trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Suisse - National League
NLA: Retour aux affaires
 
Ds mercredi avec la visite des Tigers de Langnau chez le champion Zrich, la NLA reprend ses droits avec une saison passionnante est quilibre en perspective
 
Suisse, Hockey Hebdo Cdric Martin le 11/09/2012 18:28
C’est déjà la reprise en Suisse, avec un premier match avancé de la première journée dès mercredi soir, entre les Lions de Zürich, champions en titre, et les Tigers de Langnau.
 

En 2011-2012, le championnat de Suisse a vécu une saison exceptionnelle avec, en véritable cerise sur le gâteau, une finale d’anthologie entre deux géants du hockey européen, Bern et Zürich. Dans la lignée des finales extraordinaires de 2000 et 2001 (Lugano-Zürich), 2004 (Bern-Lugano) ou 2007 (Davos-Bern). Au final, c’est le ZSC qui a pu prendre le meilleur sur la formation de la capitale fédérale, grâce à un but complètement fou de Steve McCarthy à deux secondes du terme du septième acte ! Pour la première fois de l’histoire, la finale des play-off voyait s’affronter le cinquième et le septième de la saison régulière. Ceci confirme que la NLA est une ligue d’un niveau extrêmement relevé, certes, mais par rapport à d’autres grandes ligues européennes, elle est surtout très homogène.

Un quinzième titre d’affilée pour le big four ?
Si l’homogénéité de la ligue est bonne, au final, le titre n’échappe plus aux gros bras du championnat depuis fort longtemps. Beau vainqueur de la saison régulière écoulée, le EV Zug paraissait mûr pour un deuxième titre national après celui glané en 1998. Ce premier titre de la formation de Suisse centrale correspond d’ailleurs au dernier sacre remporté par une équipe extérieure au fameux big four, le club très restreint des mastodontes helvétiques de la NLA. En effet, depuis 1998 et la victoire du EV Zug contre Davos, les titres se sont tous partagés entre, justement, Davos (2002, 2005, 2007, 2009 et 2011), Zürich (2000, 2001, 2008 et 2012), Lugano (1999, 2003 et 2006) et le SC Bern (2004 et 2010). Alors, en 2013, les plans du big four seront-ils brouillés ? Pas impossible, même si le ZSC semble être le principal candidat à sa propre succession et que Bernois, Davosiens et Luganais seront en embuscade.

La NLA toujours aussi populaire !
A l’image de l’Elitserien en Suède, la National League A helvétique attire toujours les foules dans ses patinoires, tout au long de l’hiver. La saison dernière, la moyenne de spectateurs par match était de 6'594 sur l’ensemble de la saison. Les play-off, avec 9'634 spectateurs en moyenne, ont fait le petit plus par rapport à la saison régulière (6'305 entrées par partie disputée). A noter que la finale entre Bernois et Zurichois a attiré 14'589 spectateurs en moyenne, sur l’ensemble des 7 actes. Au total, ce sont donc 2'301'251 personnes qui se sont rendues dans les différentes arénas du pays du chocolat.

Quelles vedettes en cas de lock-out prolongé en NHL ?
Si la Suède a clairement dit qu’aucune star de NHL ne débarquera dans sa ligue avec une clause libératoire pour un éventuel retour du championnat nord-américain, la Suisse sera, elle aussi, moins attractive qu’elle ne l’avait été en 2004, lorsqu’elle avait accueilli de nombreuses stars comme Martin St-Louis, Joe Thornton, Rick Nash, Rod Brind’Amour, Patrice Brisebois, Alex Tanguax, Henrik Tallinder, Olli Jokinen, Jason Blake, Kimmo Timonen, Daniel Brière ou encore Dany Heatley. La faute à un nouveau règlement qui empêche les formations de NLA d’engager plus que 8 joueurs à licence étrangère durant la saison. Les clubs prendront-ils le risque de « griller » une licence étrangère avec une éventuelle reprise de la NHL en épée de Damoclès ? Pas sûr… Si Davos est déjà en contact avec Joe Thornton, qui s’entraîne chaque été avec l’équipe, plusieurs autres joueurs étoiles ont fait montre d’un intérêt pour le championnat de Suisse en cas de lock-out, à commencer par les joueurs suisses de NHL bien entendu. Affaire à suivre…


Le pronostic de Hockey Hebdo


Le ZSC en route vers le doublé ?

Champion en 2000 et 2001, le ZSC est le dernier club à avoir réalisé le doublé en NLA. Il peut clairement recréer cet exploit cette saison, étant champion en titre et ayant un effectif impressionnant. Bob Hartley est reparti en NHL, mais le coach qui le remplace est un certain Marc Crawford. Lui aussi a derrière lui une grosse carrière de head coach en NHL, aux Nordiques de Québec, bien entendu au Colorado avec la victoire en 1996, aux Canucks entre 1998 et 2006, puis encore à Los Angeles et Dallas pour un total de 15 saisons. Avec un gardien qui a réalisé de superbes play-off, Lukas Flüeler, et une défense expérimentée et athlétique articulée autour de plusieurs internationaux suisses tels Severin Blindenbacher et le routinier Mathias Seger (34 ans, 839 matchs en NLA), les Lions sont parés. Devant, ça sera le show ! Zurich paraît même meilleur qu’il y a douze mois. Le top scorer canadien Jeff Tambellini (248 matchs en NHL), arrivé la saison dernière des Vancouver Canucks, a vu débarquer cet été Gilbert Brulé (de Phoenix) et Ryan Shannon (de Tampa Bay). Avec 308 matchs de NHL au compteur, le Québécois a tout pour devenir une star en Suisse. L’Américain Ryan Shannon (318 matchs en NHL), lui, possède une vitesse de patinage exceptionnelle et une expérience internationale intéressante (mondiaux de 2009 et 2011). Avec l’international Patrik Bärtschi (28 ans et déjà 349 points en 515 matchs en NLA), l’ancien ailier d’Ottawa Roman Wick (piqué au grand rival Kloten), le remuant Andres Ambühl (588 matchs en
Photo hockey Suisse - National League - Suisse - National League - NLA: Retour aux affaires
keystone
Le ZSC, un beau champion 2012
NLA), l’international letton Ronalds Kenins, le travailleur ailier américano-suisse Mark Bastl et Thibaut Monnet (638 matchs en NLA), l’attaque zurichoise fait vraiment rêver. Surprise du chef, le défenseur américain Matt Lashoff, choix de première ronde en 2005, qui tente l’Europe n’ayant pas réussi à s’imposer en NHL (seulement 74 matchs).
Rangs 1-4


L’ogre bernois toujours plus fort !

Sur le papier, le SCB fait toujours aussi peur à ses adversaires. Le gros transfert bernois de l’été, c’est l’arrivée de l’ailier suédois Nicklas Danielsson (27 ans), troisième pointeur d’Elitserien la saison dernière. La puissance de frappe offensive est toujours aussi impressionnante dans la capitale fédérale, avec une pléthore de stars, à commencer par un trio de vétérans, Ivo Rüthemann (35 ans, 658 points en 948 matchs en NLA), le capitaine Martin Plüss, (35 ans, 656 matchs en NLA et 231 en Elitserien) et le géant canado-suisse Ryan Gardner (34 ans, 557 points en 784 matchs en NLA), auxquels s’ajoutent le solide ailier chaux-de-fonnier Thomas Deruns, le jeune prodige Joel Vermin et bien entendu le centre canadien Byron Ritchie et ses 332 matchs en NHL, intenable l’an dernier. Derrière, c’est solide aussi, avec de nombreux routiniers gravitant autour du patron Philipp Furrer, comme Beat Gerber (673 matchs en NLA), Martin Höhener (635 matchs en NLA) et David Jobin (686 matchs en NLA). L’ancien défenseur des Phoenix Coyotes Travis Roche apporte un plus offensif indéniable alors que le colosse Andreas Hänni sait faire de la place dans le slot. A noter que le Canadien Geoff Kinrade, excellent en play-off et arrivé en cours de saison l’an dernier, a été prolongé pour la saison à venir. Cette équipe est construite pour jouer le titre, assurément. Le bémol, s’il en est un, c’est l’inexpérience du coach, Antti Törmänen, l’ancien assistant de Larry Huras. Après la défaite honorable en finale l’an dernier, le Finlandais est sous pression, car le titre doit revenir en mains bernoises vu le budget dépensé dans la capitale fédérale (plus de 30 millions).
Rangs 1-4


Linus Omark pour maintenir le EVZ au top

Durant l’intersaison, le EV Zug a perdu deux éléments phares, son top scorer Damien Brunner, parti aux Detroit Red Wings, et son vétéran et maître à jouer Glen Metropolit (Lugano). Pour tenter de les remplacer, les dirigeants du club de Suisse centrale ont pris leur temps. C’est fin août qu’ils annonçaient l’engagement du Suédois Linus Omark (25 ans), en provenance des Edmonton Oilers. Ce dernier, auteur de 20 buts en KHL à 22 ans, est capable de devenir l’attraction et le nouveau top scorer de la ligue. A côté du centre canadien Josh Holden, drafté en première ronde en 1996, le EVZ compte énormément de très bons attaquants suisses, comme l’expérimenté sniper Björn Christen (32 ans, 743 matchs en NLA), le très régulier routinier Sven Lindemann (34 ans, 787 matchs en NLA), le rapide Fabian Schnyder ainsi que le buteur Corsin Casutt. Zug était de loin la meilleure attaque du dernier championnat (173 buts contre 158 pour Kloten, seconde attaque), malgré le départ de Damien Brunner (enfin, s'il n’y a pas de lock-out bien sûr), le EVZ marquera beaucoup de buts cette saison aussi. Surtout que l’entraîneur canadien Doug Shedden est toujours aux commandes, avec un système bien en place. Derrière, si Patrick Fischer (34 ans, 656 matchs en NLA) est le vrai patron, l’Américain Andy Wozniewski et le Suisse Timo Helbling, deux anciens arrières de NHL, font le show sur la glace. On notera encore devant la cage le vétéran finlandais Jussi Markkanen, 37 ans, arrivé en 2009 après une longue carrière en KHL, en Finlande ainsi qu’en NHL, où il a disputé 135 matchs pour les Edmonton Oilers et les New York Rangers.
Rangs 2-5


Gottéron doit assumer son statut

Annoncé gros comme une maison la saison dernière, Gottéron n’a pas complètement assumé son statut de favori. Car comme au début des années 90, le club fribourgeois fait bel est bien partie, à nouveau, des grosses cylindrées du championnat. Le coach canado-suisse Hans Kossmann, ancien élève de Chris McSorley et Larry Huras, possédait une équipe impressionnante, troisième en saison régulière mais atomisée par le SCB en demi-finale. Principal changement, le gardien, avec l’arrivée du jeune Benjamin Conz de Lugano, en remplacement d’un certain Cristobal Huet (parti en Ligue B). En défense, le vétéran canadien Shawn Heins (38 ans, 803 minutes de pénalité en 309 matchs en NLA, mais aussi 127 matchs en NHL) voit l’arrivée d’un compatriote, expérimenté lui aussi, Joel Kwiatkowski (35 ans, 288 matchs en NHL), lequel remplace Michal Barinka. Le reste de la défense est composée de bons joueurs suisses, sans plus. C’est devant que Fribourg impressionne : l’artiste tchèque Pavel Rosa, anciennement aux Los Angeles Kings, a connu le succès partout en Europe (Russie, Finlande et désormais Suisse aussi), Christian Dubé, ancien coéquipier de Wayne Gretzky, Luc Robitaille et Mark Messier (notamment) est une institution en Suisse (733 points en 654 matchs en NLA !), Julien Sprunger était le deuxième compteur de la ligue en 2011-2012, Andrei Bykov est un centre exceptionnel comme son père l’était alors que Simon Gamache et Greg Mauldin sont d’excellents buteurs. Quant à Sandy Jeannin, 36 ans, il est une légende nationale (590 points en 851 matchs en NLA, 11 mondiaux et 3 olympiades avec la Nati). Gottéron, c’est évident, marquera à nouveau beaucoup de buts cette saison !
Rangs 3-6


Davos sera au top, comme chaque année

A Davos, l’équipe est stable depuis longtemps mais minée par les blessures, elle a été battue par un ZSC euphorique lors des derniers play-off, dès les quarts de finale. Après les titres en 2005, 2007, 2009 et 2011, les supporters veulent que la série des années impaires se poursuive en faveur de leur HCD, avec un nouveau titre en 2013. Pour ce faire, le fantasque entraîneur Arno Del Curto est allé chercher des jeunes talents, comme à son habitude, pour entourer les cadres que sont le premier buteur suisse en NHL Reto von Arx (744 points en 866 matchs en NLA), le puissant centre tchèque Petr Sykora (88 buts en 169 matchs en NLA) ou encore son légendaire compatriote Josef Marha (36 ans, 623 matchs en NLA), à Davos depuis 2001 après 159 matchs en NHL. Notons encore le prolongement du coach sur la glace, Sandro Rizzi (33 ans, 781 matchs en NLA), qui est l’un des meilleurs centres défensifs de la ligue, à l’image du très complet Tchèque Petr Taticek, neuvième choix lors de la draft de 2002 et auteur de 27 buts l’an dernier. Derrière, Davos s’appuie sur le meilleur gardien de la ligue, Leonardo Genoni, ainsi que sur plusieurs défenseurs de haut niveau comme le rugueux Beat Forster (1001 minutes de pénalité en 574 matchs en NLA), l’ancien arrière des Calgary Flames Tim Ramholt ou encore le routinier Jan von Arx (847 matchs en NLA), le frère de Reto. Davos sera très fort. Comme d’habitude serait-on tenté de dire.
Rangs 2-5


Des Flyers passés tout près du grounding !

Pendant la pause estivale, les supporters de Kloten ont vécu une situation très difficile. Pour des raisons financières, les Flyers ont failli être cloués au sol, sauvés in extremis par la ligue. Club historique monté dans l’élite en 1962 et jamais redescendu depuis, Kloten a vécu au dessus de ses moyens ces dernières années et doit maintenant dégraisser pour survivre. Les prochaines saisons seront compliquées, économiquement et peut-être même sportivement. Le coach des juniors a repris l’équipe première, une équipe amputée de plusieurs joueurs clés, comme Roman Wick, parti au ZSC. Devant la cage, le dinosaure Ronnie Rüeger (39 ans, 1025 matchs en NLA) est toujours là. Sa défense a toujours fière allure, car qualitativement au top, avec le métronome canadien Micki DuPont et les internationaux suisses Eric Blum,
Photo hockey Suisse - National League - Suisse - National League - NLA: Retour aux affaires
reuters
Linus Omark (Zug), nouvelle star de la NLA ?
Félicien Du Bois et bien sûr Patrick von Gunten, de retour d’Elitserien. Avec encore de bons jeunes, la défense devrait tenir le choc. Devant, les départs sont à conjuguer avec une double tuile, la convalescence de l’international suisse Romano Lemm et la blessure du centre international finlandais Tommi Santala, la star de l’équipe. Le Suédois Emil Lundberg, modeste CV auteur de 10 buts en KHL l’hiver dernier, constitue la seule arrivée de l’intersaison en attaque. Le vétéran Marcel Jenni (38 ans, 670 matchs en NLA et 302 en Elitserien), le buteur Michael Liniger (671 matchs en NLA) et le capitaine et international helvétique Viktor Stancescu encadreront une offensive très jeune, mais comptant plusieurs stars du futur comme Denis Hollenstein (22 ans) ou Simon Bodenmann (24 ans). Attention, malgré tout, Kloten reste un outsider très sérieux ! Avec l’un des meilleurs centres de formation d’Europe, les Flyers sauront intégrer les nombreux jeunes joueurs et les préparer pour le rythme et le niveau de jeu de la NLA. Kloten sera là et bien là !
Rangs 5-8


Nostalgie sous les palmiers luganais

Comme lors de ses belles années, entre les titres de 1999 et 2006, le HC Lugano attaque la nouvelle saison dans la peau de l’équipe la plus vieille de la ligue (moyenne d’âge : 27,86). Afin de mener ses papys au succès, Lugano a confirmé le mythique Larry Huras en qualité de head coach, lui qui avait succédé à Barry Smith en cours de saison. Capable de rendre cette ribambelle de stars homogène, le technicien canadien a les moyens de remplir sa mission. En défense, point faible des Bianconeri ces dernières saisons, son système de jeu devrait stabiliser les choses. Aux côtés du capitaine Steve Hirschi et de l’ancien défenseur d’Ottawa Julien Vauclair, deux des meilleurs défenseurs suisses du moment, Lugano a engagé un vrai renfort avec le Finlandais Ilkka Heikkinen, très complet. Quant au dinosaure finlandais Petteri Nummelin, bientôt 40 ans, il reste l’un des meilleurs joueurs à avoir patiné en NLA (que 146 matchs en NHL mais 15 mondiaux et 600 points en 558 matchs en NLA !). Devant, Lugano devrait assurer le spectacle. Meilleur power play de la ligue, il pourrait encore l’améliorer cette saison avec le retour d’un certain Glen Metropolit (38 ans, 437 matchs en NHL), homme clé lors du dernier titre de 2006. Top scorer l’année dernière, le Tchèque Jaroslav Bednar (35 ans, 120 matchs en NHL), meilleur compteur des play-off 2010 avec Davos, est lui aussi un joueur exceptionnel, tout comme le buteur canado-suisse Hnat Domenichelli (36 ans, 267 matchs en NHL et surtout 499 points en 429 matchs en NLA). Pour équilibrer son attaque, Lugano a conservé le très complet centre canadien Brett McLean (34 ans, 393 matchs en NHL) et s’appuie sur plusieurs bons suisses comme le sniper Daniel Steiner, le rapide ailier américano-suisse Brady Murray, le routinier très combatif Sébastien Reuille (652 matchs en NLA) ou le provocateur américano-suisse Thomas Ruefenacht.
Rangs 4-7


Marc-Antoine Pouliot en sauveur à Bienne ?

En se qualifiant pour les play-off la saison dernière, Bienne a créé une réelle sensation ! Abonnée aux dernières places depuis son retour dans l’élite en 2008, la formation du Seeland ne paraissait pas capable de réaliser un tel exploit. Sera-t-elle en mesure de confirmer en se hissant à nouveau en play-off ? A priori, la réponse devrait être non et c’est avant tout l’arrière-garde qui nous le fait penser. Avec Reto Berra devant la cage, l’un des ténors de la ligue, Bienne peut rêver mais reste probablement trop limité en défense, malgré un système de jeu bien mis en place par le coach Kevin Schläpfer. Le seul homme d’expérience derrière se nomme Dominic Meier (35 ans, 739 matchs en NLA), débarqué du SCB après trois saisons minées par les blessures. Retrouvera-t-il son niveau ? En attaque, les choses sont différentes. Avec Philipp Wetzel, le Canadien Eric Beaudoin et le sniper canado-allemand Ahren Spylo, Bienne compte trois attaquants culminant à plus de 190 cm et pesant plus de 100 kg. Nouveau venu, le Canadien Jacob Micflikier n’a jamais joué en NHL mais sort de deux bonnes saisons en AHL avec Charlotte et Hershey. Reste l’attraction du contingent seelandais, le Québécois Marc-Antoine Pouliot (27 ans), débarqué cet été des Phoenix Coyotes. Drafté au premier tour par les Oilers en 2003, ancien joueur de Tampa Bay et Edmonton, il avait inscrit 114 points avec Rimouski en 2005, lorsqu’il était le capitaine d’un certain Sydney Crosby (auteur lui de 168 points) et jouait la coupe Mémorial. En résumé, malgré quelques très bons joueurs, Bienne paraît un peu léger après les départs en retraite du monument Martin Steinegger (1025 matchs en NLA) en défense, mais aussi d’un certain Sébastien Bordeleau devant, qui malgré un rendement moyen restait un exemple pour les jeunes loups biennois. Sans oublier le départ en Suède du défenseur américain Tom Preissing et du top scorer Alain Miéville à Ambrì-Piotta. Bienne aura de la peine à rééditer son exploit de 2012.
Rangs 9-12


Mission impossible pour les Langnau Tigers ?

En Emmental, l’exploit de la saison 2010-2011 et la première qualification historique du club pour les play-off semble bien loin. Redescendu dans le rang la saison dernière, la formation de John Fust ne paraît pas vraiment renforcée. Le coach canado-suisse s’appuie sur une défense composée de quelques éléments d’expérience, comme Jörg Reber (38 ans) et l’ancien défenseur canadien des Atlanta Thrashers Mark Popovic. Devant la cage, le décevant Robert Esche est parti, mais la situation du gardien reste un problème. Le contingent à ce poste comptant un blessé, deux juniors et un Tchèque moyen prêté par le HC Litvinov… Devant, c’est un petit peu plus séduisant avec plusieurs jeunes joueurs suisses qui reçoivent une chance réelle d’éclater au grand jour, après un début de carrière un peu barré dans des clubs plus prestigieux. On parle bien entendu du Seelandais Etienne Froidevaux (débarqué du SCB) ainsi que du Sédunois Arnaud Jacquemet (en provenance des Kloten Flyers). Avec Simon Moser, nouveau capitaine et international suisse en puissance, les Tigers possèdent l’un des meilleurs jeunes avants de la ligue. Malheureusement, il est blessé et manquera le début du championnat. Le Québécois Pascal Pelletier, très efficace an AHL entre 2006 et 2010, forme avec le centre Kurtis McLean (109 points en deux saisons de SM-Liiga) une bonne paire d’importés, sans plus. On notera encore l’ailier canado-suisse Robin Leblanc, qui après des débuts prometteurs à Davos, reçoit une ultime chance de relancer sa carrière dans l’élite. Si Langnau se hisse en play-off, il s’agira d’un nouveau miracle !
Rangs 9-12


Rapperswil enfin de retour en play-off ?

Depuis 2008, les Lakers recherchent désespérément une qualification pour les play-off. Même si rien ne sera évident, cette saison pourrait être la bonne pour le club de la Rosenstadt. Devant la cage, l’entraîneur Harry Rogensmoser a fait revenir David Aebischer (227 matchs en NHL) d’Amérique du Nord. Ancien vainqueur de la Stanley Cup avec Colorado, il n’est pas encore fini et pourrait rebondir. En défense, le routinier Benny Winkler (667 matchs en NLA), le capitaine Cyril Geyer (618 matchs en NLA) et l’ancien arrière des Columbus Blue Jackets Derrick Walser sont les hommes importants. C’est plutôt en attaque que Rapperswil est séduisant. Premier joueur suisse drafté en première ronde (par Edmonton), Michel Riesen n’est plus celui qu’il a été (257 buts en 657 matchs en NLA), mais pourrait retrouver ses sensations au contact de joueurs rapides comme l’ancien ailier des St. Louis Blues Peter Sejna ou l’ancien centre américain du Minnesota Wild Robbie Earl. A l’image de son compatriote Peter Sejna, le Slovaque Juraj Kolnik (250 matchs en NHL) jouit d’une immense expérience du championnat de Suisse (214 points en 190 matchs avec le ZSC et Genève-Servette) et pourrait bien remettre les Lakers sur les bons rails. Avec ses expérimentées vedettes suisses Adi Wichser (692 matchs en NLA), l’ancien capitaine du EVZ Duri Camichel (599 matchs en NLA) et bien sûr Loic Burkhalter (734 matchs en NLA), Rapperswil a le potentiel intrinsèque pour faire les play-off.
Rangs 7-10


Le retour de Genève-Servette

Après une saison difficile avec une défaite au premier tour des play-out contre Rapperswil, Chris McSorley a fait le ménage et signé quelques jolis coups pour que son Genève-Servette retrouve une place plus en vue. Avec un homme aussi constant que l’ancien gardien des Dallas Stars Tobias Stephan pour défendre son filet, Genève-Servette est plus que bien loti. En défense, le baromètre américain Brian Pothier (391 matchs en NHL) est malheureusement convalescent et pourrait manquer toute la saison. Le capitaine Goran Bezina aura donc toujours plus de responsabilités.
Photo hockey Suisse - National League - Suisse - National League - NLA: Retour aux affaires
keystone
Chris McSorley entend retrouver les play-off !
Kevin Hecquefeuille, lui, pourrait du coup avoir plus de temps de glace que l’an dernier, l’arrière-garde genevoise étant limitée quantitativement parlant. Devant cette défense au système ultra hermétique, l’attaque grenat devrait performer nettement plus que la saison dernière. Si le sniper finlandais Tony Salmelainen manquera une grande partie de la saison à cause d’une sérieuse commotion cérébrale, les Genevois pourront compter sur des nouveaux ailiers canadiens, Ryan Keller et Alexandre Picard, qui devraient bien s’acclimater au système de jeu genevois et qui ne seront pas des divas, rarement maîtrisées par Chris McSorley. Et Rico Fata a été confirmé pour la saison à venir, offrant des options au boss des Vernets. Le retour de l’international suisse Kevin Romy est salué à Genève, tout comme l’arrivée du buteur tchèque Radek Duda, deuxième compteur du dernier championnat tchèque. Avec encore le puissant centre américano-suisse Dan Fritsche (256 matchs en NHL), le nouveau Canado-Suisse Cody Almond ou encore la trouvaille américano-suisse Eric Walsky, le Genève-Servette nouveau aura un style nord-américain très prononcé, rapide et intense. Les play-off ne seront pas un problème à atteindre, cette saison, dans la cité de Calvin.
Rangs 4-7


Enfin la résurrection d’Ambrì-Piotta ?

Pour la deuxième année consécutive, le mythique HC Ambrì-Piotta a dû sauver sa place dans l’élite lors du barrage face au champion de NLB, Langenthal. Ce fait a tendance à influencer les gens quand il s’agit d’analyser le nouveau Ambrì, celui de la saison 2012-2013. En place depuis 2010, le coach américain Kevin Constantine, ancien head coach en NHL (aux Sharks, Penguins et Devils), commence à récolter les fruits de son travail. La saison dernière, avant de s’écrouler en play-out, Ambrì-Piotta avait longtemps été au contact avec la barre, malgré une malchance crasse et une infirmerie incroyablement remplie. Si la chance tourne, le club tessinois, avec l’euphorie populaire, peut retrouver les play-off. En défense, les Biancoblù possèdent deux vedettes, l’international tchèque Zdenek Kutlak et le jeune Québécois de 25 ans Maxim Noreau, révélation du dernier championnat. Devant l’ancien gardien canado-suisse des San José Sharks, Nolan Schaefer, on retrouve encore quelques routiniers comme Pascal Müller (33 ans, 676 matchs en NLA) et Reto Kobach (32 ans, 627 matchs en NLA). L’offensive est beaucoup plus séduisante qu’il y a douze mois. Le vaillant capitaine Paolo Duca (31 ans, 632 matchs en NLA) voit d’un bon œil l’arrivée des Pittsburgh Penguins d’un duo-pack. En effet, tant le Canadien Jason Williams (482 matchs en NHL) que l’Américain Richard Park (778 matchs en NHL) évoluaient avec Sydney Crosby et Evgeni Malkin la saison dernière. Le robuste et expérimenté Marc Reichert (756 matchs en NLA) a lui débarqué du SCB alors que le prodige Inti Pestoni, 21 ans, a une année de plus et déjà 132 matchs en NLA dans les jambes. A noter encore l’arrivée du centre Alain Miéville, meilleur compteur de Bienne la saison passée, ainsi que le Canadien Riley Armstrong, toujours à l’essai à l’heure où nous écrivons ces lignes.
Rangs 8-11
 
 
© 2021 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Ractions sur l'article
 
h@vran79 a critle 12/09/2012 09:28  
Allez je vais de mon prono :) 1) EV Zug 2) SC Bern 3) ZSC Zurich Lions 4) HC Davos 5) EHC Kloten Flyers 6) HC Lugano Panthers 7) HC Fribourg Gottron 8) SCL Langnau Tigers et 9) GSHC Genve Servette 10) EHC Biel 11) SCRJ Rapperswil Lakers 12) HCAP Ambri-Piotta
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte whlen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...