Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - NHL - National Hockey League
NHL : Entretien avec Antoine Roussel
 
Antoine Roussel est l'un des meilleurs joueurs de NHL à son poste. Respecté par tous, il impose son style de jeu depuis plusieurs saisons dans toutes les patinoires de la meilleure ligue du monde. Une fois de plus, l'international français a choisi Hockey Hebdo pour revenir sur sa saison 2016-2017 et pour parler de son équipe, les Dallas Stars, avant le début de la saison 2017-2018.
 
Media Sports Loisirs, Hockey Hebdo Nicolas Czyz le 07/08/2017 à 10:21
Photo hockey NHL - National Hockey League  - NHL - National Hockey League  - NHL : Entretien avec Antoine Roussel

Hockey Hebdo – Malgré un effectif de qualité, les Stars de Dallas connaissent une nouvelle saison sans playoffs. La série de victoires qui aurait pu mettre les Stars sur orbite, n’arrive pas avant fin décembre. Vous terminez 6ème de la division Centrale avec une fiche de 79 points. Qu’est ce qui n’a pas fonctionné selon toi ?
 
Antoine Roussel –
Les blessures du début de saison nous ont vraiment fait mal. Nous avons été l'une des équipes les plus handicapées par les blessures. Nous avons mis un peu de temps avant de trouver une chimie d'équipe, puis après nous sommes rentrés dans une véritable course contre la montre pour rattraper notre retard et essayer de faire les séries.
 

Hockey Hebdo – Au niveau statistique, en ayant disputé uniquement 60 matchs, tu termines la saison avec 12 buts et 15 assistes soit le 8ème pointeur des Stars. Quelle analyse fais-tu de ta saison ?
 
Antoine Roussel –
J'aurais évidemment aimé jouer une saison complète et aider l'équipe à atteindre les séries. Ceci étant dit, je suis plutôt satisfait de ma saison d'un point de vue personnel, même si je sens que j'ai encore une marge de progression. J'ai été particulièrement content de mon temps de jeu. J'ai réussi à tirer mon épingle du jeu. Cependant, j'aurais préféré disputer les playoffs et tout faire pour essayer de remporter la Coupe Stanley.

 
Hockey Hebdo – Penses-tu que le fait d’avoir été aligné avec des joueurs « Elite » comme Jason Spezza et Tyler Seguin t'a poussé à devenir un joueur plus complet et à développer tes qualités de finisseur ?
 
Antoine Roussel –
C'est clair que pour moi, jouer avec des excellents joueurs m'a permis d'être meilleur et de progresser chaque jour. C'est sûr que ça a eu un impact significatif sur ma saison. Y'a toujours un truc qui se passe lorsque tu alignes un travailleur avec des joueurs de talent. Il n'y a pas de carence dans ce style de trio. Que se soit dans l'impact physique ou dans la finition, chacun a un rôle bien précis. Pour eux, c'est plus naturel de faire certaines choses et pour moi, il est plus naturel de faire d'autres choses. On se complète bien de cette façon.
 
 
Hockey Hebdo – Le 18 février dernier tu deviens le 1er joueur français a inscrire un hat-trick en NHL. Ce soir là, le Lightning de Tampa Bay n’a rien pu faire pour te stopper. Te souviens-tu de ces 3 buts ?
 
Antoine Roussel –
Ah oui absolument ! En règle générale, je suis parfaitement capable de me rappeler chacun de mes buts d'une saison à l'autre.


Hockey Hebdo – Sur le moment, est ce que tu as réalisé que tu venais de rentrer dans l’histoire de la NHL ?

Antoine Roussel –
Sur le moment non ! C'était juste « Cool » de scorer mon premier hat-trick en carrière. Disons que pour moi , depuis mes années en Minime, Cadet ou encore Midget, je n'avais pas le souvenir d'avoir déjà marqué 3 fois en un match. C'était un bon moment, en plus nous avons remporté le match.

 
Hockey Hebdo – Quelques jours plus tard, le 2 mars, ta saison se termine lors d’un match face aux Islanders. En effet, sur une phase défensive, tu bloques un tir d’un des plus gros artilleurs de la NHL, Johnny Boychuck. As-tu de suite compris que ta blessure était grave ? As-tu subi une opération ? As-tu eu peur de ne pas pouvoir faire les championnats du monde de Paris ?
 
Antoine Roussel –
Non, je ne pensais pas que c'était grave. Disons que ça faisait mal mais je ne pensais pas que c'était brisé. Finalement, on m'a annoncé que c'était cassé mais que ça ne nécessiterait pas une opération. Pour les championnats du monde, je t'avouerais que ça ne m'a pas traversé l'esprit tout de suite. C'est deux, trois jours plus tard que je me suite posé la question. Généralement, ce type de blessure a tendance à bien guérir et mon docteur m'a rapidement rassuré sur ma participation aux championnats du monde.
 
 
Hockey Hebdo – Qu’est ce qui fait le plus mal : Un coup de poing sur une visière de casque lors d'une bagarre ou de bloquer un shoot de Boychuck ?
 
Antoine Roussel –
Sans hésitation, bloquer le tir de Boychuck !
 
 
Hockey Hebdo – Tu es finalement rétabli à temps pour les Championnats du monde de Paris. As-tu toujours le même plaisir à retrouver tes coéquipiers de l'équipe de France ?
 
Antoine Roussel –
C'est que du « fun ». C'est toujours des bons moments. J'adore jouer pour cette équipe et cela depuis mon plus jeune âge. Pour la plupart, on se connait depuis les sélections de jeunes. Il y a 4 ou 5 joueurs des Bleus avec qui je joue depuis mes 16 ans. Même si on échange régulièrement durant la saison, c'est toujours sympa de pouvoir se revoir lors des sélections avec les Bleus. En plus, c'est un honneur de pouvoir représenter la France.
 
 
Photo hockey NHL - National Hockey League  - NHL - National Hockey League  - NHL : Entretien avec Antoine Roussel
Hockey Hebdo – Avec 8 points en 7 rencontres, tu réalises de très bons championnats. L'équipe de France a encore une fois réalisé des exploits et a mis le feu à l’AccorHotels Arena à chaque rencontre. Penses-tu que vous aviez le niveau pour aller plus loin dans cette compétition ?
 
Antoine Roussel –
Oui, je pense que nous avions le niveau pour au moins faire les ¼ de finales. Après, on aurait pu faire encore mieux et atteindre les ½ finales mais ça aurait été une autre paire de manche. Sur un match, tout est possible. La prolongation face à la Biélorussie et la défaite face aux Tchèques, nous ont fait du mal. Nous tenions le match face aux Biélorusses pour finalement échapper un point et nous n'avons pas pu profiter des power plays face aux Tchèques. Au final, c'est ça qui fait la différence. A ce niveau là, si tu veux réaliser des performances, tes unités spéciales doivent tourner à plein régime et ton gardien, doit réaliser un match parfait.
 
 
Hockey Hebdo – Tu es un leader naturel sur et en dehors de la glace. Es-tu prêt à porter une lettre distinctive sur ton chandail avec les Bleus, si Dave Henderson vient à te le proposer ?

Antoine Roussel –
Si on me le propose, oui. Mais, personnellement je ne cours pas après ça. Je n'ai pas besoin d'avoir une lettre sur mon chandail pour dire ce que je pense dans le vestiaire, ou pour agir différemment sur la glace.


Hockey Hebdo - Cette saison, la NHL va accueillir une nouvelle franchise. Afin que Vegas puisse constituer son effectif, la NHL a organisé une Draft d'expansion. Sans revenir sur le système et pour faire simple, ton équipe a choisi de te protéger. Penses-tu que c'est une preuve de confiance de la part des Stars de Dallas ?
 
Antoine Roussel –
C'est clair que ça pointe dans cette direction. D'un coté, c'est décevant, car ils ont dû laissé partir Cody Eakin, mais d'un autre coté, en ce qui me concerne, c'est une belle preuve de confiance. J’espère sincèrement que ça va continuer dans ce sens.


Hockey Hebdo – Comment as-tu appris que tu allais être protégé par les Stars ?

Antoine Roussel –
Tous les ans, en fin de saison, nous avons un « meeting » avec les membres du staff. Je me souviens avoir posé la question, car pour moi c'était important de savoir dans quelle direction j'allais avec ma carrière. Ils m'ont répondu positivement et ça m'a donné de la confiance.

 
Hockey Hebdo – Ton coéquipier de l'équipe de France, Pierre-Edouard Bellemare, n’a pas eu ta «chance» et a du faire ses valises pour Vegas. As-tu échangé avec lui depuis la Draft d’expansion ?
 
Antoine Roussel –
On s'est parlé un petit peu mais nous nous sommes surtout texté. Je pense que c'est une belle opportunité pour Pierre-Edouard. C'est sûr que ça ne doit pas être facile. Cela faisait déjà 3 ans qu'il était à Philadelphie. Il commençait à avoir ses habitudes et il va devoir recréer ça à Vegas. Maintenant, c'est une vrai opportunité pour lui. Il va certainement avoir plus de temps de jeu et des responsabilités différentes. C'est pas une mauvaise chose, je suis content pour lui et je suis certain qu'il va très bien performer à Vegas.
 
 
Hockey Hebdo – Le 24 juin dernier, le jeune Alexandre Texier devenait le premier français formé en France à se faire repêcher par une franchise NHL.  Que peux-tu nous dire sur ce jeune joueur ?
 
Antoine Roussel –
Pour le peu que je l'ai côtoyé, j'ai trouvé qu'il avait la tête sur les épaules et qu'il avait une bonne attitude. Il n'a malheureusement pas pu faire les championnats du monde, mais j'aurais aimé le voir évoluer lors de cette compétition, où les matchs s'enchainent relativement rapidement. Ceci dit, pour un gars de 17 ans, faire des matchs hors concours avec l'équipe de France, lui a donné un sacré bagage.
 
 
Hockey Hebdo – Alexandre a fait le choix de poursuivre sa carrière en Finlande malgré son repêchage par le Drakkar de Baie - Comeau, en LHJMQ, lors de la Draft CHL import. Toi qui a connu la LHJMQ, qu'aurais-tu conseillé à l’ancien brûleur de loups?

Antoine Roussel –
Je pense que c'est bien pour lui. Moi, je suis passé par la LHJMQ parce que je n'avais pas le niveau pour jouer directement en SM Liiga. Il est vraiment talentueux et ça lui a ouvert d'autres portes. Maintenant, il va pouvoir se perfectionner en jouant contre des hommes et pour lui, c'est peut être le meilleur chemin pour atteindre la NHL.
 
 
Photo hockey NHL - National Hockey League  - NHL - National Hockey League  - NHL : Entretien avec Antoine Roussel
Hockey Hebdo –Les Stars ont annoncé que Lindy Ruff ne reviendrait pas sur les bancs de la franchise texane. Ken Hitchcock lui succédera dans ses fonctions. Hitchcock est l'entraineur emblématique des Stars, avec qui, ils ont remporté la Stanley Cup en 1999. Que va- t- il vous apporter ?

Antoine Roussel –
Je pense qu'il va apporter son expérience et un discours différent. Lindy a fait beaucoup de choses pour nous, et nous avons eu du succès avec lui. Mais, nous avons manqué les séries des deux dernières saisons et clairement, notre équipe ne pouvait plus se le permettre. Ken Hitchcock va nous aider à passer un palier. Tous les joueurs veulent arriver tôt au camp. Nous sommes tous très excités.
 

Hockey Hebdo – Les Stars ont été particulièrement actifs pendant l’été via des transactions qui ont amené Ben Bishop et Marc Methot mais aussi via la « Free Agency » en signant Martin Hanzal et Alexander Radulov. Pouvons-nous commencer à parler des Stars comme des prétendants sérieux à la Coupe Stanley?

Antoine Roussel –
Nous avons l'objectif, pour les deux prochaines années, de se rendre au moins, en finale de conférence. Notre équipe n'est pas construite pour developper des jeunes joueurs. Les Stars sont construits pour être performants de suite. C'est un réel bonheur de faire partie d'une équipe comme ça, qui peut prétendre à la victoire finale chaque saison.


Hockey Hebdo – Tu vas entamer ta dernière année de contrat avec les Stars. Quel est ton objectif pour la saison à venir ?

Antoine Roussel –
J'aimerais avoir la meilleure saison possible pour faire les séries et pouvoir gagner la Coupe Stanley.
 
 
Hockey Hebdo – Et bien justement en parlant de la Coupe Stanley. La NHL fait la promotion de la coupe après la finale avec «A  DAY WITH THE CUP ». En 2010, Cristobal Huet avait présenté la Coupe de Lord Stanley à Grenoble avant de prendre la pose devant la Tour Eiffel. Si tu viens à remporter la Coupe Stanley, viendras-tu dans le Nord de la France pour présenter la coupe aux Ch’tis ?

Antoine Roussel –
Bien écoute, je vais déjà commencer par la gagner avant de faire des plans sur la comète. Gagner la Coupe Stanley, c'est mon objectif.
 

Tout est réuni pour qu'Antoine Roussel puisse entamer sa dernière année de contrat avec les Stars de Dallas dans les meilleures conditions. Les dirigeants de la franchise texane lui ont donné toute la confiance dont il a besoin pour être performant et cela c'est déjà vu lors des championnats du monde. Si son équipe et lui-même arrivent à être épargnés par les blessures, il est fort probable que nous les retrouverons dans le carré final des playoffs NHL la saison prochaine.
Toute la rédaction d'Hockey Hebdo souhaite à Antoine Roussel de pouvoir atteindre les objectifs qu'il s'est fixé. L'équipe NHL de Hockey Hebdo vous informera régulièrement des performances du français des Stars tout au long de la saison à venir.
 
 
© 2017 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...