Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Statistiques
Magnus: bilan de la première phase aller
 
Même si la Ligue Magnus n’en est qu’au quart de la saison, certains chiffres et statistiques sont déjà révélateurs des forces en présence et permettent de faire des projections d’ici la fin de la saison.
 
Ligue Magnus, Hockey Hebdo Jean-Christophe Salomé le 16/10/2016 à 07:00

Note de la rédaction: toutes les données présentées et compilées dans cet article ont été extraites des feuilles de match officielles (Pointstreak).
 

La première phase aller vient donc de s’achever (11 journées sur 44). Hormis pour Grenoble et Lyon qui ont décalé leur match,  tous les clubs auront joué une fois contre les autres.

Moins de buts marqués

Photo hockey Statistiques - Statistiques - Magnus: bilan de la première phase aller
photo: Jean-Christophe Salomé
347 buts ont été marqués sur les 65 premiers matchs soit 5.3 / match, contre 6.7 / match lors de la précédente saison (1124 buts sur 182 journées). Si on ramène ces 5.3 buts / match sur un rythme de 182 journées comme lors de la saison 2015/16, il y aurait 250 buts de moins en fin de saison.
La journée la plus difficile pour les gardiens s’est soldée par 36 buts lors de la 4e journée, soit 5.8 buts par match, contre 26 buts pour la 9e journée où les défenses ont été particulièrement efficaces soit 4.3 buts / match. Un bilan assez éloigné des 8.9 buts /match (62 buts) de la 1ère journée de la précédente saison.
Le leader bordelais a la meilleure défense avec 17 buts encaissés, mais a paradoxalement une des plus mauvaises attaques (10e sur 12 avec 25 buts)

Des matchs plus serrés

Sur les 65 matchs de cette première phase, 48% des matchs (31 matchs) se sont terminés avec un but d’écart dont 15 en prolongation et 1 lors des tirs aux buts.
Lors de la précédente saison, 37% des matchs se sont achevés avec 1 but d'écart. La prolongation à 3 contre 3 se ressent immédiatement avec nettement moins de tirs aux buts.
 
  2015-16
182 matchs
2016-17
65 matchs
tendance
1 but d'écart
(temps réglementaire)
41 soit 22,5% 15 soit 23% =
prolongation 18 soit 10% 15 soit 23% +
tirs aux buts 9 soit 5% 1 soit 1,5% -
  68 soit 37,4% 31 soit 47,7% -

 
Le public est-il au rendez-vous ?

L’affluence moyenne va-t-elle s’améliorer cette saison ? Depuis la saison 2012-13, celle-ci ne cesse de progresser : 1516 spectateurs par match en 2012-13, puis 1627 en 2013-14, 1749 en 2014-15 pour atteindre 1827 la saison dernière. Avec l’augmentation du nombre de matchs, la suppression du samedi, les matchs en semaine le mardi et vendredi avec le dimanche après-midi, les habitudes sont un peu bousculées. La tendance va-t-elle s’inverser ?
Les premiers résultats montrent une nette chute du nombre de spectateurs, quelle que soit la patinoire. Avec un peu moins de 1500 spectateurs en moyenne pour les 11 premières journées, le bilan est négatif même s’il est à nuancer puisque la moyenne des matchs du mardi dédiés à la Coupe de la Ligue était de 1027 spectateurs la saison passée.
 

Le classement

En reprenant la moyenne de points par match et en faisant une projection sur 44 matchs, nous obtenons le nombre de points ci-dessous, que l'on compare avec les précédentes saisons.
 
2012-13 2013-14 2014-15 2015-16
Position pts/match points
1er 1.73 76 1er 1.69 74 1er 1.53 68 1er 2.23 98
4e 1.19 52 4e 1.23 54 4e 1.46 64 4e 2 89
8e 1.08 47 8e 1.03 45 8e 0.96 42 8e 1.46 64
dernier 0.57 25 dernier 0.57 25 dernier 0.69 30 dernier 0.73 32
 
2015-16 2016-17
projection sur 44 journées
Points après
11 journées
1er 2.23 98 1er 2.3 101 23
4e 2 89 4e 1.9 83 19
8e 1.46 64 8e 1.2 53 12
dernier 0.73 32 12e 0.6 26 6

Pour la saison 2016-17, il reste 99 pts à prendre (33 matchs). Tout reste possible mathématiquement, mais le retard accumulé par les 4 derniers est assez important, assez en tout cas pour espérer accrocher le Top 4 avant le dernier quart de la saison.
Le rythme adopté par les premiers est plus élevé que les précédentes saisons. Bordeaux occupe une surprenante première place, tout comme Lyon, 4e. Un léger essouflement est prévisible, mais leur avance leur permet d'aborder la suite de la saison avec un peu moins de pression.
En bas de classement, on est peu habitués à voir Grenoble et Angers. Les deux équipes ont pris un retard très important et ce retard accumulé risque de se ressentir en fin de saison. Bien qu'avant-dernier avec une pénalité de 6 points au classement, le rythme réél des Brûleurs de Loups avec 1.4 pts par match leur permet d'entrevoir le Top 8 avec une projection de 45 points sur les 99 à prendre pour un total 55 points, ce qui les placerait entre la 6e et 8e place. Cela dit, cela reste théorique et les écarts sont faibles entre la 6e et 10e place.


Photo hockey Statistiques - Statistiques - Magnus: bilan de la première phase aller
photo: Jean-Christophe Salomé
Sébastien Ylonen, Bordeaux
Réussite en Supériorité / Infériorité

Un bon taux de réussite en supériorité est supérieur à 20%, soit 1 but toutes les 5 supériorités.
Dijon, Amiens et Gap ont le plus souvent évolué en infériorité alors que Strasbourg, Angers et Lyon ont été les moins pénalisés. Tous ont un taux de réussite supérieur à 80% sauf Amiens (78.6%) et Nice (72.7%). Bordeaux survole l'exercice avec un taux impressionnant de 95.6% et 2 buts encaissés en 45 infériorités.

En ce début de saison, les situations de supériorité ne sont pas efficaces puisque seules deux équipes sont au dessus des 20% de réussite. Autant éviter les fautes face à Dijon qui pénalise les fautifs sur près d'une pénalité sur trois (32.4% de réussite). Gap est le suivant avec 21.7%. Si les boxers de Bordeaux dominent les infériorités, autant dire qu'il leur reste du travail en supériorité avec seulement 3 buts en 51 supériorités (5.9% de réussite!). Et cela ne les empêche pas de dominer le classement. S'ils retrouvent de la réussite en powerplay, les Boxers seront encore plus difficile à déloger de la première place !
Les Pionniers de Chamonix-Morzine (5.1%) et Strasbourg (5%) ont également du travail à faire à l'entrainement. C'est impératif pour Chamonix-Morzine pour quitter le bas de classement. Globalement, le taux de réussite moyen des clubs est faible avec seulement 13.9% (77 buts en 552 supériorités).
Nul doute que cette statistique devrait bientôt remonter.





J’ai glissé chef !

Sur les 65 matchs, les joueurs ont passé un total de 2093 minutes au cachot, soit un peu plus de 32 minutes par match. Le match le moins pénalisé s'est terminé avec 6 minutes (3 pénalités) contre 220 minutes pour le match le plus pénalisé.

599 pénalités de 2 minutes, soit environ 9 pénalités de 2 minutes par match.
15 pénalités de 5 minutes, soit un peu plus d'une par journée
33 pénalités de 10 minutes, soit une tous les deux matchs
14 pénalités de 20 minutes, soit un peu plus d'une par journée
8 pénalités de 20+5 dont 5 sur un seul match (Amiens - Dijon le 11/10)
 
  2015-16 2016-17
  nombre moyenne
par match
(minutes)
%age
(en minutes)
nombre moyenne
par match
(minutes)
%age
(en minutes)
2 minutes 1869 20,5 66,4 588 18,1 57
5 21 0,6 1,9 15 1,1 3,7
10 103 5,7 18,3 33 5 16
20 24 2,6 8,5 14 4,3 13,6
20 + 5 11 1,5 4,9 8 3,1 9,7
minutes / match   30,9     31,6  

Le nombre moyen de pénalités mineures diminue légérement alors que les pénalités de match sont en progression.
type de pénalité mineure (2 minutes) 
et moyenne / match
Pénalité 2015-16  -  182 matchs 2016-17  -  65 matchs
Faire trébucher 293 soit 1.6 / match 112 soit 1,7 / match
Dureté  280 soit 1,54 / match 63 soit 0,97 / match
Accrocher 268 soit 1,47 / match 85 soit 1.3 / match
Cinglage 215 soit 1.15 / match 60 soit 0,92 / match 
Obstruction 175 soit 0,96 / match 68 soit 1,05 / match
Retenir 129 soit 0,7 / match 26 soit 0,4 / match
Charge avec la crosse 93 soit 0,5 / match 25 soit 0,4 / match
Crosse haute 92 soit 0,5 / match 36 soit 0,55 / match


Photo hockey Statistiques - Statistiques - Magnus: bilan de la première phase aller
photo: Jean-Christophe Salomé
Du côté des zèbres

Sur les 26 journées de la saison 2015/16, les arbitres ont officié entre 14 et 22 matchs pour la plupart.
Depuis le début de la saison, 11 arbitres (Head) ont officié en Ligue Magnus, entre 3 et 7 matchs par arbitre sur les 11 premières journées, soit un faible nombre de match par arbitre. Si les joueurs enchaînent les matchs, les abritres peuvent parfois perdre le rythme avec souvent plus d'une semaine entre 2 matchs de Magnus à arbitrer. Si la ligue et les clubs se professionnalisent, il est tout aussi important voire primordial d'accorder des moyens supplémentaires au corps arbitral. 

Sur ces 11 arbitres, la moyenne des minutes de pénalités par arbitre varie de 20 à 75 minutes (48 si on enléve le match Amiens-Dijon avec 6 joueurs renvoyés aux vestiaires).

Le match Rouen-Gap qui a été arbitré à 4 (Mr Bergamelli et Mr Ernecq) n'a pas été comptabilisé dans le tableau ci-dessous.

 
 
Nombre moyen
de pénalités de
2 minutes / match
Moyenne par match
en minutes
%age
2 minutes
Mr Hauchart (7 matchs) 6,29 29 43,3
Mr Rauline (3 matchs) 7 29 48,3
Mr Bliek (7 matchs) 8,1 22 74
Mr Garbay (7 matchs) 8,4 24 70,2
Mr Bergamelli (6 matchs) 8,5 24,5 69,4
Mr Barbez (4 matchs) 8,5 32 53,1
Mr Bourreau (7 matchs) 9,3 20 92,9
Mr Barcello (7 matchs) 10 36,43 55
Mr Gremion (5 matchs) 10,6 31,2 68
Mr Fabre (6 matchs) 11 75,33 29,2
Mr Ernecq (5 matchs) 13,6 34,2 79,5

 

 
 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...