trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus : 3ème journée : Dijon vs Epinal
7-9
(4-3 3-3 0-3)
Le 29/09/2012
Dijon - Patinoire municipale
Dijon  ] Epinal  ]
Le mental ne paie pas !
 
Trimolet était hier soir le théâtre d’une rencontre attendue comme étant celle permettant enfin d’évaluer le niveau de jeu des Dijonnais. Les spectateurs des Dauphins d’Epinal sont venus en masse pour assister à ce derby puisqu’une centaine d’entre eux étaient présents. La joie des uns fait le désespoir des autres mais, lors de cette rencontre, nul ne peut dire qu’il n’a pas été surpris de la tournure des évènements
 
Dijon - Patinoire municipale, Hockey Hebdo Guillaume MEURISSE le 30/09/2012 à 19:00
FICHE TECHNIQUE

723 spectateurs
Arbitres : Mr Hauchart assisté de Mrs Furet et Caillot
Buts :
Dijon : ; 10.35 Tim Crowder (ass Johan Skinnars et Janos Vas) ; 12.33 Nicolas Ritz (ass Janos Vas et Johan Skinnars) ; 14.21 Tim Crowder (ass Johan Skinnars et Benoît Quessandier) ; 17.03 Nicolas Ritz ; 29.58 Johan Skinnars (ass Tim Crowder et Janos Vas) ; 34.32 Tim Crowder (ass Janos Vas et Rodi Short) ; 38.27 Janos Vas (ass Johan Skinnars)
Epinal : 03.48 Michal Petrak (ass Jan Plch et Benjamin Casavant ) ; 07.32 Steven Cacciotti (ass Danick Bouchard et Sébastien Gauthier) ; 08.07 Jan Plch (ass Michal Petrak et Benjamin Casavant ) ; 23.09 Fabien Leroy (ass Danick Bouchard et Sébastien Gauthier) ; 36.03 Michal Petrak (ass Jan Plch) ; 39.09 Michal Petrak (ass Steven Cacciotti et Fabien Leroy) ; 53.36 Stephane Gervais (ass Michal Petrak et Jan Plch) ; 54.00 Danick Bouchard (ass Sébastien Gauthier et Fabien Leroy) ; 58.51 Sébastien Gauthier (ass Danick Bouchard et Fabien Leroy)
Pénalités
14 minutes contre Dijon
6 minutes contre Epinal


Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus : 3ème journée  : Dijon  vs Epinal  - Le mental ne paie pas !
Guillaume MEURISSE
C’est dans le camp des Dijonnais que commence l’aventure. Une équipe locale qui subit tantôt les offensives de leurs adversaires mais qui donne bien le change. Les deux formations sont rentrées dans le match dès l’entame et aucune d’entre elle ne laisse de facilité à l’autre. Dijon semble s’imposer de peu sur la possession du palet mais les joueurs s’observent durant les deux premières minutes du match. Andersen lance à la cage de Girard après avoir reçu un court palet à l’engagement, son tir flirte avec la transversale, n’apportant aucune incidence sur le tableau des scores. Ce sont les Dauphins qui trouveront la faille dans la défense des Ducs par Petrak, servi par Plch (0-1, 3’48), ce dernier remonte le palet dans un jeu de passe rapide et l’auteur de l’ouverture du score perce le dernier rempart dijonnais juste sous le bouclier. Dijon n’étant pas favori lors de cette rencontre, l’ensemble des connaisseurs n’ont pu que constater que la logique était respectée.

Tolvanen semble avoir remanié ses lignes offensives et l’équipe de Dijon ne baisse pas les bras comme le montre une certaine tension après une erreur défensive. Le jeu se corse et Mulle est envoyé en prison pour charge avec la crosse, laissant une opportunité aux Dauphins de profiter d’une supériorité numérique. Le carré défensif de Dijon est soumis à rude épreuve, il devient tellement serré pour protéger la cage que la structure géométrique de celui-ci ressemble plus à un point. Malgré les efforts dijonnais, un second but de Caciotti sur une passe de Bouchard est marqué alors qu’il restait seulement une poignée de secondes à jouer pour les Ducs en infériorité numérique (0-2, 7’32). C’est toujours très frustrant pour une équipe de se battre sur tous les palets avec acharnement, pour ne pas prendre de but en infériorité et de faillir alors que le plus gros du danger était déjà passé.

Le troisième but pour Epinal arrive trente-cinq secondes plus tard de Petrak posté à la ligne rouge centrale qui transmet en direction de Plch. Le numéro #14, d’un slap puissant, non masqué, trouve la lucarne de Tillanen (0-3, 8’07).

Départ raté pour les Dijonnais, trois buts pris en moins d’un demi tiers-temps, leurs supporters sont anéantis dans les gradins et pourtant, alors que les Dauphins semblent s’être donné la possibilité de voir venir, les locaux donnent du patin, prennent des tirs avec plus ou moins d’angles et se montrent plus incisifs. Le banc des Vosgiens prend deux minutes de pénalité pour surnombre (qui, après vérification, n’apparaissent pas sur la feuille de match de la FFHG).

Dijon en profite, Vas rentre en zone offensive sur la droite, transmet à Skinnars, bien placé à l’opposé, qui donne à Crowder pour un tir à un décimètre du sol, qui heurte le boudin interne de la botte de Girard et, avec l’élan, finit par franchir la ligne des buts (1-3, 10’35)

Dijon revient vraiment fort dans la partie et accepte vraiment bien la pression du score. Girard est très sollicité et le spectacle prend de l’ampleur avec la compétitivité. Ritz troue la lucarne de Girard et réduit la marque (2-3, 12’33).

Dijon continue de prendre l’ascendant et reste dangereux face à la cage des visiteurs. Dijon ruse et ne laisse pas le temps aux Spinaliens de respirer, peut-être trop mis en confiance par leur avance, en ne s’installant pas dans la zone et en prenant des tirs rapides et directs. Crowder accélère passe la ligne bleue des Dauphins, laisse traîner sa palette en arrière, Girard s’attend à un tir balayé mais, surpris par l’attaquant dijonnais qui ramène le palet près de ses patins, il essaie de rattraper son retard en se déplaçant vers son second poteau, se pensant pris à contre-pied. Crowder feinte, il lève le palet et place un tir en lucarne au premier poteau permettant à son équipe d’égaliser grâce à son doublé (3-3, 14’21).

Le public est bien réveillé, les supporters dijonnais retrouvent des couleurs suite au retour à la marque de leur équipe. Dijon progresse un peu à la méthode d’une équipe de rugby, le porteur du palet se heurte à un premier mur vosgien, il transmet en retrait jusqu’à un nouvel obstacle et ainsi de suite. Les Spinaliens se montrent dangereux également, un palet passe derrière Tillanen dans sa zone sans qu’il soit repris pour finaliser. Des cris de joie éclatent lorsque Girard, abandonné par sa défense, se retrouve en tête à tête avec Ritz qui revient depuis la ligne bleue défensive, dribble le palet suffisamment pour perturber Girard, qui va laisser passer le palet entre ses jambes une nouvelle fois. (4-3, 17’03)

Aucun changement, tant sur l’engagement des joueurs que sur le tableau d’affichage, ne se fera avant la fin du premier tiers.



Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus : 3ème journée  : Dijon  vs Epinal  - Le mental ne paie pas !
Guillaume MEURISSE
Tillanen en grand écart
La reprise s'effectue sur un rythme plus tranquille, le palet circule d’une zone à l’autre, on sent que les joueurs gèrent leurs efforts comme tous bons athlètes sauraient le faire. Kévorkian prend deux minutes de pénalité évitables sur une action offensive pour avoir accroché l'épaule gauche de son adversaire. Les Spinaliens, en supériorité numérique, s'installent assez facilement. Ils lancent le puck en fond de zone et font l'effort d'aller le chercher pour se le transmettre et attendent de créer un trou dans le carré défensif dijonnais, la fameuse "boîte", pour lancer et c'est ainsi que Leroy, de la bleue, parvient à égaliser. (4-4, 23'09)

Dijon  se bouscule, Kara travaille dans les coins et transmet à Ritz prend un tir mais celui-ci n'atteint pas le cadre. Epinal prend une pénalité mineure pour une obstruction de Gervais. Girard renvoie le palet dans la zone adverse et permet à ses attaquants de repartir rapidement à l'attaque.

Hardy réalise un festival de feintes en dansant sur la ligne la bleue des blancs, passant le palet au-dessus des crosses, entre les jambes des Spinaliens mais, ne trouvant pas de solution, il finit par prendre du revers un tir qui va toucher le masque du gardien.
Le jeu se développe aussi dans la zone dijonnaise, Tillanen, souvent masqué, doit rester concentré pour sortir les Dijonnais de la mayonnaise dans laquelle Epinal les a mis. Kévorkian se jette sur les palets en plongeant en phase de backcheck (retour défensif suite à une perte de palet) et parvient à faire échapper le palet à son adverse.

Les phases de jeux sont rapides, dynamiques et les Ducs repartent en croisades avec Ritz, Kara, Andersen puis Hardy qui pilonnent un portier adverse solide à ce moment du match mais qui semble décevoir les supporters spinaliens habitués à mieux.

Bouchard perd le palet et laisse les trois attaquants des Ducs filer vers la cage de Girard qui ne saura arrêter le tir de Skinnars, en nette progression sur cette rencontre par rapport au début du championnat, lancé côté mitaine, ciblé sur la lucarne. (5-4, 29'58) Les défenseurs spinaliens s'en veulent, le portier semble être énervé.

Dijon, de la même manière qu'Epinal, prend deux minutes pour surnombre auxquelles viendront s'additionner celles de Kévorkian pour accrocher, selon le jugement de l'arbitre, dans la cohue devant la cage de Tillanen. Les Ducs évoluent à 3 contre 5, mais les Dauphins ne profiteront pas de cette opportunité pour revenir au score malgré le fait que Tillanen ait passé une bonne partie du powerplay avec la crosse de Hardy en lieu et place de la sienne.

Mulle est pénalisé sur une charge incorrecte derrière la cage sur Bouchard, Gauthier en profite pour mettre un peu de sel sur le feu une fois le coup de sifflet donné et l'arbitre est obligé de séparer les joueurs.

Short récupère un palet en défense en infériorité numérique, transmet sur Vas en milieu de zone qui prolonge pour Crowder qui tire sur Girard en pleine lucarne, le portier est battu et Dijon s'offre un peu d'air. (6-4, 34'32)


Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus : 3ème journée  : Dijon  vs Epinal  - Le mental ne paie pas !
Guillaume MEURISSE
Igier au forecheck
Epinal prend plus de temps pour ses sorties de zone que les Dijonnais qui jouent sur la base de contres lorsqu'il le peuvent. Les Dauphins posent le jeu, ce qui permet à Caciotti à la ligne bleue de servir Plch pour Petrak, qui dribble le gardien dijonnais pour réduire la marque (6-5, 36'03).

Le danger pour Dijon ne vient pas que d'Epinal mais aussi parfois des erreurs de jeu lorsque Hardy percute Tillanen derrière sa cage et que le palet est récupéré par un Spinalien derrière la cage qui centre en urgence. L'action ne portera pas préjudice aux Dijonnais mais aurait pu le faire.

Vas longe la bande du côté gauche et passe la bleue, pas de hors-jeu constaté, il va presque à hauteur de la ligne rouge des buts de Girard, n'est pas inquiété dans sa progression et fonce sur le filet, d'un revers bien placé, il glisse le palet entre les jambes du portier des Vosgiens. (7-5, 38'27)


Tillanen ferme bien la porte, il assure beaucoup d'arrêts décisifs pourtant, à la fin du second tiers, Caciotti et Petrak viendront, une fois de plus, raccrocher les wagons du score, en dribblant le portier. (7-6, 39'09)



On assiste alors à un dernier volet un peu plus brouillon dans cette rencontre, de la part des équipes dont les joueurs semblent accuser le coup des efforts fournis pendant quarante minutes.

Les dix dernières minutes seront fatales aux Dijonnais après avoir tué une énième pénalité, Valier monte le palet, le transmet à Custosse mais les Ducs le perdent, Epinal revient et prend un tir direct sur Tillanen qui l'arrête sans difficulté.

La défense spinalienne est efficace sur la montée de Kara qui ne trouve pas de solution. Gervais prend deux minutes pour une obstruction lorsqu'il fauche en pleine vitesse un joueur dijonnais avec son genou. Les joueurs d'Epinal parviennent à tuer la pénalité, non sans mal, et on peut voir Ouimet se coucher sur la rondelle, l'arbitre siffle, mais ne juge pas utile de valider une dissimulation de palet sur cette action.

Igier part en prison, Plch, Petrak, Gervais mènent le jeu et, dans la panade devant la cage de Dijon, les Spinaliens marquent un septième but alors que le capitaine dijonnais le conteste en expliquant à l'arbitre qu'un joueur adverse était dans la zone (Gervais 7-7, 53'36)

Le danger vient désormais de derrière la cage où Gauthier transmet, au ras du poteau de Tillanen, un palet à Bouchard, qui inscrit le huitième but des Dauphins. (7-8, 54'00)


Dijon doit réagir après ces deux buts inscrits en moins d'une minute, Hardy lance un palet qui claque la crosse de Girard. Les Spinaliens repartent et sont arrêtés par l'arbitre de ligne pour un hors-jeu. Dans le même moment, le head rejoint le banc des Vosgiens alors que les Dijonnais se sont réunis. L'équipe dijonnaise prend un temps mort.

Les engagements sont très importants, Ritz en assure la quasi-totalité avec un pourcentage de réussite intéressant, mais le gardien n'est pas convié par le coach à sortir, pour autoriser une supériorité numérique.

Gauthier prend un tir direct non masqué sur Tillanen en pleine lucarne et inscrit le dernier but de la partie et permet à son équipe de remporter le match.
(7-9, 58'51)



Un départ spinalien en fanfare, avec trois buts d'avances, qui ne leur a pas profité longtemps, vite rattrapé grâce à une bonne cohésion de groupe des Ducs. Les Dauphins continuent de nager en direction du grand large, mais en ayant tout de même passé de nombreux moments en eaux troubles lors de la rencontre. L'équipe de Dijon, quant à elle, perd la partie mais n'a pas à rougir de cette défaite, elle a su revenir au score en première période, prendre l'avantage et être la locomotive du match. Une très belle soirée de hockey sur glace, digne du spectacle que l'on souhaite voir dans toutes les patinoires de France.



Etoiles Hockey Hebdo :

*** : Michal Petrak
** : Steven Caciotti
* : Tim Crowder
 
 
© 2021 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
Frederic21 a écritle 01/10/2012 à 15:59  
Déjà bien content de trouver hockeyhebdo pour s'informer du hockey en France. Et effectivement, il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas. Continuez bien votre travail, moi, je prends toujours autant de plaisir à me connecter régulièrement, à lire vos articles et à participer aux forums.
Guillaume a écritle 01/10/2012 à 12:49  
Bonjour Le Gazier,

Parfaitement d'accord avec toi sur l'indulgence à tenir concernant cette nouvelle mise en place !

Il y a des erreures, non majeures, elles sont parfaitement compréhensibles étant donnée la difficulté de l'exercice (car j'ai pu m'en rendre compte lors de certaine rencontres) et ne peuvent être imputées à la personne derrière le PC, qui jusque là, s'en est toujours bien sorti avec. Cet un nouvel outil, à mon sens assez complets, mais dont les lecteurs, comme ceux qui les génèrent doivent se familiariser avec, Rome ne s'est pas fait en un jour comme on dit.

en attendant c'est à moi de m'adapter lors de la rencontre pour m'améliorer sur les résultats que je dois produire, mais ça, c'est mon soucis et j'ai mon idée là dessus ;)

Loin de moi l'idée de les souligner, mais simplement celle de vouloir complêter les éléments d'information pour ceux qui n'ont malheureusement pas assister à la rencontre. Simplement.

Des erreures, comme le montrent celles que j'ai commises dans l'article, tout le monde en fait, qu'elle soit humaines ou liées à l'informatique. Et comme le souligne un autre lecteur "Seuls ceux qui ne font rien, n'en font jamais".
Le Gazier a écritle 01/10/2012 à 12:26  
Les problèmes de feuille de match sont ponctuels. Aucune formation n'a été dispensée ni même envisagée par la fédé. Les bénévoles doivent se débrouiller alors on va être un indulgent quelques temps.
A noter que trois attaquants dijonnais figurent parmi les cinq meilleurs pointeurs de Magnus. Ca ne vous rappelle rien ?
sphg a écritle 01/10/2012 à 11:31  
quelque soit les erreurs ou les oublis de l article
cela ne change rien aux resultats cela ne fait que comfirmer l amateurisme du hockey en france tout corps d etat confondus!!
pour revenir au match cela va t etre tres compliquede remplacer l efficacite de l attaque premier bloc de l an passe souvenez vous des feuilles
gascon riendeau guttig ou guttig riendeau gascon ou encore riendeau guttig gascon
Frederic21 a écritle 01/10/2012 à 08:59  
..et puis, Rouen 9e, Dijon 10e, avec des statistiques quasi-identiques : 3 matchs joués, 2 défaites, 1 victoire, différence d'un but +/-.
Frederic21 a écritle 01/10/2012 à 08:54  
N'ayant pu assister à la rencontre samedi, j'ai lu avec attention ce résumé, qui donne une bonne idée de l'ambiance, et du hockey qu'il devait y avoir. Effectivement, les gardiens se sont faits bombarder des deux cotés, avec une pressing non-stop. Ceci dit, je vois que Dijon affine ses lignes et monte en puissance. Même si samedi, les Ducs n'ont pas ramené les 2 points nécessaires, je n'ai aucun doute quand aux capacités des joueurs pour tenir dans le temps! C'est là que se fera toute la différence. Merci à Guillaume pour ce résumé.
SC a écritle 01/10/2012 à 07:13  
Merci à toi pour tout le travail accompli. Ce n'est pas ton fait si la feuille de match ffhg comporte des erreurs ! Merci Guillaume !
togmuhoni a écritle 01/10/2012 à 06:08  
Il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas !! Vu le match on peut comprendre la difficulté de la retranscription !!! Merci à tous les reporters HH pour leur travail et de nous faire (re)vivre les matchs de telle manière !

Continuez ainsi !!!
snapshot a écritle 30/09/2012 à 22:59  
Merci à vous de prendre du temps de rédiger ces comptes rendus et de mettre les photos.
Bonne continuation
Guillaume a écritle 30/09/2012 à 22:22  
Bonjour et merci de nous lire,

effectivement pour rédiger cet article et prendre des photos pour illustrer la rencontre, il est possible que j'ai commis quelques erreurs.
La rapidité du match est effectivement un facteur assez important dans la réalisation de l'exercice.

L'ambiance sur la glace, comme dans les gradins est, je l'espère, assez bien retranscris, du moins vu du bord de la glace.

Quand aux détails, ils me semblent suffisamment précis et pas trop complexes pour que le résumé de la partie soit lisible.

désolé pour les petites imperfection, la fdm de la fédé n'aide pas vraiment...

On fera mieux la prochaine fois, s'ils (les joueurs de chaque équipe naturellement) nous plantent pas 25 buts à la seconde ;)
snapshot a écritle 30/09/2012 à 21:23  
ça devait aller trop vite ... :D
SC a écritle 30/09/2012 à 21:17  
La fédé a aussi oublié les 4 buts d'Epinal en powerplay. Au lieu de 0 sur 7, c'est 4 sur 7, ce qui en fait l'équipe ayant marqué le plus de but dans cet exercice et non la dernière !
Ca change tout de même un peu les choses...

http://www.pointstreak.com/prostats/specialteams.html?leagueid=1426&seasonid=9314&sortby=ppgf
snapshot a écritle 30/09/2012 à 20:52  
J'oubliais,
Il n'y a pas que l'erreur au niveau des 2 min sur la FDM de la FFHG : Dijon n'a jamais eu 2 buts d'avance.

Voir les autres résumés ci-dessous où à chaque fois c'est égalisation d'épinal puis dijon qui reprend la tête de 4-3 à 7-7

Article sur le match:
-Source Dijon Sport News.fr : http://www.dijon-sportnews.fr/2012/09/2 ... m=facebook
-Source LeBienPublic : http://www.bienpublic.com/sport-local/2 ... es-regrets

Buts du 2nd tiers:
Epinal Leroy
Dijon skinnars
Epinal Petrak
Dijon Crowder
Epinal Petrak
Dijon Vas

Au final ça change pas grand chose, mais c'est pour bien illustrer l'esprit match de ping-pong auquel nous avons eu droit ;-)
Un match comme cela on en redemande, on se s’endort pas :D
snapshot a écritle 30/09/2012 à 20:32  
Le dernier but d' Epinal n'est pas en lucarne, il passe sous le bras droit du goal dijonnais qui le freine seulement et le regarde passer la ligne au ralenti ...
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...