Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Division 1 : Nantes (Les Corsaires)
Hockey sur glace - Entretien exclusif avec Janick Asselin
 
C’est l’une des révélations de l’équipe Nantaise version 2017/2018, Elu meilleur joueur Nantais par les Supporters à l’issue de la saison régulière. Arrivé tout droit de Briançon, pour sa deuxième saison sur le sol Français l’attaquant Canadienn’a pas tardé à s’imposer comme l’un des piliers, et fer de lance des Corsaires de Nantes jusqu’à s’imposer comme Assistant et revêtir le ‘A’ sur son chandail Noir et Bleu. Depuis son arrivée à Nantes, le québécois ne cesse de progresser, comme le montre ses statistiques en fin de saison il comptabilise 37 Points, 11 buts, 26 assistances en 25 matchs, faisant partie des 4 meilleurs joueurs de son équipe, il est vif comme l’éclair, redouté par sa rapidité et sa vivacité, donnant du fil à retorde aux défenses adverses pour tenter de bloquer et stopper l’attaquant capable de s’infiltrer dans le moindre trou de souris.
 
Média Sports Loisirs, Hockey Hebdo Guillaume François le 08/03/2018 à 12:00
Janick Asselin, la révélation nantaise


Photo hockey Entretien exclusif avec Janick Asselin - Division 1 : Nantes  (Les Corsaires)
Photographe : Guillaume François

HH - Bonjour Janick, comment vas-tu ? Peux-te présenter et nous parler de ton parcours pour les lecteurs de Hockey Hebdo ?

Janick Asselin- ça va bien, Moi Janick Asselin je suis québécois, je viens de Coaticook au Québec c’est un petit village de campagne d’environ sept mille habitants avec les environs, j’ai fait mon hockey à Sherbrooke qui est environ à 45 minutes de Coaticook et j’y ai joué mon hockey mineur de mes 4 ans à environ 12 , 13 ans ensuite j’ai fait mon hockey junior à Sherbrooke pour les Cougars du Collège Champlain j’y ai joué 4 ans, ensuite j’ai été universitaire aux Etats-Unis pour l’université Clarkson dans l’état de New-York, par la suite j’ai été dans la East Coast en Virginie à Norfolk, puis j’ai été échangé un mois et demi après en Alaska, j’ai terminé la saison là-bas et ensuite je suis arrivé à Briançon l’an dernier puis me voilà à Nantes.

HH- Comment es-tu venu au Hockey ?
Janick AsselinC’est sûr que c’est quasiment une religion au Québec, Nous on nait avec des patins dans les pieds et je te dirais qu’on commence très jeune. Mon père est un amateur de Hockey qui a joué à haut niveau pour lui c’était important que j’essaie, puis j’ai eu la piqure dès que j’ai commencé à l’âge de 4 ans je n’ai pas arrêté, j’ai vraiment aimé ça  et j’ai toujours voulu aller plus haut en donnant le meilleur en m’améliorant, je n’ai pas arrêté depuis ce moment. Le soir après l’école j’étais tout le temps sur le rond de glace, la patinoire à l’extérieur jusqu’à 10h / 11h c’est même moi qui fermait la patinoire. C’est mon père qui m’a enseigné, m’a appris les bases du patin, c’est par ces liens que je suis venu au Hockey.
 
HH – Peux-tu définir ton style de jeu ?
Janick AsselinJ’ai un style de jeu qui est rapide, je pense que ma première force c’est ma rapidité, j’essaie de m’en servir le plus possible, je suis un petit joueur qui amène beaucoup d’énergie et qui essaie de faire un jeu intelligent, je n’essaie pas de me débarrasser de la rondelle, j’essaie de pouvoir donner le plus de possibilités à mes coéquipiers pour marquer. Je pense que c’est qui me définit en tant que joueur et qui essaie de jouer un peu plus pour donner des chances aux autres, bien sûr je ne déteste pas en avoir, mais je pense que je me concentre plus à aider les autres joueurs à favoriser le collectif et je me sers beaucoup de ma vitesse pour y parvenir.

HH - C’est ta deuxième Saison en France, pour quelle raison, as-tu fait le choix d’y poursuivre ta carrière, et d’avoir rejoint l’an dernier les Diables rouges de Briançon ?
Janick Asselin -La saison d’avant j’étais en East Coast (East Coast Hockey League 3è ligue professionnelle d’Amérique du Nord, NDLR) il y avait beaucoup de matchs environ 70-75 par saison, ce qui est vraiment beaucoup et j’étais tout le temps sur la route, c’est un mode de vie qui n’est pas pour tout le monde je pense, il y en a qui aime ça, mais moi je n’étais pas vraiment à l’aise à avoir ce mode de vie, je voulais quelque chose de plus stable et qui permettait de voyager, et je pense que l’Europe était quelque chose qui me le permettait . Quand je suis arrivé à Briançon, je pense que ça a bien fonctionné, j’ai eu une belle année, des bons coéquipiers comme Nicolas Lehericey, Karl Léveillé, on s’est vraiment bien entendu et ça a permis que l’on fasse plus d’activités, de voyages cela a donné un bon équilibre le mélange des deux. L’Europe c’est beau à voir pour des canadiens, des américains, moi je voulais vraiment découvrir tout ça, et puis c’est un peu pour cette raison que je voulais venir en France. Quand Briançon m’a contacté et a fait les démarches c’était l’opportunité.

Photo hockey Entretien exclusif avec Janick Asselin - Division 1 : Nantes  (Les Corsaires)
Photographe : Jean-Marc Lestage


HH - Après Briançon, quelles ont été tes motivations pour avoir choisi de signer chez les Corsaires de Nantes ?
Janick Asselin : Je te dirais qu’au début Pier-Olivier Grand Maison était à Briançon malheureusement c’était compliqué pour lui et il a réussi à trouver un bon club à Nantes. Tout au long de la saison il nous parlait, il voulait vraiment qu’on vienne, puis nous ça nous attirait, tu sais Briançon, Nantes, ce sont deux villes complètement différentes. Quand j’ai terminé ma saison à Briançon même si j’ai eu une bonne année, Briançon reste une petite ville j’ai fait le tour rapidement même si c’est très beau, je voulais voir autre chose, une vraie grande ville qui bouge, puis avoir une belle organisation être bien et avec des bons joueurs. Puis avec un bon club qui est en train de monter je pense c’était un bon choix pour moi et un groupe de joueurs de Briançon, parce qu’on est quand même 4  joueurs à venir ici. Je pense qu’on est tous venus à Nantes pour la même chose, puis de retrouver des coéquipiers connus comme PO Grand Maison, je connaissais aussi Michael Rhéaume avec qui j’avais joué 2 saisons en Junior, puis on est quand même 6 Québécois c’est ce qui est attirant pour un gars comme moi.

HH - Avec Nantes, tu as élevé ton niveau de jeu et tu as révélé une partie de tes qualités, tu fais partie du Top3 de ton équipe, Qu’est ce qui t’a donné des ailes ?
Janick Asselin : Je pense que ça a été une cohésion avec les joueurs avec qui j’ai joué, même si on des eu des hauts et des bas qui font qu’on a eu beaucoup de changement dans les lignes, on a toujours réussi à avoir des bonnes combinaisons sur le top 6 ou avec les joueurs un peu plus bas qui réussissent à monter et à faire des choses intéressantes. On met vraiment beaucoup d’offensive et je pense qu’on a aussi une bonne défensive qui permet de bien ralentir, c’est une combinaison de tout ça, car je ne peux pas prendre tous les mérites c’est impossible. Oui j’ai une bonne saison mais ça reste des combinaisons bien réalisés, des bons matchs tout un ensemble qui a payé. Moi je me sentais bien cette année, j’étais épanoui, tu sais ici on est bien traité, je ne pouvais pas demander mieux j’étais vraiment bien, mais les autres joueurs y sont aussi pour quelque chose.

Photo hockey Entretien exclusif avec Janick Asselin - Division 1 : Nantes  (Les Corsaires)
Photographe : Guillaume François


HH - Avec lequel de tes coéquipiers as-tu le plus d’affinités sur la glace ?
Janick Asselin : C’est une très bonne question ! je pense que c’est Karl (Léveillé) car j’ai une bonne affinité avec,  l’an dernier j’ai joué toute l’année avec lui et cette année on a commencé ensemble même si ça n’avait moins fonctionné au début, mais c’est quelqu’un avec qui j’ai on a une bonne chimie ensemble mais tu sais je pourrais aussi dire la même chose de Michael (Rhéaume), quand on a joué en Junior ensemble on a cassé des records, je pense que Michael, P.O (grand Maison) et Karl, je pense que ce sont les trois avec qui j’ai de bons Fit, il n’y en a pas qui est plus haut que l’autre, ça dépend des moments de l’année mais avec les trois ça peut être parfait. C’est dure à dire pour l’un plus que l’autre mais pour moi  ces trois qui sont dans la même catégorie.
 
HH - Et hors glace ?
Janick Asselin : Nicolas Lehericey aimerait beaucoup que je le cite, mais je le citerai pas (rires) C’est sûr que les Québécois on s’entend mieux c’est juste naturel, mais oui je vis en appartement avec Nicolas et Karl, et puis c’est sûr qu’on s’entend super bien il n’y a jamais de problème, c’est vrai que comme ce sont mes colocataires c’est avec eux que je m’entends le mieux. Tu sais nous les Québécois on s’entend bien, mais je n’ai aucun joueur dans l’équipe avec qui je ne pourrais dire que je ne m’entends pas, c’est vraiment un plus dans l’équipe et je pense qu’on est tous de bonnes personnes et ça aide l’équipe personne ne se déteste, il y a juste des affinités naturelles.

HH - Qu’est ce qui fait ta force d’attaque avec Nantes selon toi ?
Janick Asselin : Ça revient un peu sur mon style de jeu, c’est-à-dire ma vitesse puis le fait que je passe beaucoup, créer le jeu, créer des occasions de marquer, je pense que c’est ce qui m’aide le plus à récolter des points, à aider l’équipe à gagner et puis je pense que c’est sur ça qu’il faut que je me concentre c’est là où j’amène le plus pour l’équipe, le positif pour gagner A chaque fois que nous avons eu des bons moments comme les sept victoires, on arrive à avoir de bonnes chimies avec les joueurs, on arrive à faire de bons matchs, Michael Rhéaume a de bonnes occasions de marquer, P.O aussi, Karl qui fait aussi de bons matchs, je pense que tout le monde a mis la main à la roue et puis moi ça fonctionne bien aussi avec ce collectif.

HH - Quelles sont les faiblesses de ton équipe ?
Janick Asselin : On en a pas (rires) Je pense que ça peut être une difficulté quand on rencontre des clubs mal classés, je pense qu’on se met à leur niveau même avec plus d’attaque, on joue moins bien, on pense peut être que ça sera plus facile, c’est là qu’on a le plus de misère parce que si on prend les gros matchs contre Brest, Anglet, Briançon on a toujours fait des bons matchs , on a toujours fait des matchs serrés contre les gros clubs, je pense que c’est là ou ont se met de la difficulté, on tombe dans la facilité, c’est là où il faut redoubler de travail car c’est sur ces matchs qu’on peut chercher des points importants.

HH - Tu es jeune, penses-tu vouloir jouer un jour le championnat d’Elite Français la  Ligue Magnus ? Ou tenter l’aventure d’un autre championnat en Europe ? Voir un retour dans un championnat Nord-Américain ?
Janick Asselin : Le Championnat Nord-Américain c’est non, je ne pense pas que je retournerai dans la East Coast que j’ai déjà joué, comme j’ai dit j’en suis parti parce que je n’ai pas vraiment aimé l’expérience. En Europe c’est sûr que je ne ferme aucune porte, il y a vraiment des championnats intéressants en Europe qui valent la peine d’être joués,  il y a de belles expériences à faire, de belles villes avec de bonnes organisations, c’est quelque chose qui est dans ma tête et je ne peux pas me l’enlever de l’esprit, maintenant si c’est quelque chose qui est réalisable, on ne sait pas ce qui peut arriver comme opportunité, il faut juste savoir ce que le sort me réserve. Je me concentre beaucoup sur ce qui se passe à Nantes, puis ensuite suivant ce qui se passera quand on terminera si on gagne ou si on perd, c’est là où on verra ce qui se passera. Je reste sur le moment présent avant de me projeter sur le futur, ensuite je verrais les opportunités qui vont se présenter, les offres que j’aurais, mais je verrais après la saison. Je préfère rester concentrer sur la fin du championnat et les Playoffs.

HH - A quel joueur aimes-tu être comparé ?
Janick Asselin : C’est vrai que mon idole c’est Martin St-Louis ! Martin St-Louis,  c’est vraiment quelqu’un que j’ai vraiment adoré voir jouer, quand on me compare à un joueur rapide comme lui, intense sans avoir le style du joueur à faire le plus de mises en échec, il n’avait pas peur d’aller dans les coins, devant le filet, c’était un joueur qui était dans toutes les facettes du jeu. J’aime bien quand on me compare à un joueur comme lui, vraiment rapide et aidant beaucoup son équipe, ça me plait.

HH - Pour revenir sur ta carrière, avec quelle équipe gardes-tu le meilleur souvenir ?
Janick Asselin : C’est dur, chaque saison c’est un nouveau chapitre, mais je pense que dans ma carrière les Cougars Champlain en Junior ça m’a vraiment marqué, c’est avec cette équipe que je me suis vraiment trouvé en tant que joueur, je me suis développé et j’ai trouvé mon identité en tant que joueur et même en tant que personne, j’ai connu de très belles années, j’ai eu de bons entraineurs, de bons coéquipiers, , j’ai connu de belles saisons niveau productivité, je pense que c’est mon passage aux Cougars qui a déterminé mon futur et ma carrière par la suite. Je garde aussi dessupers beaux souvenirs de mon passage Universitaire Américain, à Briançon, puis même dans la East Coast malgré que je n’ai pas adoré certaines choses j’ai aimé l’expérience, mais mon meilleur souvenir reste chez les Cougars.

Photo hockey Entretien exclusif avec Janick Asselin - Division 1 : Nantes  (Les Corsaires)
Photographe : Guillaume François

HH - As-tu un message pour les Fans et les lecteurs d’Hockey hebdo ?
Janick Asselin : Si je peux leur dire quelque chose, je pense que le Hockey Français est sur la bonne voie la D1 et la Magnus sont des championnats pris à la légère en Europe à comparer aux autres clubs. Je pense qu’ils sont sur la bonne voie pour la CHL, même Gap a fait des résultats. Les deux ligues Magnus et D1 évoluent de plus en plus, si on revient cinq ans en arrière, je pense que la ligue était complètement différente. Même l’an passé à cette saison il y a une différence et je pense que le Hockey français est dans la bonne voie, il faut continuer à s’intéresser à ce sport, je pense que les Français adorent le sport, le hockey est juste méconnu mais à chaque fois que je parle à quelqu’un de hockey ou qui vient voir les matchs sont surpris, les gens adorent le rythme, l’intensité, je pense qu’il faut continuer et faire connaitre un peu plus et faire valoir ce sport. Pour les Supporters Nantais on arrive dans les Playoffs, je pense qu’il faut tout donner, faut être présent à chaque match, c’est important pour nous d’avoir beaucoup de gens dans les gradins, c’est quelque chose qu’on adore, on aime toujours autant vos encouragements, c’est ce qui nous motive.

La rédaction d’Hockey Hebdo remercie Janick ASSELIN pour sa disponibilité, nous lui souhaitons une très bonne fin de saison et un beau parcours en Playoffs avec les Corsaires de Nantes
 
 
 
 
© 2018 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...