trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus : Cergy-Pontoise (Les Jokers)
Hockey sur glace - Cergy : Entretien avec Jonathan Paredes
 
Ce samedi (26/09), les Jokers de Cergy-Pontoise effectueront le premier match de leur histoire en ligue Magnus en recevant Mulhouse. Avant ce rendez-vous unique, Jonathan Paredes, coach des Jokers de Cergy-Pontoise, a pris le temps de nous accorder un entretien. Ce fut loccasion d'aborder le confinement, la prparation, le recrutement et ses attentes pour cette premire saison dans llite.
 
Cergy, Hockey Hebdo Florent Gasparini le 25/09/2020 17:30
Photo hockey Cergy : Entretien avec Jonathan Paredes - Ligue Magnus : Cergy-Pontoise (Les Jokers)
Photographe : Olivier Bnard

On se retrouve après s'être quitté précipitamment au mois de mars dernier, en pleine série de play-offs face à Dunkerque, comment s'est passé le confinement des Jokers ? 
 
Lorsqu’on qu'on nous a annoncé la fin de saison il y a eu un moment de frustration très clair. Mais très vite on est revenu les pieds sur terre parce que comparé à ce qu'il se passait dans le monde, on relativise vite. On a fait en sorte que tous les joueurs puissent regagner leur pays le plus rapidement possible, en évitant les problèmes de fermeture des frontières, ce qui nous a occupé dans les premiers temps. Ensuite on a malheureusement vécu très concrètement le covid avec le décès de Sami Reda (médecin du club).  
Puis il a fallu s'organiser très rapidement depuis la maison pour créer les Jokers 2.0 avec la chaîne YouTube du club qui nous a permis d'assurer le suivi du hockey mineur en envoyant des vidéos aux jeunes. C'était très important de garder du lien avec nos jeunes licenciés, de leur dire “on ne vous oublie pas et on peut faire des choses à la maison”. Parce que le confinement n’a été simple pour personne, on s’est tous découvert de nouvelles vocations, notamment quand il faut faire les devoirs !
Ensuite il a fallu être patient, attendre de savoir ce qu'il allait se passer pour l'équipe première, est-ce qu’on allait monter ou pas ? La Fédération a proposé la montée à quatre clubs, très vite on a su qu’on était le seul candidat, mais il fallait encore qu’on réponde au cahier des charges. Sans réponse officielle on avait beau planifier ce qu’on souhaitait, ce n'était pas simple de discuter avec les joueurs. On est aussi resté en contact avec les joueurs qu’on voulait conserver quoi qu'il arrive. Il a donc fallu mettre en place un plan d'actions avec eux pendant le confinement, dans le même principe que les Jokers 2.0. Certains ont même joué le jeu en envoyant des vidéos aux jeunes. Tout ça a permis de garder du lien.
Ensuite, dès que la montée a été confirmée, mon confinement a été beaucoup plus actif sur le marché des transferts. Il a fallu bâtir l'équipe, composer, avec les certitudes et les incertitudes. Gérer les aléas avec notamment Lino (Chimienti) qui était en contrat avec nous et qui, trois semaines après sa prolongation, m’appelle pour m'annoncer qu'il avait une opportunité qu'il ne pouvait pas refuser. Avec cette annonce, j'ai coupé les discussions avec les joueurs pour me focaliser sur le poste de gardien de but parce qu'il était important pour nous de solidifier ce poste en quantité et en qualité. Ensuite, on a signé les joueurs qu’on souhaitait voir venir. Il a aussi fallu faire des choix assez rapides, notamment pour les joueurs qu'on ne conservait pas et leur annoncer suffisamment tôt pour qu'ils puissent se retourner parce que la situation était compliquée pour tout le monde. Ce qui a été très difficile c'est de mener les entretiens de fin de contrat par visioconférence. C’est important lorsqu'on se sépare de quelqu'un de pouvoir le faire en face-à-face et pas par le biais d'un écran. C’est quelque chose qui m’a beaucoup dérangé. Mais il ne fallait pas attendre le mois de juillet pour l’annoncer aux joueurs concernés car ça n'aurait pas été correct.
 
La chronologie des annonces sur les réseaux sociaux a pu laisser penser que Lino ne souhaitait pas occuper le poste de deuxième gardien suite à l’arrivée de Sebastian Ylönen…

Effectivement, beaucoup se sont posé la question. Moi je préfère ne même pas me la poser parce que ce sujet était clairement défini dans son contrat. J'avais annoncé que j'irai chercher un gros gardien. Il connaissait mon objectif là-dessus, il s'est avéré qu'on a recruté Seb. Lino a d'abord dit “ok pas de problème” puis a annoncé son départ. Mais je pense sincèrement que sa décision est liée à une opportunité professionnelle. Le contexte du confinement, l'éloignement avec sa famille au Canada ont également dû peser dans sa décision. Ça se passe toujours bien avec Lino, ça c'est toujours très bien passé, il n'y a pas de raison que ça change. Il faut respecter les choix des uns et des autres. Je pense que ce n’est jamais de gaieté de cœur qu’un joueur annonce son départ à la retraite. Lino est quelqu'un de très posé, je pense qu'il a réfléchis à tout, je ne crois pas que sa décision ait été prise sur un coup de tête.
 
En pleine période de préparation, le groupe a été touché par le covid, nécessitant que vous soyez tous mis à l’isolement, comment as-tu géré cet événement ?

Déjà, on a repris l'entraînement très tôt, le 13 août. Le covid a eu plusieurs conséquences pour nous. D’abord l’arrivée difficile des Nord-Américains en raison de la fermeture des frontières. Mais au mois de mai, on ne s'attendait pas à avoir encore des problèmes jusqu'au mois d’août ! Comme je m'étais engagé avec ces joueurs, il était hors de question de les abandonner. On les a donc eus tous les jours au téléphone pour les rassurer, leur dire qu'on faisait le maximum pour leur permettre d’arriver. 
Dernièrement certains joueurs du groupe avaient de la fièvre, ils sont donc restés à la maison. Après avoir passé des tests, on a appris qu’un d’entre-eux était positif au Covid. On a donc décidé de tout arrêter pour respecter le protocole qui impose l’isolement de tout le groupe à partir d’un cas positif. On a fait un tableau Excel pour savoir qui était en contact avec le cas positif. On a attendu sept jours, selon de protocole, pour faire le test PCR. Puis six jours de plus pour avoir les résultats. Au final on est resté treize jours sans s'entraîner ensemble. Notre préparateur physique a maintenu les gars en forme pendant leur isolement, en accord avec les recommandations du médecin. On est reparti sur ce qu'on faisait au mois de mai pendant lequel le sport se faisait souvent dans une chambre, un salon ou sur le balcon. On a aussi profité pour discuter et avancer tranquillement. 
Le comble est que les joueurs positifs sans symptôme ont obtenu les autorisations médicales pour s'entraîner alors que les cas contacts étaient encore à l’isolement ! Puis petit à petit, au fil des tests négatifs, les joueurs ont pu revenir sur la glace au compte-goutte.
Entre-temps les Nord-Américains étaient arrivés et ont pu s'entraîner car ils n’étaient pas cas contact.
On a finalement pu effectuer le premier entraînement au complet depuis le début de la préparation à 4 jours du début du championnat…
C'est une situation compliquée, mais il faut sortir du positif de tout ça parce que ce n’est peut-être pas la seule fois où ça nous arrivera. Je ne sais pas si on a agi de la bonne manière, en tous les cas on a agi de cette façon. Il y a des points à améliorer, d’autres à changer, certains à garder et des points qui ont été adaptés au fur à mesure des événements. Par exemple concernant le suivi psychologique de l'athlète, pour l’aider à gérer l'énervement qu'il ressent en attendant le résultat du test, particulièrement pour les asymptomatiques.
 
Photo hockey Cergy : Entretien avec Jonathan Paredes - Ligue Magnus : Cergy-Pontoise (Les Jokers)
Photographe : Olivier Bnard

Finalement, le fait d'avoir repris l'entraînement tôt vous a sauvé…

Oui on a eu la chance de faire 4 matchs de préparation quand même. Mais on n'a jamais eu l'effectif au complet on était à moins six joueurs la plupart des matchs, avec deux blessés et nos joueurs Nord-américains absents. Ce sont des choses qui peuvent arriver. Dans cette période, l'essentiel est de ne pas tomber dans la paranoïa et respecter les gestes barrières.
 
Cergy a atteint un de ses objectifs en montant en Magnus, est-ce que le plus dur commence ?

J'ai envie de dire que le plus dur sera toujours devant nous, maintenant oui c'était un de nos objectifs. Sincèrement on n'avait pas l’ambition qu'il arrive si tôt.
 
C'est vrai qu’en parallèle Cergy s'attache depuis de nombreuses années à développer le hockey mineur et commence avoir des résultats avec des jeunes retenus dans les équipes de France. Cette montée n’est-elle quand même pas arrivée trop tôt ?

On n'avait pas planifié la montée si vite car on voulait respecter nos process. La réalité, c'est qu’elle est arrivée vite car on a rempli beaucoup d'objectifs intermédiaires rapidement et qu’on les a bonifiés et fidélisés. Christophe (Cuzin, Manager général) a fait un très bon travail là-dessus. Maintenant, ça fait 4 ans qu'on est à l’Aren’Ice, donc on peut dire que ça fait tôt mais je n’ai pas la sensation que ce soit trop tôt. Est-ce que c'est le bon moment avec le coronavirus ? De toute façon on y est maintenant !
Ce sera une saison durant laquelle on va travailler fort pour être compétitifs à chaque match. C'est sûr que ça ne va pas être simple à tous les matchs. C'est une saison d’apprentissage qui nous attend à tous les niveaux, que ce soit pour les différents utilisateurs de la patinoire car le rythme de la Magnus change les plannings de glace, pour les aspects administratif et organisationnel avec la fréquence des matchs à domicile et le besoin de bénévoles, de personnes à la table marque, etc. Pour les joueurs je ne suis pas inquiet du rythme de deux à trois matchs par semaine car ils aiment ça et plusieurs sont déjà passés par là. 
Ce qu'il faudra faire c'est observer ce qui marche, ce qui ne marche pas et réorienter le curseur quand ce sera nécessaire.
 
Il est déjà rassurant de savoir que les partenaires ont maintenu leur soutien au club...

Oui, c'est vrai. Christophe répondrait mieux que moi car je ne m'occupe uniquement de l'aspect sportif. Christophe m'a confié une enveloppe et moi je construis l'équipe avec. C'est sûr que si on m’aurait confié une enveloppe dérisoire, ça aurait été compliqué. La réalité c'est que le budget est normal sans être incroyable. On s’est ajusté au fur et à mesure du recrutement sans faire de folie.
 
Justement, quel a été le fil conducteur du recrutement ?

Le budget ! C'est sûr que si j'avais eu 10 million j'aurais appelé Crosby, MacKinnon ou McDavid pour savoir si la Tour Eiffel peut leur plaire !
Le recrutement a été fait par rapport à une philosophie de jeu qu'on veut mettre en place. Après avoir observé quelques matchs de Magnus on a pointé nos carences et défini les points forts sur lesquels on voulait s'appuyer. On a gardé huit joueurs de la saison dernière. C'est important de ne pas tout changer non plus et je pense sincèrement qu'on a conservé des joueurs qui ont clairement le niveau pour jouer en Magnus. J’ai regardé beaucoup de vidéos pour savoir si les joueurs correspondaient à ce que j'attendais sur la glace pour essayer de faire le minimum d'erreur de casting. On les a appelés pour leur présenter le projet car certains quittent leur pays pour la première fois, ce qui n'est pas simple, et encore moins en temps de crise sanitaire.
Etant donné qu'on a fait notre premier entraînement au complet mardi matin (22/09), il est difficile de tirer des conclusions sur les nouveaux arrivants. J'ai aimé ce qu'on a vu sur les quatre premiers matchs de préparation en terme d’identité et de philosophie de jeu, d’abnégation, d’éthique de travail. Je pense qu'on a encore passé un cap, même si les équipes précédentes de Cergy étaient déjà d'un très bon niveau. Les joueurs sont exigeants envers eux même, ça s'est vu et c'est très positif.
 
En effet l’ADN des Jokers est déjà apparu sur la glace lors des matchs de préparation avec beaucoup de combativité, mais on a aussi remarqué que le gabarit des joueurs avait progressé…

Ça a aussi été un fil conducteur, il nous fallait du gabarit mais aussi des bons patineurs. Il a aussi fallu qu’on prenne des joueurs de rôle, des joueurs qui ont faim, qui ont envie de prouver. 
J’ai une première une organisation tête ainsi qu'un plan B et un plan C. On avance étape par étape en se fixant des objectifs quotidiens sur notre manière d'être et notre façon de jouer parce que la saison ne sera pas simple, que ce soit d’un point de vue des résultats ou des possibles modifications de calendrier avec des reports de match. Il va falloir tirer du positif de tout et travailler fort pour rester sur les rails et garder une dynamique, car elle peut aussi être positive. On a pu tester quelques organisations de lignes lors des matchs de préparation. Je pars avec une idée en tête pour le début du championnat mais les premiers matchs serviront à affiner tout cela. La saison de Magnus est longue avec ses 44 matchs donc on a du temps, mais cette année, on ne sait pas s'il y aura vraiment 44 matchs, ce qui rend les choses plus compliquées.
 
Quels seront les adversaires directs de Cergy cette saison ? 

On va se concentrer match après match, cet adage n'a jamais été aussi valable. Je sais que chaque match sera très très serré, c'est une certitude. En plus les autres équipes d'aujourd'hui ne seront peut-être pas celle de demain car il peut y avoir des changements. De ce que j'ai pu voir des matchs de Magnus, j’en conclue que ça va être serré. Il n’y aura pas d'équipe facile à battre. Il y a toujours les trois grosses machines que tout le monde connaît (Rouen, Grenoble, Angers). On challengera, on se battra.
 
Cergy ne sera pas le Briançon de la saison dernière au moins ?

J’espère que non. Maintenant on ne sait jamais ce qu'il peut se passer, il peut y avoir des spirales négatives aussi. C'est pour ça qu'on se concentre sur notre process, pour éviter et enrayer ça. On sera le Cergy de cette année ! C’est compliqué de donner des tendances. J'aurais bien aimé jouer la Summer cup* pour nous jauger un peu plus, on l’a pas jouée..., j’aurais aussi bien aimé jouer Angers le week end dernier pour voir ce que ça pouvait donner... On jouera Mulhouse samedi, si ça joue...
 
Justement, à quelle physionomie de match s’attendre face à Mulhouse ?

C'est une équipe physique, qui travaille fort avec un gros forecheck. Ils ont de très bons joueurs notamment Kevin Hecquefeuille et Jerry Laakso. On s'attend à avoir une grosse opposition. Ils étaient demi-finalistes de la Coupe de France l'an dernier. C'est un gros morceau pour nous. Ils sont clairement favoris. On s'attend à une grosse partie, à nous de répondre présents.
 
Que vont voir les supporters des Jokers qui vont venir à l’Aren’Ice cette année ?

J'espère qu'on va donner du plaisir aux gens qui vont venir nous encourager. J'espère qu'ils seront fiers de se reconnaître au travers des valeurs qu'on va mettre en place sur la glace. On souhaite aussi que les jeunes qui viennent nous voir se reconnaissent dans ces valeurs d’abnégation, de travailler fort, de ne jamais abandonner, d'esprit d'équipe et de combativité. Ce sont des valeurs qu’on souhaite transmettre. Si on a des supporters qui s'identifient à ça, c'est sûr qu'on aura des joueurs vaillants. On veut aussi mettre beaucoup de vitesse dans notre jeu de transition. Donc j'espère qu'on va pouvoir donner beaucoup de plaisir à tous les supporters et j'espère surtout qu'on va finir par sortir de cette crise pour pouvoir mettre l’Aren'Ice en feu et la remplir comme un œuf avec une grosse ambiance comme l'année dernière. On l'a vu la saison dernière et celle d'avant aussi, le hockey-sur-glace commence à sacrément bien prendre ! Ça nous aide vraiment, donc je compte sur les supporters qui auront la chance d'assister aux matchs pour faire du bruit pour deux ou pour trois, pour qu'on se sente comme dans une Aren’Ice pleine à craquer.
 
*La CCM Summer cup est un tournoi de préparation organisé par le club de Cergy qui s’est tenu mi-septembre auquel ont participé les équipes de Rouen, Amiens et Dunkerque. Les Jokers, mis à l’isolement, n’ont pas pu y participer.
 
 
 
© 2020 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Ractions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte whlen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...