Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus : Angers (Les Ducs)
Hockey sur glace - Entretien avec Patrick Coulombe
 
 
Angers - Le Haras, Hockey Hebdo Jérémy Gorget le 12/11/2018 à 13:30
Carte d’identité

Patrick Coulombe, 33 ans, né à Saint-Fabien, Québec.

Série TV préférée :  Better Call Saul                                                          
Joueur de hockey préféré :            Sydney Crosby
Team préférée : Canadiens de Montréal
Dessert favori : Le dessert congelé à Pat’ (c’est un dessert de ma mère)
Meilleur binôme de vestiaire ? Mathieu Gagnon parce qu’il est a côté de moi
Meilleur coéquipier de glace ? Marc Antoine POULIOT
NFL ou NBA ? NBA
Bauer ou CCM ? CCM
Pour ou contre le retour de la NHL à Québec ? POUR
Pizza ou Sushi ? Sushi
Rock’n Roll ou Country ? Rock’n Roll

Photo hockey Entretien avec Patrick Coulombe - Ligue Magnus : Angers  (Les Ducs)
Site des Ducs d'Angers
Patrick Coulombe
 
Hockey Hebdo : Patrick Coulombe, 5ème saisons dans le championnat français, raconte nous un peu ton parcours. Pourquoi le hockey sur glace ?
 
Patrick Coulombe : Je suis canadien donc on a ça dans le sang dès notre naissance. Mon père jouait au hockey, il m’a emmené patiner très jeune. J’ai tout de suite accroché, c’est un sport où on joue presque tous les jours chez nous. Ensuite j’ai gravé les échelons jusqu’à on junior pour être repêché par l’équipe de la ville où j’ai grandi. J’ai eu la chance de jouer avec Sydney Crosby et plusieurs autres grands joueurs, ça débute bien une carrière semi-professionnelle. J’ai signé un contrat avec les Canucks de Vancouver donc j’ai pu jouer quelques matchs dans la LNH et avec leur club école en LAH. Quand j’ai eu 25-26 ans, je suis venu en Europe. Débuté par une grosse saison en Norvège, ensuite en Autriche 2 ans et après je suis arrivé en France à Rouen pendant 3 ans et maintenant je suis dans ma 2ème saison avec Angers.
 
HH : Début en ligue junior en 2001, 7 matchs de NHL, 57 matchs de AHL, la Slovénie, l’Autriche et puis la France. Pourquoi venir en Ligue Magnus et comment analyses-tu l’évolution du championnat ?
 
PC : J’avais de bons contacts et de bons amis qui m’ont dit que des bonnes choses par rapport à Rouen et par rapport à la ligue. Ça a penché dans la balance, je ne regrette pas du tout d’être venu en France. Chaque année a été rempli de bons souvenirs.
 
HH : Patrick Coulombe c’est plus de 1086 matchs de hockey depuis tes années juniors. Est-ce le même plaisir aujourd’hui qu’à ton 1er match ?
 
PC : Oui vraiment il n’y a absolument rien qui a changé. Le feu sacré est toujours là, c’est une grande passion pour moi. Je fais vraiment le plus beau métier au monde, pouvoir concilier travail et passion pour le hockey c’est merveilleux. En plus de tout ça je peux ajouter les voyages, ça me fait découvrir d’autres cultures, d’autres pays. Tout ça mis ensemble je suis très choyé, j’essaie de ne pas l’oublier. J’essaie toujours de me rappeler d’où je viens, la chance que j’ai d’être en bonne santé et de pouvoir faire ce métier-là.
 
HH : 3 années à Rouen avant d’arriver sur les bords de la Maine en 2017, qu’est-ce qui a fait que ton choix se soit arrêté sur les Ducs ?
 
PC : Quand j’ai su que je ne retournais pas à Rouen j’étais ouvert aux autres propositions. Angers premièrement c’est une équipe contre qui je n’aimais pas jouer quand j’étais à Rouen. Je connaissais bien Maxime Lacroix et quelques autres joueurs ici et j’avais que de bons mots pour la ville, l’équipe et ça a penché dans la balance. Moi je recherchais une équipe pour gagner, oui on s’amuse au hockey mais l’esprit de compétition est toujours là. Je savais qu’Angers était pratiquement la meilleure option pour avoir une équipe compétitive et le côté familial avec la ville et l’organisation. Comme je disais, j’aimais pas venir jouer ici à Angers, maintenant je suis un Duc donc je sais à quel point c’est dur de venir jouer sur la petite patinoire et j’aime bien jouer ici désormais.
 
HH : La saison dernière, une blessure qui ne facilite pas tes débuts à Angers et une période délicate pour l’équipe en 1re partie de saison, comment as-tu géré cela ?
 
PC : Ça ce n’est jamais facile des blessures, c’est des choses qu’on ne contrôle pas, le timing n’était pas très bon. J’étais nouveau ici, je voulais montrer que l’équipe avait eu raison de venir me chercher mais c’était impossible pour moi de monter sur la patinoire. Donc j’ai dû prendre mon mal en patience. J’ai été très bien encadré dans ma convalescence, de mon côté j’essayai de rester positif, on sait que ça va revenir, j’essayai d’apporter ce que je pouvais dans le vestiaire, faire les séances hors glace que je pouvais. Ça a été un début de saison compliqué l’année dernière mais on s’est bien repris en 2ème partie de saison. L’équipe et les joueurs m’ont fait confiance et ont été patients, ça m’a apporté beaucoup de bon.
 
HH : Ce n’est un secret pour personne, les Ducs d’Angers n’ont pas le budget le plus important de la ligue, loin de là et pourtant les ambitions sont réelles : recherche du Top 4 cette année, une nouvelle arena en construction. Est-ce un projet de club qui peut te pousser encore quelques années en tant que joueur ?
 
PC : C’est très motivant pour un joueur de voir qu’une équipe met beaucoup de temps et d’argent pour un gros projet comme celui-là et la ville qui apporte une nouvelle patinoire. On sait que les Ducs n’ont pas le plus gros budget de la ligue mais le recrutement est toujours très bon à la trêve. On sait que les objectifs c’est de jouer le haut du classement, d’aller loin en série et j’ajouterai même de remporter 1 ou des coupes. Moi je ne nous mets pas du tout dans une classe appart de Grenoble ou Rouen même si on fait face à une réalité de budget. Les matchs ça se jouent sur la glace et j’ai confiance en notre équipe. Angers et les Ducs aspirent à de grandes choses et c’est très motivant.
 
HH : On a souligné ta grande expérience de joueur, tu es aussi un leader naturel sur et en dehors de la glace. Capitaine à Rouen, assistant capitaine (et capitaine par intérim) chez les Ducs, qu’est-ce que cela t’apporte humainement parlant ?
 
PC : C’est sur que j’essaie de ne pas changer mon attitude et mon jeu. Il ne faut pas que cela me mette la grosse tête et ce n’est pas mon genre de réagir comme ça. Je suis naturellement quelqu’un qui se donne beaucoup hors glace et sur la glace. Je pense que ça se ressent dans les vestiaires et d’avoir la confiance des entraineurs et des joueurs c’est très valorisant. C’est sur qu’en ayant le Capitaine ou l’assistant, il y a un rôle sur la glace our échanger avec les arbitres mais aussi dans le vestiaire, dire les bonnes choses au bon moment, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Mais ça ce n’est pas le travail d’un seul joueur, d’avoir la lettre ou de ne pas avoir la lettre, je ne change pas ma façon de faire. Il y a plusieurs leaders dans ce vestiaire, c’est important pour l’équipe, comme sur la glace, c’est un travail d’équipe. C’est certain que pour moi c’est un bel honneur de porter le C.
 
HH : Pour toi, avec toute ton expérience, que faudrait-il à la ligue pour grandir encore et peser sur la scène européenne ?
 
PC : Mondialement la France est sous-estimé niveau hockey. On parle beaucoup de foot ici comme on parle de hockey au Canada. Malheureusement, on sous estime la ligue en France, Rouen qui passe la 1re phase de CHL c’est un grand signe, j’espère que ça va faire parler beaucoup. Ça fera du bon de parler de cette 1re, il faut parler de la ligue, des joueurs, du hockey dans les médias. Heureusement que vous (Hockey Hebdo) êtes là aujourd’hui, il y a des médias spécialisés hockey mais je trouve qu’il manque de place dans les journaux, de pages réservées pour le hockey. Il se passe tellement de belles choses dans ce sport que si les gens ne le savent pas, ils ne se déplaceront pas pour connaitre le hockey. La visibilité à la télévision aussi est très décevante, c’est tellement un beau sport, les supporters comme les Raptors et tous les autres le savent que c’est spectaculaire, on tombe vite amoureux du hockey, c’est technique et rapide.
 
 
« Je salue et je remercie les supporters angevins. On a un très beau et très bon public ici à Angers, c’est très important pour les joueurs. Dans les bons comme dans les moins bons moments ils sont toujours présents donc je les remercie énormément en mon nom et au nom de toute l’équipe. Que l’aventure continue pour cette année. », Patrick Coulombe.
 
 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...