Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - NHL - National Hockey League
Lord Stanley à Las Vegas !
 
Les Las Vegas Golden Knights remportent la coupe Stanley face au Panthers de Floride, en cinq matchs.
 
T-Mobile Arena, Las Vegas, USA, Hockey Hebdo Roxane le 14/06/2023 à 16:39
Photo hockey NHL - National Hockey League  - NHL - National Hockey League  - Lord Stanley à Las Vegas !
LacoupeStanley @StanleyCup


Après l’espoir de la victoire des Panthers en temps additionnel au match 3, Vegas était revenue gagner le match 4 sur leurs terres. Mais quoi de mieux que de gagner chez soi, sous les yeux des siens, de son clan, qui hurle sa joie dorée dans les gradins ? Pas grand-chose. Et c’est à cette joie qu’ont gouté les Golden Knights, grands vainqueurs de cette nuit.

Pour l’équipe de Vegas, il n’y avait donc pas plus parfait : à domicile, un match victorieux concluant à son avantage une saison après bien peu d’existence (6 ans) et surtout quelle victoire ! 9 buts à 3.


 

Le premier tiers était vraiment agréable à regarder et laissait encore place à toute éventualité de victoire pour la Floride. On a déjà vu des remontée bien plus impressionnantes que deux simples buts à la fin des premières vingt minutes !

Pour une fois, le jeu, bien qu’un peu frénétique était assez déployé et fluide. Certains passages de ce premier vingt donnaient même parfois l’impression d’être tournés en accéléré tellement les joueurs se pourchassaient sur la glace avec rapidité et presque élégance. (Peut-être était-ce aussi l’effet produit sur le spectateur européen obligé de regarder des matchs à 2h00 du matin… Hockey ou sommeil, certains diront que le choix est vite fait).

Le premier but pose la pierre angulaire de la victoire, marqué par Mark Stone, capitaine de ces messieurs, et en infériorité s’il vous plait (le Canadien Keegan Kolesar était en prison).

 
Le deuxième but du tiers commence par un très bel arrêt de Bobrovsky mais tout s’embrouillonne très rapidement autour de la cage, joueurs d’un camp et de l’autre se mélangent, commencent à se battre, on ne comprend plus rien (surtout à 2h00 du matin, au risque de se répéter) mais Hague est assez malin pour trouver la faille. Un but de défenseur en plus : on aime !

Pour comprendre par soi-même la faille trouvée par Hague : 
 

Deuxième tiers et cage ouverte : Pauvre Bobrovsky : humilié jusqu’au trognon, ce pauvre goalie, qu’après quatre buts en 9 minutes, on n’a même pas rappelé sur le banc. 5 buts en un tiers dont quatre pour Vegas, pour le moral des troupes… voilà qui est tout sauf reposant. Déjà, dès le début de ces vingt minutes neuves, on sent la Floride beaucoup plus hésitante qu'avant, partant moins à l’attaque, sans initiative majeure ; observant et laissant jouer plus qu’active. Certes, les rouges de ce tournoi ne souhaitent pas rester en arrière et envoie Ekbald, défenseur aussi, marquer contre Hill. Mais ça ne suffit pas, loin de là.
 

De la fin du deuxième tiers, on retiendra plusieurs choses, à défaut de faire la liste exhaustive des buts marqués. D’abord, le style de jeu brutal et opportuniste de Marchessault qui laboure la cage revient plusieurs fois, triomphalement efficace, partout à rôder exactement là où ses coéquipiers l’attendent et jamais là où ses adversaires, eux l’attendent.

Ensuite, le mental de Bobrovsky qui finit par n’en prendre un coup que bien après le deuxième tiers où ses arrêts ou tentatives d’arrêts sont toujours la preuve qu’il ne ménage pas ses efforts. (Son arrêt, fesses dans les filets, raidi au maximum, avec l’équivalent de la moitié de l’effectif sur glace coincé avec lui dans la cage, était bien agréable à regarder).
 
Il y a le doublé du capitaine, Stone, enfin (qui triplera, à la fin en cage vide, marquant ainsi un tour du chapeau), qui marque en véritable chevalier qu’il est, à genou, dans ce match qui est une consécration.  
 
 

Le tiers est amer.
6 – 1 à l’ouverture … : dur de revenir guilleret sur la glace. Les Panthers ont tout de collégiens mal organisés, suivant les meneurs pour tenter de rester à flot mais ils n’ont plus rien dans les veines. Vegas tourne autour de Bobrovsky complètement abandonné des siens. La défense est absente voire contre-productive, gênant les mains du gardien, mal placée au possible. Par contraste, forcément, ce que montrent les chevaliers d’or est bien plus convaincant. Un arrêt délicieux par Hill, qui sort le palet de la botte gauche, s’éparpillant sur la glace avec beaucoup de maitrise. Il fera en tout 32 arrêts dans ce match.
Il semble que la confusion qui règne dans les rangs des Panthers s’étende jusque derrière le banc. A plus de 6 minutes de la fin du tiers et alors que le tableau affiche encore 7 – 3, Paul Maurice rappelle Bobrovsky. Alors, Vegas s’en donne à cœur joie, achevant le fauve mourant de deux buts encore, l’un par Stone en cage vide, et le dernier par Roy qui aurait très bien pu se passer de le mettre mais qui le colle entre les poteaux en se retournant, comme ça, pour le plaisir.
 

 
 
 
© 2023 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...