trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus : 19ème journée : Strasbourg vs Epinal
4-2
(2-1 2-1 0-0)
Le 10/01/2015
Strasbourg, l'Iceberg
Strasbourg  ] Epinal  ]
La rage de vaincre
 
Après son solide succès défensif acquis à Caen la semaine dernière, l’Etoile Noire peut se relancer en ligue Magnus, ce soir, face à son concurrent historique de l’Est. Mais, décimée par les blessures de joueurs majeurs, parviendra-t-elle à résister à des Gamyos qu’elle n’a pas encore réussi à battre cette saison ? Le coup d’envoi est précédé d’une minute de silence puis d’une Marseillaise en hommage aux victimes des attentats.
 
Strasbourg, l'Iceberg, Hockey Hebdo Thomas Gathy le 11/01/2015 à 01:34
FICHE TECHNIQUE

1650 spectateurs
Arbitres : M. Barbez N. assisté de MM. Caillot et Furet
Buts :
Strasbourg : ; 08.27 Thomas Mathieu (ass David Striz et Jan Pardavy) ; 16.13 Elie Marcos ; 26.20 Jan Cibula (ass Jan Pardavy et Ken Peroff) ; 27.57 Jake Goldberg (ass Jan Pardavy et Valentin Michel)
Epinal : 03.53 Vojtech Kloz (ass Grégory Beron et Aziz Baazzi) ; 20.25 Vincent Kara (ass Michal Petrak et Jan Plch)
Pénalités
18 minutes contre Strasbourg
8 minutes contre Epinal


Alignement strasbourgeois
 
1ère ligne : Mathieu/Marcos puis Siegfriedt/Pardavy [Hoehe/Peroff]
2ème ligne : Cibula/Baeumlin/Burgert [Bougé/Goldberg]
3ème ligne : Michel/Chipaux/Bourgaut [Stritz/Bruneteau]
Blessés : Shupe, Trudeau, Danford, Goncalves, Angles puis Marcos



Place à la relève
 
Dès les premières minutes, Epinal tente de prendre son adversaire à la gorge et Strasbourg vacille. Déjà, Burgert est pénalisé pour faire trébucher (0’35). Un premier tir de Baazi est repoussé (1’15) et la reprise de Hordelalay termine dans le grand filet (1’49). Hiadlovsky se signale sur un break de Rapenne (3’44). Strasbourg a clairement un genou à terre et les Vosgiens finissent logiquement par concrétiser leur supériorité. Un shoot de la bleue de Kloz est seulement ralenti et vient se loger juste derrière la ligne de but [0-1 à 3’53, but de Vojtech Kloz, assisté de Grégory Beron et Aziz Baazi].
 
Une remontée de Kuralt, stoppée par Hiadlovsky de sa mitaine, donne encore des sueurs froides à l’Iceberg (4’16). Mais une interception de Pardavy à la bleue offensive montre que l’Etoile Noire sort progressivement la tête de l’eau. Le doyen des Jaunes et Noirs part en break avec Marcos et décide de lui passer au lieu de la jouer en solitaire. Le capitaine rate la reprise de quelques centimètres et une occasion en or d’égaliser (6’14). Les Strasbourgeois ne sont pas seuls à vendanger puisque Hordelalay rate, dans la foulée, une cage ouverte (6’55). Susanj, décalé dans l’axe, se heurte, lui, à la botte de Hiadlovsky (7’56).
Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus : 19ème journée : Strasbourg  vs Epinal  - La rage de vaincre
Photographe : Christophe Moreau
Jan Cibula, auteur d'un but et capitaine remplaçant

 
Les Vosgiens dominent aux tirs et aux occasions mais l’Etoile Noire se bat sur chaque palet et va parvenir à mettre au fond le peu d’occasions qu’elle se procure. Elie Marcos, en zone adverse, gratte un palet contre la bande et transmet à Thomas Mathieu qui transperce Hocevar à mi-distance, signant ainsi son premier but en ligue Magnus [1-1 à 8’27, but de Thomas Mathieu, assisté de David Stritz et Jan Pardavy].
 
Pardavy, d’un shoot en entrée de zone, atteint Hocevar à la tête. Le gardien quitte la glace, touché au visage, et est remplacé par Pierre Mauffrey (12’20). Hiadlovsky, de son côté, reste dans son match en bloquant un deux-contre-un initié par Offret (12’32). Cibula laisse traîner sa crosse au milieu de la glace et atteint involontairement Le Blond à la gorge. Le vétéran slovaque écope de deux minutes pour crosse haute (13’44). Mais les Spinaliens se montreront bien maladroits tout au long de la rencontre dans l’exercice du power play, celui-ci compris.
 
A l’inverse, les Alsaciens sont, une fois n’est pas coutume, terriblement réalistes. Grâce à une bonne passe de Thomas Mathieu, Elie Marcos rentre en zone et lance pleine lucarne [2-1 à 16’13, but d’Elie Marcos]. Mais le capitaine strasbourgeois se blesse sur l’action et vient grossir les rangs de l’infirmerie. Son poste sur le premier bloc est désormais occupé par Nicolas Siegfriedt.
 
Une pénalité pour dureté de Ken Ograjensek (17’25) donne l’opportunité aux locaux d’assiéger la cage de Mauffrey. L’unité spéciale multiplie les tirs mais une crosse haute de Burgert sur Ouimet remet les équipes à égalité numérique (18’09) et vient soulager les Gamyos prêts à craquer. Le jeu de puissance spinalien n’est pas loin de niveler la marque mais la défense strasbourgeoise dégage tous les rebonds.
 
Tirs cadrés : 12-7 Epinal
 


Défense d’airain et attaques opportunistes
 
Hocevar retrouve ses filets dès l’entame du second tiers. Une bonne nouvelle pour les Spinaliens à laquelle vient tout de suite s’ajouter une autre : une réalisation de Kara. L’attaquant français s’y reprend à deux fois après un premier rebond sur Hiadlovsky, couché de tout son long juste devant lui [2-2 à 20’25, but de Vincent Kara, assisté de Michal Petrak et Jan Plch].
 
Une charge avec la crosse de Pardavy n’augure rien de bon pour l’Etoile Noire (21’47) mais les Gamyos restent malhabiles et se heurtent à des unités de penalty kill intraitables. Hordelalay rate le cadre de près, juste après la pénalité (23’59). Le jeune Thomas Mathieu se met encore en avant en sollicitant la mitaine d’Hocevar (24’24). Mais le gardien slovène doit encore sortir, gêné par sa blessure, et Mauffrey remonte sur la glace.
Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus : 19ème journée : Strasbourg  vs Epinal  - La rage de vaincre
Photographe : Christophe Moreau
Hocevar, blessé, a un moment laissé sa place à Mauffrey

 
Et les conditions ne seront pas idylliques pour se remettre dans le match. Beron pour obstruction et Rapenne pour retenir le laisse à trois contre cinq (25’26). Un double avantage conclu par l’expérimentée paire Pardavy-Cibula, d’une passe depuis l’aile du premier et d’une déviation à bout portant dans le slot du second [3-2 à 26’20, but de Jan Cibula, assisté de Jan Pardavy et Kenneth Peroff, en double sup. num.].
 
Epinal change une dernière fois son gardien et Hocevar revient défendre son but. Là non plus, les Strasbourgeois ne lui laissent pas le temps de se replonger dans l’ambiance. Jake Goldberg franchit la ligne bleue, récupère une passe en retrait et lance du poignet presque sans contrôle dans la lucarne. Une réalisation sublime d’un joueur qui n’a visiblement pas fini d’impressionner l’Iceberg [4-2 à 27’57, but de Jakob Goldberg assisté de Jan Pardavy et Valentin Michel].
 
Le break est fait au tableau d’affichage, mais une charge contre la bande de Burgert laisse à nouveau des espaces libres pour les gâchettes vosgiennes (29’16). Seul Beron, en échappée, se montre menaçant mais Hiadlovsky le déjoue d’un puck check (30’13). Burgert, sorti de prison, est lancé en break away, la mitaine de Hocevar est cependant cette fois sur la trajectoire (31’24).
 
Une obstruction d’Offret contre Baeumlin (32’10) permet à Goldberg et Peroff de tenter leur chance à distance, avant que Hocevar sorte un arrêt mitaine de grande classe face à Michel idéalement décalé au second poteau (34’03). Le portier bas-rhinois saisit, lui aussi au vol, avec la manière, un essai de Goulet, seul dans l’axe, qui a pourtant bien le temps d’ajuster son tir (35’44). Strasbourg plie en fin de tiers sous les assauts des Gamyos mais ne rompt pas.
 
Tirs cadrés : 14/6 Epinal
 

Dernier carré
 
Six joueurs au lieu de cinq, si les hommes de Daniel Bourdages ne débutent pas ce dernier tiers de la meilleure manière, ils tuent parfaitement les deux minutes pour surnombre (41’21). Comprenant que la victoire est à portée de crosse, ils continuent leur travail et luttent pour chaque palet comme si c’était le dernier. Les Gamyos s’accrochent et de longues minutes s’écoulent égrenées de phases successives d’attaques-défenses sans réelles dominations.
 
Valentin Michel effectue une percée, passe derrière le but d’Hocevar, mais son centre ne trouve personne (49’30). L’entraîneur strasbourgeois demande son temps mort après un dégagement interdit de son équipe (51’26), ce qui permet de reposer ses joueurs qui commencent à accuser le coup physiquement. L’Etoile Noire peine, à présent, à sortir de sa zone mais ne lâche rien en défense. Un lancer de Kuralt, seul dans l’axe, atterrit dans les bras de Hiadlovsky (53’47).
Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus : 19ème journée : Strasbourg  vs Epinal  - La rage de vaincre
Photographe : Christophe Moreau
14 tirs pour 4 buts côté strasbourgeois

 
Une double pénalité mineure bien évitable de Nicolas Siegfriedt pour crosse haute (55’06) laisse un mince espoir aux visiteurs de revenir. Une fenêtre de tir qui s’agrandit avec ce faire trébucher de Baeumlin (56’24). Anze Kuralt touche la barre, ultime symbole de la supériorité spinalienne en nombre de tirs et de leur incapacité à les mettre au fond (57’47). Hocevar sort, cette fois pour laisser sa place à un attaquant supplémentaire (59’06). Ken Ograjensek tire juste à côté. Chipaux récupère enfin la rondelle mais il rate la cage vide à la dernière seconde.
 
Tirs cadrés : 13/1 Epinal
 
Hommes du match : Maxime Moisand et Jan Pardavy
 

Sur le papier, l’Etoile Noire avait peu de chances de remporter cette rencontre. Mais aller à rebours des pronostics est devenu pour cette équipe une spécialité. Rigueur défensive absolue pendant soixante minutes, neuf pénalités tuées avec abnégation, un power play sur quatre conclu, une attaque qui met quatre buts pour quatorze tirs et un gardien impeccable. Difficile de reprocher quelque chose ce soir à cette équipe de Strasbourg qui a joué avec une première ligne composée aux deux tiers de jeunes joueurs de la réserve ! Si les remplaçants justement sont parvenus à produire un match de très grande qualité, les blessures en cascade pourraient néanmoins finir par avoir raison physiquement des Strasbourgeois qui vont enchaîner les matchs en janvier.
 
Côté spinalien, le bilan est beaucoup moins élogieux. Avec un effectif presque complet et théoriquement supérieur, les joueurs de Philippe Bozon ont laissé une image beaucoup moins impressionnante que lors de leur venue en Coupe de la Ligue. En cause un power play en manque d’imagination, des tirs à répétition (39 !) mais de faible qualité et des cadres offensifs d’habitude beaucoup plus incisifs.
 
Ce soir, le terme de match référence n’est pas usurpé pour les Strasbourgeois qui ont su vaincre avec un collectif décimé grâce à leur envie et leur concentration.
 
 
© 2021 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
Papou a écritle 11/01/2015 à 11:32  
Et Vlad qui nettoie sa transversale après un des derniers shoots spinaliens....trop fort LOL
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...