trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - NHL - National Hockey League
Hockey sur glace - Interview: Antoine Roussel
 
Antoine Roussel a entam sa deuxime saison avec les Stars de Dallas en NHL. Une deuxime saison pour confirmer et tenter de s'installer durablement en NHL.
 
Dallas / Grenoble, Hockey Hebdo MSL/jcs le 21/12/2013 12:00
Photo hockey Interview: Antoine Roussel - NHL - National Hockey League

Il s'est passé beaucoup d'événements depuis notre premier entretien en Février (notre article). L'un des plus importants a été l'échange de plusieurs joueurs dont Jaromir Jagr à Boston ?

Cela a concerné les vétérans en fin de contrat et ils ont fait le maximum pour obtenir des jeunes en retour. Derek Roy, Brendon Morrow et Jaromir Jagr ont été échangés. Pour Jaromir Jagr, c'est contre un choix de première ronde, Derek Roy pour Kevin Connauton qui joue actuellement avec nous, un bon défenseur. Ca a permis à l'équipe de se rebâtir un peu, on mise plus sur les jeunes, et ça me permet d'avoir plus de temps de glace. Ca a bien fonctionné pour tout le monde, on était encore dans la course pour les play-offs jusqu'à quelques matchs de la fin. C'était fun de pouvoir vivre la course aux play-offs bien qu'on ne les ait pas faits.

Et malgré ces départs, comment le jeu s'est-il mis en place ? Est-ce que ça n'est pas devenu plus compliqué ?

Non, pas plus compliqué. Tout le monde était sur la même page après et jouait de la même façon. On s'est resserré les coudes et on jouait plus en équipe. Notre style de jeu est devenu plus rapide étant donné que d'autres jeunes sont montés, on est tous des marchands de vitesse. On mise sur la vitesse.

Dans l'intersaison, il y a eu des changements dans la structure des Dallas Stars avec notamment l'arrivée d'un nouveau coach. As-tu eu des inquiétudes ?

Avec les départs et le changement de personnel, on est toujours dans le doute. En même temps, ça permet de se redynamiser, de montrer que l'on est à notre place dans l'organisation, de travailler pour avoir sa chance et impressionner la nouvelle direction parce qu'ils ne nous ont pas vu jouer. C'était un nouveau départ pour moi, ici. Au début, l'équipe a eu des difficultés car tout le monde avait besoin de s'ajuster à ce renouveau. Maintenant, l'équipe est en bonne voie d'accumuler des points et d'avoir un œil sur les play-offs.

Y a-t-il des attentes particulières à ton sujet de la part du coach ?

Non, pas vraiment. C'est juste apporter de l'énergie à l'équipe, essayer de déranger l'adversaire, mais rien de spécifique ou d'objectifs à atteindre.

Photo hockey Interview: Antoine Roussel - NHL - National Hockey League
Tu as connu quelques "batailles", comme on dit au Canada. Comment ça se passe ? Est-ce qu'il y a des codes, des signaux ou des consignes ?


Ca se déclenche quand on est énervé et qu'on en a assez. Ca se pousse et, quand ça se pousse trop, on lâche les bâtons et ça lâche tout !

Tu commences à avoir une petite réputation, te sens-tu ciblé par l'adversaire comme contre Chicago lors du match du 4/12 ?

Non, pas vraiment. Quand tu joues souvent contre la même équipe, tu connais les joueurs, on est frustré de jouer contre les mêmes joueurs et il faut parfois faire passer des messages.
Sur ce match, on gagne 4-3, mais on menait 3-0. Emotionnellement, c'est frustrant, on veut partir avec la victoire et on sent que l'autre équipe a le vent dans les voiles. On essaie de se maintenir à flots et, en marquant le 4e but, tout le monde est content  et j'étais particulièrement heureux.

Ca se voit d'ailleurs, les fans de l'autre équipe ont très peu goûté à ta célébration et à ton chambrage.

Par les fans ou par l'autre équipe, je n'en sais rien et je ne suis pas fan des Blackhawks non plus. Par contre, quand j'ai regardé mon compte Twitter, j'ai reçu beaucoup de messages de haine, je peux imaginer que ça n'a pas été bien perçu (rires).

Juste avant la bataille avec Shaw, sur un engagement, il y a eu des échanges pour que tu sois à ses côtés ?

Oui.

Peut-on savoir ce qui c'est dit ?

Non. Vous ne pouvez pas le savoir.

Photo hockey Interview: Antoine Roussel - NHL - National Hockey League
Les règles sont plus strictes, notamment pour protéger les joueurs. Est-ce que tu y penses ?


Je n'y pense pas quand je me pogne (bagarre), mais j'essaie de faire attention, tout le monde fait attention. Les bagarres, c'est un choix. Quand tu arrives avec le coude en l'air et que tu essaies de frapper quelqu'un dans la tête, c'est là qu'est le danger. C'est sur ce genre de situation qu'ils surveillent, plus que les bagarres. Une bagarre, c'est un choix. Si ça ne te tente pas, tu n'y vas pas, tout simplement. Quand tu joues, tu peux recevoir un coude, c'est une décision de l'autre joueur de blesser et, même si c'est involontaire, il le sait quand même.

Tu n'as pas peur d'être reconnu surtout pour tes bagarres ?

C'est vrai que j'ai eu pas mal de punitions, mais je te dirais que c'est une autre corde à mon arc. Je l'utilise régulièrement, les fans adorent ça et ce n'est pas mal vu par ici. Tout le monde me le dit, et ça fait partie du jeu.

Ta cote de popularité est assez élevée auprès des fans de Dallas. C'est de l'énergie positive ?

Oui, c'est de l'énergie positive. Tout le monde me tape sur l'épaule pour me dire de recommencer, c'est encourageant.

A titre personnel, quelle évolution ressens-tu depuis ton premier match ?

Je suis plus confiant avec le palet, je prends de meilleures décisions. Mon objectif, cette année, est de m'implanter au sein de la ligue et d'y rester longtemps. Les statistiques ne reflètent pas la façon dont on joue. Dans les années précédentes, j'ai joué dans la ligue américaine, je n'avais pas forcément de grosses statistiques et ça ne reflétait pas la façon dont je jouais. Là, j'ai plus de facilités, on dirait que ça fonctionne plus facilement.

Tu as dû avoir pas mal de sollicitations après tes premiers matchs, est-ce encore le cas ?

Les gens sont toujours intéressés d'avoir mes commentaires. On m'appelle de Chicoutimi pour avoir des nouvelles, j'ai des demandes de temps en temps et ça me fait extrêmement plaisir de le faire.

En début de saison, vous étiez deux Français en NHL, avec Stéphane Da Costa à Ottawa.

Il a fait 6 ou 7 matchs et, malheureusement, il s'est fait redescendre. C'est un excellent joueur, j'aimerais bien qu'on se voit plus.

Et Tim Bozon n'est pas très loin non plus. Es-tu en contact avec lui ?

J'ai vu son père quand on a joué à Los Angeles il y a un mois. Il m'avait dit que Tim devait travailler plus fort, mais il n'était pas forcément dans la meilleure équipe de la ligue, c'est toujours plus difficile. Mais encore, les statistiques ne reflètent pas la façon de jouer, ça biaise la façon d'évaluer un joueur. Dans son cas, il a été drafté pour amener de l'offensive mais je pense qu'il n'a pas été drafté que pour ça, il amène plus que les buts et des passes.

Passons à l'équipe de France, et au match contre la Russie. Quels échos as-tu reçus de ce match et de ta performance ?

C'est un match historique quand même. C'était génial d'en faire partie et d'avoir marqué le but de la victoire, c'est encore plus exceptionnel. C'est le travail de toute l'équipe, c'est toute l'équipe qui a fait en sorte que je puisse être dans cette position pour marquer. On a vraiment eu du plaisir, c'est toujours un plaisir d'y aller et d'y retourner chaque année.
Si on ne fait pas les play-offs, je vais regarder tout de suite pour rejoindre l'équipe de France, si je suis autorisé à y aller.

As-tu des superstitions ou des rituels d'avant match ?

Pas vraiment, j'essaie de toujours faire quelque chose de différent pour éviter la routine et de sentir que n'importe quoi puisse arriver.

En dehors tu hockey, as-tu des hobbies, pratiques-tu un autre sport ?

Je n'ai pas trop le temps, mais je regarde le basket, le foot US à la TV. Je joue au basket de temps en temps. J'essaie d'aller voir les autres équipes locales, notamment les Mavericks (NBA) et je suis allé voir les Cowboys (NFL - Foot US) avec ma famille la semaine passée, c'était génial.

On parle depuis peu d'une nouvelle crosse incassable. Serais-tu tenté d'essayer ?

Oui, bien sûr. Je n'en ai jamais entendu parler, vous êtes les premiers à m'en parler.

Depuis que tu es en NHL et avec un nouveau contrat, as-tu fait une grosse folie, une dépense particulière ?

Non, pas vraiment. J'ai meublé mon appartement, et ce n'est pas dans ma personnalité de faire des grosses folies.

 
 
© 2021 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Ractions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte whlen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...