Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Equipes de France
Hockey sur glace - Bellemare : Une belle image du hockey à Paris!
 
Au cours des championnats du monde à Paris, nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Pierre-Edouard Bellemare. Cela a été l’occasion de faire le point sur ce championnat du monde, sa saison de plus de 100 matchs, de son acclimatation à Philadelphie et du futur du hockey Français en NHL.
 
AccorHotels Arena, Paris, Hockey Hebdo Brice Voirin le 31/05/2017 à 14:15
Hockey Hebdo : Merci Pi-Ed de nous accorder quelques minutes, quel est le bilan de ce championnat pour toi ?

Pierre-Edouard Bellemare : Sur ce championnat du monde c’est un bilan positif. On a répondu présent même si notre premier match est décevant parce qu’on perd les trois points face à la Norvège et que le public n’était pas aussi présent qu’espéré. Sur les autres matchs on gagne un match incroyable face à la Finlande et on enchaine sur la Suisse et la Biélorussie ; face au Canada nous n’étions pas loin non plus. Alors c’est vrai que louper les quarts c’est un peu frustrant. N’oublions pas qu’à chaque année on arrive pour jouer le maintien et que le groupe de joueurs s’améliore année après année. 7 matchs dont 4 victoires c’est un beau parcours. Nous avons donné une belle image du hockey en France, c’était aussi un de nos objectifs.


HH : Pendant ces championnats du monde, ton geste envers Flo (Hardy) a fait le tour du monde, tu as eu des retours de ton côté ?

Pierre-Edouard Bellemare : Oui j’ai eu des retours. Pour moi ça a pris bien plus d’ampleur que je ne le voulais. Mon objectif c’était de mettre en avant notre Flo car il a fait un match incroyable. C’est dommage car on a plus retenu mon geste que son travail et ce n’était pas le but. En Equipe de France on est en famille on se bat pour le maillot à chaque match. Ce sont nos valeurs, celles transmises par Meun’s et Cristo notamment...


HH : Avant ces championnats, tu as eu une saison intense avec près de 100 matchs Coupe du Monde, saison régulière... Quel bilan tires-tu de cette saison ?

Pierre-Edouard Bellemare : Les championnats du monde couronnent une saison complètement folle pour moi. J’ai commencé par la Coupe du monde avec l’Equipe Europe, la NHL avec Philadelphie, le TQO  puis les championnats du monde. Trois équipes, quatre championnats ! Avec les Flyers c’est vrai que nous manquons les playoffs, c’est frustrant mais je ne peux être que content de cette saison. J’ai eu de la reconnaissance tout au long de cette saison. J’ai aussi beaucoup appris et progressé mais je sais que je dois être meilleur pour aider mon équipe.


HH : Justement ta participation à la coupe du monde, qu’est-ce que tu en ressors ? Ta vision de cette coupe du monde et l’ambiance dans l’équipe Europe ?

Pierre-Edouard Bellemare : Pour moi c’est un moment incroyable. Une équipe avec une qualité de joueur incroyable, une excellente école de hockey pour être sur le bon chemin et apprendre encore et toujours. Tout ça avec la qualité de vie NHL. La plupart des joueurs venaient de pays où le hockey n’est pas le sport numéro 1. Nous avons tous travaillé plus fort pour arriver où nous sommes. On était content d’être ensemble, cela a créé une vraie motivation et sans pression puisque personne ne nous attendait. Le fait de représenter l’Europe et non un pays cela nous a enlevé de la pression mais on a vite trouvé une cohésion d’équipe. C’était vraiment une très belle expérience.
Photo hockey Bellemare : Une belle image du hockey à Paris! - Equipes de France
Crédit : Nicolas Leleu



HH : Justement tu nous parles d’expérience et de vie en NHL, comment s’est passé ton adaptation à Philadelphie et aux fameux « Cheesesteack » ?

Pierre-Edouard Bellemare : (Rires)... Alors pour les Cheesesteack ce n’est pas bon mais il parait que je ne suis pas allé au bon endroit... Pour l’adaptation c’est vrai que c’est un autre monde, la vie est différente, la façon d’aborder le hockey est différent de l’Europe en général. Là-bas tu te concentres sur le hockey et uniquement le hockey. Tu dois répondre présent à chaque match et on te met en condition pour ça. Tu ne dois penser qu’au prochain match. Tu es accompagné sur toute ta vie liée au hockey par contre pour l’adaptation à la vie aux Etats-Unis c’est à toi de tout gérer. 24 heures avant ton prochain match tu es au repos quand tu peux. En NHL tu ne touches pas à ton équipement entre ton entrainement et le match suivant. Après tout le monde le sait la NHL c’est du business, alors qu’en Europe c’est une famille le Hockey.
Je me suis plutôt bien intégré et ce qui m’a aidé c’est mon âge, j’ai plus de recul sur la vie... Et le fait que je parle trois langues (Suédois, Français et Anglais) ça m’a permis de parler avec pas mal de monde dans le vestiaire et de rassembler.  
Le plus compliqué c’est l’intensité physique tu passes de 55 matchs à 82, ton planning n’est pas aussi régulier qu’en Europe ; par exemple quand je jouais en Suède je ne passais pas plus de 10 fois par an à l’hôtel... Ce n’est pas le cas en NHL ! Quand tu sais que tu as 19 back to back en NHL (deux matchs, deux soirs de suite), cela pose le décor. Il faut bien se concentrer sur chaque match pour donner le meilleur de toi-même parce que c’est ce qu’attend ta franchise. Si cela ne fonctionne pas ou plus tout peut s’arrêter très vite...

 
HH : ... Mais pour toi ça se passe plutôt bien puisque tu as été nommé Assistant Capitaine des Flyers, qu’est-ce que ça veut dire pour toi ?

Pierre-Edouard Bellemare : Pour moi c’est une immense fierté, surtout quand tu sais qu’en NHL il y a énormément de hiérarchie dans les équipes. J’ai travaillé fort, je suis resté moi-même et ça leur a plu. C’est une belle récompense.


HH : Une belle adaptation et une belle récompense en effet, question plus rigolote, quelle est ta patinoire préférée en NHL quand tu joues à l’extérieur ?

Pierre-Edouard Bellemare : Pour beaucoup de joueur en NHL c’est le Madison Square Garden à New-York parce que c’est un lieu mythique au-delà du hockey. En ce qui me concerne, j’apprécie une patinoire en fonction du public et de la qualité de la glace. Pour le public c’est Boston et pour la glace c’est Winnipeg, après Chicago et Nashville c’est pas mal non plus. Mais pour moi la patinoire la plus marquante restera Boston car c’est là-bas que j’ai débuté pour mon premier match en NHL.

HH : Alors on a vu ta saison, ta vision de la NHL mais maintenant l’avenir du hockey Français en NHL, comment tu le vois ? Quel Français peut percer en NHL prochainement ?

Pierre-Edouard Bellemare
 :... Déjà je considère que Rouss’, Yohann (Auvitu) et moi nous sommes dans la NHL, évidemment Stéphane (Da Costa) a toute sa place en NHL... On va voir comment ça va se passer cet été.
Après il y a évidemment le petit Texier, je ne l’ai vu joué qu’une période mais ce que je peux dire c’est qu’il a les mains et la vision du jeu qu’il faut pour jouer en NHL. S’il est drafté il faut voir comment il va réussir à s’adapter au monde du Hockey Nord-Américain et comment il va réussir là-bas. Ce qui est clair c’est qu’il a plus de potentiel qu’Antoine ou moi (sourires). Il a la même mentalité.

HH : OK mais sinon tu n’en vois pas un autre potentiellement ?

Pierre-Edouard Bellemare : Si je pense à un jeune joueur de l’équipe de France pendant ces championnats du monde c’est Anthony Rech ! Il peut arriver en NHL après une bonne saison à l’étranger et s’il continue comme ça, il a un vrai potentiel. Pour y arriver il doit continuer à travailler.


Merci pour ta disponibilité, tu vas voir les quarts de finale et les finales à Cologne ?

Pierre-Edouard Bellemare : Non, le hockey c’est fini pour moi pendant quelques semaines là. On part en vacances avec ma femme.

Alors profite et au plaisir d’échanger avec toi la saison prochaine. Encore merci.
Pierre-Edouard Bellemare : Oui sans problème. Merci.
 
 
 
© 2017 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
Henri Duguay a écritle 13/06/2017 à 18:26  
Une vrai joueur d'équipe, ce Bellemarre! Il l'à démontrer avec son geste envers Hardy. C'est pour cette raison qu'il a un "A" sur son chandail.
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...