoire neuve récemment inaugurée en date du 22 décembre 2017.
 
HH : C’est à travers toi que le hockey nîmois va renaitre de ses cendres ?
 
RF : « Rires… »  Alors oui mais c’est toute une équipe qui s’est mise au travail depuis maintenant quelques mois pour développer et structurer professionnellement parlant mais également développer la section hockey sur glace. Il faut savoir que en fait c’est peut être unique en France nous avons un club omnisport qui va gérer la discipline hockey sur glace. C’est un club qui était à l’origine un club de roller et la mairie de Nîmes a demandé à ce club étant donné qu’il était dans la ville de prendre en charge totalement la partie glace et donc la discipline hockey sur glace.
 
HH : Ce club se dénomme Kroko Sports mais Kroko Sports en fait c’est quoi c’est qui ?
 
RF : Kroko Sports c’est donc un club omnisport qui regroupe plusieurs fédérations, la Fédération Française de Roller (FFR) avec toutes les disciplines représentées à l’intérieur, la la Fédération Française de Hockey sur glace (FFHG) avec le hockey et puis également la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG) avec une section patinage artistique école de patinage pour apprendre à patiner et faire du patinage artistique en loisirs.
C’est un club omnisport géré par un président Général qui s’appelle Jerry Canal et puis chaque section à son président. En ce qui concerne le hockey sur glace c’est Isabelle Was qui est une ancienne sportive de haut niveau également mais dans le handball qui s’est proposée comme Présidente de la section hockey sur glace.
Photo hockey Division 3 - Division 3 : Nimes (Les Krokos) - Le hockey nimois renait de ses cendres
 
HH : Alors actuellement, le club de hockey sur glace qui va avoir sa nouvelle patinoire à la fin de l’année, c’est combien d’adhérents et quelles catégories ?
 
RF : Aujourd’hui le club de hockey sur glace de Nîmes représente 56 licenciés. C’est essentiellement je dirais deux parties dans ces 56 licenciés. Il y a une partie, se sont des joueurs de roller hockey qui du coup faute de patinoire depuis plus de 15 ans puisque la patinoire renait de ses cendres cela fait quinze ans maintenant et c’est le cas de le dire puisqu’elle a brulé en 2002 cette patinoire redevient nîmoise le 22 décembre 2017. Donc on a essentiellement des gens du hockey qui faute de patinoire s’étaient mis au roller et qui reviennent maintenant au hockey sur glace. Ce n’est pas que ça, on a aussi des anciens nîmois qui ont continué le hockey sur glace malgré le manque de patinoire à Nîmes et qui ont poursuivi le hockey dans les clubs de proximité qui sont les clubs de Montpellier, d’Avignon où d’autres clubs aussi dans la France et puis du coup par le fait de l’arrivée de la patinoire et bien reviennent au club parce qu’ils ont qu’une envie, qu’une une fierté de pouvoir reporter le maillot Nîmois.
 
HH : Donc le maillot Nîmois est porté par des joueurs qui jouent principalement en Division 3 de hockey sur glace ?
 
RF : Voilà on est représenté maintenant dans la plus part des catégories puisqu’on a à peu près cinq enfants par catégorie de U11 à U17 élite et ces enfants jouent aujourd’hui en association avec le club d’Avignon. On est parti en association avec eux pour pouvoir palier le manque de glace de septembre à décembre. Il fallait qu’on puisse s’associer à un club qui n’était pas trop loin. Donc le choix s’est porté sur Avignon parce qu’on a à peu près les mêmes valeurs pédagogiques et sportives donc on a été en association avec eux et on le sera toujours sur cette année et puis effectivement c’était une volonté politique de Monsieur le Maire Mr Fournier de Nîmes mais également de la ville d’avoir aussi une équipe vitrine, une équipe de Division 3 purement Nîmoise et donc cela a été chose faite puisqu’aujourd’hui 80 % de l’effectif qui évolue en Division 3 sont des joueurs qui ont évolué à Nîmes sous les couleurs de Nîmes.
 
HH : Cette équipe de Division 3 est constituée de combien de joueurs ?
 
RF : j’ai un groupe de D3 composé de 25 joueurs, 3 gardiens de buts et   22 joueurs de champ aujourd’hui également  j’ai évidemment pas mal de demande pour des joueurs qui sont, qui vont revenir sur Nîmes ou qui vont être muté sur Nîmes pour des raisons professionnelles. Donc on peut dire qu’il y a un vrai engouement, un vrai potentiel et je pense que la saison prochaine on risque d’avoir une équipe assez intéressante avec des joueurs de très bon niveau qui reviendront porter le maillot de Nîmes.
 
HH : Jusqu’à présent et depuis le début de la saison cette division 3 s’entrainait où ?
 
RF : Alors c’était une saison, je dis c’était mais c’est toujours une saison assez compliquée parce que effectivement par manque de glace on a du se délocaliser et aller patiner sur la patinoire d’Avignon, on avait malheureusement qu’une heure d’entrainement par semaine et une heure d’entrainement de 22H30 à 23H30. Je vous laisse imaginer en fait le déplacement des gars en mini bus, aller s’entrainer une heure par semaine à Avignon, revenir à 01H00 du matin et puis rentrer à la maison à 02H00 du matin bon voilà c’est sur que c’est très compliqué et je ne dit pas que les résultats de cette année sont dus à ça mais en grande partie c’est une grande difficulté qu’on a eu à gérer et c’est pour ça que l’on attend avec une grande impatience l’arrivée de la patinoire qui va nous faire le plus grand bien. Et on va pouvoir s’entrainer dans de meilleures conditions et dans un confort quand même optimale.
 
HH : Cette patinoire semble être la bien venue, qu’en est-il sur le plan infrastructure ?
 
RF : On a eu l’homologation de la FFHG et de la FFSG qui sont venues le 19 décembre 2017 découvrir cette patinoire et l’homologuer. C’est une patinoire qui a été retenue par la Fédération, je dirais même mieux, qu’elle a l’ambition l’envie de proposer ce genre de patinoire à d’autres villes françaises puisqu’elle correspond totalement à une patinoire basée pas seulement sur du loisir mais également sur la compétition ou le développement de compétitions. Donc c’est une petite patinoire puisqu’elle fait 56 X 26, 350 places assises avec une capacité maximale de 450 spectateurs mais il y a des vestiaires qui sont de très bonne qualité.
C’est une patinoire qui n’est pas énergivore, c’est vraiment une structure qui est vraiment intéressante pour des petites et moyennes villes et avec l’ambition de créer des clubs à l’intérieur avec la volonté de se développer tranquillement et de faire découvrir le hockey sur glace et le monde du hockey sur glace à l’intérieur de leur ville ou agglomération.
 
HH : Nîmes dit nouvelle patinoire, un nouveau club mais quels sont les objectifs de ce nouveau club ?

RF : Les objectifs sont très clairs, à court terme, moyen terme et à long terme J’ai été engagé au sein du club la saison passée pour déjà préparer l’arrivée de cette patinoire, préparer le développement du club tant sur le plan sportif mais également sur le plan administratif sur le plan communication, sur le plan événementiel, marketing donc il y a un énorme travail à faire qui est intéressant parce qu’on démarre d’une page blanche.
L’envie est très simple sur un court terme c’est bien sur de développer au maximum de communiquer pour le hockey mineur pour avoir des bases saines, pour avoir une pyramide des âges, bien sur forcer sur le recrutement des jeunes et donc de l’école de hockey. De ce côté-là on est serein puisque on a pas loin d’une centaine de pré inscriptions déjà sur l’année en cours. Vous pouvez imaginer ce que cela sera quand on aura la patinoire.
Ensuite sur le moyen terme cela va être bien sur de développer de hiérarchiser et de structurer au maximum les entraineurs pour que chaque catégorie puisse avoir un entraineur dédié. Avec une équipe vitrine bien sur ne l’oublions pas une division 3 de meilleure qualité avec des résultats pour que cela puisse amener un maximum de gens dans la patinoire et que l’on puisse vraiment promotionner le hockey dans de bonnes conditions.
Et puis ensuite sur le plus long terme  trois à quatre ans si vraiment tout fonctionne bien parfaitement et que l’on aura réellement les bases, là dans ce cas là on se posera peut être la question pour un carré final et voir même une montée en Division 2.
Et une fois que l’on en sera là on aura fait un parcours qui sera intéressant et je pense que l’on aura l’ambition après de faire quelque chose d’un peu plus costaud. D’ailleurs je ne vous cache pas que l’agglomération de Nîmes a les yeux un peu braqués sur nous et attend de voir comment va se développer le club dans l’avenir pour une salle qui est prévue en multisports pour avoir une dalle froide également dans cette salle afin d’accueillir des matchs soit de notre équipe soit des matchs un peu plus conséquents.
 
HH : On vient de parler objectifs, ambitions, soutiens des collectivités qu’en est-il où qu’en sera-t-il avec les médias parce que le hockey a du mal à se développer et à faire parler de lui en France ?
 
RF : Alors je dois avouer plusieurs choses. La première c’est que je suis agréablement surpris de l’engouement que peut avoir l’arrivée de cette patinoire mais également la création de ce nouveau club de hockey sur glace sur la région de Nîmes mais également sur la région. Je suis en charge pour rechercher des partenaires. Aujourd’hui le club recense 25 partenaires privés sans patinoire sans avoir une visibilité réelle de ce qu’est le hockey sur glace. Donc avoir accroché ce genre de partenaires ce n’est pas des moindres. Ce sont quand même des partenaires assez connus qui nous font confiance pour la suite de la saison. Par exemple là sous mes yeux j’ai deux partenaires qui travaillent conjointement puisque c’est Ford avec le groupe Maurin qui nous fournit les véhicules au niveau du club et Semaprim notre partenaire d’impression et de flocage qui nous floque nos véhicules. Là on est en direct live, ils sont entrain de floquer le véhicule. on a aussi Burger King, Fun radio… des entreprises nationales mais aussi des entreprises régionales du coup nous soutiennent dans de très très bonnes conditions et nous soutiendrons je pense longtemps parce que agréablement surpris l’engouement du club.     
Des gens qui ont l’habitude d’être sollicités et qui nous ont suivi, Et puis l’engouement du coup médiatique aide puisqu’aujourd’hui on a des partenariats avec une télé locale Via Occitania, qui va faire un  suivi sur nos matchs avec aussi de l’information des interviews mais surtout montrer des images à la télé pour faire découvrir le hockey sur le plan régional. C’est une énorme. Et puis ensuite on a un partenaire radio Cette couverture médiatique va nous apporter. C’est nouveau et ça change un peu du foot, du rugby ça change un peu de tous ces sports là et puis sur la région de Nîmes contrairement à nos voisins nos chers voisins montpelierains qui ont beaucoup d’équipes de haut niveau c’est vrai que nous à Nîmes il manque aussi pas mal de sports qui représentent la ville au plus haut niveau Alors avoir un sport peu connu mais avec des ambitions cela attire les médias…
 
HH : Qu’est-ce qu’on peu rajouter sur ce nouveau club ?

RF : je rajouterai juste un grand remerciement à Hockey hebdo qui nous suit et qui me suit depuis depuis de nombreuses années et puis également on n’a pas parlé trop de médias, il y a aussi les médias internet qui suivent le hockey sur glace dont Hockey Hebdo fait parti. Je sais que vous avez beaucoup de travail pour pas forcément beaucoup de retour. L’ensemble du club krokosports remercie Hockey Hebdo pour son soutien également.
 
Photo hockey Division 3 - Division 3 : Nimes (Les Krokos) - Le hockey nimois renait de ses cendres
Crédit photo Kroko Sports

Je donne rendez-vous à tous pour le premier match à domicile que les krokos vont disputer sur le glaçon de leur nouvelle patinoire qui aura lieu le 13 janvier 2018. Pour l’occasion les Nîmois recevront la réserve des Aigles de Nice. Ce jour là sera aussi une grande fête du hockey et permettra de faire découvrir la discipline à tous avec une journée portes ouvertes.
    
HH : Merci Raphael pour nous avoir consacré de ton temps pour cette interview et à bientôt.
    
 
 Vidéo sur le club des Krokos de Nîmes réalisée par Via Occitanie TV Locale Nîmoise
 
 
 
© 2018 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
NYR88 a écritle 28/12/2017 à 13:50  
Je souhaite une très bonne chance à ce club pour cette nouvelle aventure et heureux de voir pousser une nouvelle patinoire dans le sud-est.
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...