trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Division 1 : Bordeaux (Les Boxers)
Hockey sur glace - Interview : Tartari revient sur 2009-2010
 
A l'issu de la saison le coach des Boxers de Bordeaux revient sur la saison et donne le cap pour la saison prochaine.
 
Bordeaux Mériadeck, Hockey Hebdo Patrice Villey le 16/05/2010 à 17:39
Photo hockey Interview : Tartari revient sur 2009-2010 - Division 1 : Bordeaux (Les Boxers)
Hockey Hebdo : Sixième de saison régulière, une participation aux PO, les objectifs sont atteints ?

Stephan Tartari : Je dirais même plus, quatrième ex aequo avec l’équipe qui a le plus de victoire dans le temps règlementaire. Un point de règlement un peu frustrant pour nous mais on est assez régulier dans nos saisons en D1, avec autant de participations en PO que de saisons en D1. On est fier de la saison, fier pour le groupe et pour le club. C’est le résultat d’un travail sur 3-4 ans où l’on est récompensé chaque saison.

HH : Notamment grâce à un beau parcours à domicile, seuls Brest et Caen font mieux…
ST : Oui et ce que l’on peut retenir c’est que sur les deux défaites, il n’y a pas à rougir. Contre Caen le match bascule sur un rebond contre la bande et face à Reims, malgré notre domination Kubis nous sort un match extraordinaire. Notre parcours ici est excellent. On a eu des soucis en début d’année à l’extérieur et 13 blessés en 2 mois ½…surtout en attaque…c’était un peu nouveau pour nous mais on a réussi à le gérer correctement et finalement on a pris les points à domicile mais sur la route un peu moins. On a redressé la barre en janvier.

HH : A l’extérieur donc Bordeaux totalise 4 victoires de moins que l’exercice précédent et si on fait le compte des points non récupérés on se rend compte que c’est la troisième place qui était atteignable et de fait l’ordre des PO.
ST : J’aurais même tendance à voir plus. Logiquement un club qui monte de D2, comme Brest et Mulhouse, devrait avoir un budget inférieur et une équipe qui se bat pour le maintien voire le milieu de tableau. Donc là c’est le deuxième et le troisième et c’est tout de suite frustrant parce que ça arrive de suite avec des gros moyens et on a comme l’impression qu’une part de logique n’est pas respectée. Ça semble facile à dire après la saison écoulée mais si on regarde d’autres clubs comme Bordeaux en terme de progression, on se développe, on stagne d’autre font pareil. Reims a fait une belle saison par exemple, petit à petit avec du travail et ils ont des résultats. On voit que l’on est toujours aussi proche avec Montpellier mais bon…c’est comme ça et pour le moment ça fait reculer au classement.

HH : Une belle saison tout de même…
ST : Un beau public, du monde à la patinoire, les joueurs se régalent. Moi je prends plaisir à voir mes joueurs faire des matchs comme contre Caen, Mulhouse ou encore Brest en début d’année…Trois matchs extraordinaires d’un très bon niveau qui sont pour nous des matchs référence. Des matchs où l’on a eu peu de blessés excepté Brest et où on a pu se préparer correctement mais aussi parce que le groupe a atteint une maturité à évoluer ensemble.

HH : Un groupe qui tourne très peu depuis trois ans et qui perd déjà des éléments comme on le voit dans les transferts. Lassalle, Grenier, Wiart, Lafrancesca, Perez sont déjà partant pour diverses raisons, comment on aborde la préparation de la prochaine saison à Bordeaux si l’on tient compte des arrivées confirmées de Lavrov et Masson ?
ST : Une page se tourne à Bordeaux…On est en plein travail pour bien attaquer la saison qui se profile et on porte beaucoup d’attention sur ce qui est déjà en place au club. Le gros chantier concerne la défense, on devrait bientôt annoncer les re-signatures mais aussi des arrivées car c’est le secteur que l’on veut renforcer. On veut gagner en stabilité et aussi en « poids » avec l’exigence aussi d’avoir de la mobilité qui s’explique par le fait que nous avons une grande glace. L’idée est de progresser en rebond défensif et la protection de la bleue entre autre car je pense que sur les gros matchs cela nous a manqué. Ça ne va pas être facile mais on cherche. On est en contact avec du monde…français, étrangers…on privilégie le français comme toujours même si pour certains profils ce n’est pas réalisable car on n’a pas comme certains pourraient le penser, un si gros budget que ça.

HH : c’est aussi assurer une continuité dans la politique de formation du club ?
ST : Oui exactement, l’objectif c’est développer nos français. Si en D1 on ne le fait pas…c’est malheureux. Nos jeunes d’U22 vont intégrer la 4° ligne puisqu’ils arrivent au terme de la saison junior et que le club veut les intégrer au groupe sénior pour leur proposer du concret sachant que l’on a pas de D3, juste des vétérans qui tournent plutôt bien. C’est difficile de contenter tout le monde mais on s’attache à essayer de bien le faire. Certains clubs ont une autre politique, ça marche aussi. Mais compte tenu de toutes les données précédentes, je pense que l’on sera un plus « étranger » que les autre années. Certains arrêtent, d’autres partent à Anglet car l’Hormadi est montée, avec les rumeurs que cela comportent où tous les joueurs partent de Bordeaux pour aller à Anglet.

HH : Argument qui est vite apparu alors que cela pourrait être aussi Toulouse par exemple ?
ST : Oui, comme ça, ça fait parler un peu. De notre côté on est content car les déplacements vont être moins onéreux, ça va relancer les derbys un peu chaud, pour le public c’est très bien et aussi le Sud-ouest avec du coup Toulouse, Anglet et Bordeaux. Certains clubs parisiens avaient aussi moins de déplacement et à contrario l’enveloppe déplacement va grossir et peut être au détriment de l’enveloppe transfert. Ça devrait équilibrer les débats de ce côté-là aussi. Et puis ça va être sympa de revoir les joueurs qui ont évolué chez nous, je pense à Dave (Grenier) et Micka (Wiart), avec Gautier (Lafrancesca) qui est en négociation avec des clubs.

HH : Côté gardiens, Leclerc le backup de Burnet a arrêté plus tôt que le reste du groupe ce qui a fait apparaitre en plus de Ramonatxo, Shirley Duquesne. Ce trio sera-t-il reconduit pour la saison suivante ou y a-t-il des pistes de suivies ?
ST : il y a des possibilités…y compris même un retour de Julien. On est en train de voir…il avait peut être besoin de souffler, il n’y a pas que le hockey dans la vie, il faut le comprendre. Il y a le travail, la vie de couple, la famille…chacun prend ses décisions et il faut savoir se poser un moment pour bien les comprendre. On veut rester sur ce que l’on a Bordeaux quoi qu’il en soit. Arthur fait de très bon match avec les juniors, Shirley a une attitude irréprochable à chaque fois qu’on lui demande de venir s’entraîner et elle est très bien acceptée, c’est une personne qui m’a agréablement surpris. Elle fait partie du groupe, elle a une très bonne mentalité et j’ai tenu à lui dire car elle mérite d’être encouragée.

HH : Juste un mot sur les arrivants confirmés à ce jour, Dimitri Lavrov et Romain Masson ?
ST : Ils correspondent au style de jeu de chez nous, la vitesse, des joueurs qui vont vite qui ont de bonnes mains, ça travaille fort et ils ont de l’expérience. Ils vont s’intégrer parfaitement à notre schéma jeu agressif et où ça patine. L’amalgame avec les autres se fera bien et ça redynamisera l’ensemble aussi. D’autres arrivées sont à venir normalement et on en saura plus la semaine prochaine notamment en défense.

HH : Avant de parler de la saison prochaine il faut aussi voir l’intersaison et aura-t-on cette année un tournoi Copifac ?
ST : Il y a de l’organisation derrière…c’est peu être un peu tôt pour le dire. Il devient difficile d’organiser des tournois aussi. Les équipes doivent prévoir 3 jours d’hôtel, les déplacements, c’est de la préparation et de la logistique et les équipes ont de moins en moins de budget pour ça. Nous, on a la possibilité, on a la glace, on a la structure pour le faire…après faut trouver les équipes. Je dis pas non, je dis pas oui. Chose sûre, on aura des matchs amicaux avec des clubs de D1 : Anglet et Toulouse…on ne s’est pas contacté mais niveau déplacement c’est parfait. J’aimerais aussi réitérer le type de double confrontation comme celle qu’on a pu avoir avec Montpellier l’an passé car ça fait du bien aussi de jouer des équipes qu’on connait moins ou qu’on n’a pas l’habitude de rencontrer.

HH : Anglet et Toulouse en division 1, un commentaire entre autre sur la représentation du Sud-ouest ?
ST : Je suis content pour Benoît Pourtanel qui a eu un peu le même parcours que moi en démarrant bas et qui s’est battu avec ses moyens, il a construit un groupe et leur histoire rappelle un peu la nôtre. Anglet c’est un peu différent, je connais bien Pat’ Bellier et les joueurs qui sont là-bas, l’expérience et de grosses carrières et ils ont fait une très belle saison. Quand ils se mettent à jouer tous ensemble ils sont très forts d’ailleurs ils seront dans le top 5 la saison prochaine, tout de suite je peux dire que ce sera une des meilleures équipe de division1.

HH : Avec Bordeaux ?
ST : J’espère oui.

HH : Objectif play-off minimum encore ?
ST : Le premier objectif, et je pense qu’il est commun à tout le monde, parce que la formule est pas évidente c’est le maintien. Avec une seule montée et deux descentes, le niveau qui à tendance à se relever, la préoccupation première est au maintien. Il suffit de voir Amnéville qui n’avait pas une mauvaise équipe, à part peut être un peu de profondeur pour moi, et qui finit dans les derniers. Ils perdent les matchs d’un but et ils se retrouvent en D2…C’est là où l’on se dit que ça se joue à pas grand-chose alors attention ! Le recrutement des autres équipes importera aussi mais on jouera nos matchs pour les gagner même si on sait que Brest sera favori, Mulhouse sera bon il faudra compter sur Montpellier, Reims, Bordeaux et puis les surprises…Courbevoie à l’air de bien recruter, Anglet et Toulouse ce sera du bon aussi.

HH : Il n’y aura pas de petites équipes ?
ST : L’an dernier il n’y en avait pas…Regarde Garges qui devait jouer en D2. Ils ont marché très fort et ils ont moins bien finis mais s’ils avaient continué comme ça jusqu’au bout ils auraient pu faire les PO. Pour préparer tout ça on essaie d’avoir le maximum d’info pour faire les meilleurs choix ?

HH : On essaie d’avoir le maximum de glace aussi car avec un niveau global qui s’améliore ça peut devenir très vite handicapant ? Il n’y a toujours pas de projets pour que Mériadeck devienne soit une vraie patinoire soit une salle de concert ?
ST : Haaaa…c’est notre problème. Non toujours pas de nouvelles, on navigue à vue c’est comme ça. Chaque année on se remet en question, il va falloir une osmose, un esprit de groupe, que l’on intègre bien les nouveaux, prendre du plaisir avec de la rigueur bien entendu. Il n’y a pas de raisons qu’on ne voit pas de beaux matchs à Mériadeck. Après tant qu’on n’aura pas un outil dédié il est impensable d’espérer aller plus haut. C’est dommage car il y a un formidable public.

HH : Merci Stephan.
ST : Merci à vous.

 
 
© 2022 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...