Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Suisse - Divers
Hockey sur glace - Laurent Perroton, passionné, enchanté
 
Nous rencontrons l'entraîneur du Forward Morges HC. En 2003, il a posé ses bagages en Suisse, à Lausanne. Une fois arrivé à cette table de l’Autogrill de Malley Lumières, le feeling a joué son jeu. Rencontre avec un amoureux de son domaine.
 
Centre commercial Malley Lumières, Prilly, Hockey Hebdo Stéphane Ducret le 14/01/2016 à 20:00
Laurent, peux-tu décliner ton identité aux lecteurs de Hockey Hebdo s'il te plait ?
Laurent Perroton,
Photo hockey Laurent Perroton, passionné, enchanté - Suisse - Divers
Profil Facebook
Laurent Perroton à travers les équipes...
j'ai 42 ans, 2 enfants, bientôt 3, jeune marié. J'ai commencé le hockey à Lyon à l'âge de 4 ans, j'habitais à Charlemagne, où se situe la patinoire, mon papa a été joueur et entraineur du Moju et mon grand-papa dirigeant du club.

Quel est ton parcours hockey ?
En France…
J'ai joué à Lyon jusqu'en U20, à la fin de ma première année, je faisais double championnat avec la 1ère équipe, on est monté en D1 et nous avons rejoint la Ligue Magnus l'année suivante, je n'ai pas été gardé. À ce moment j'avais déjà commencé à entraîner les juniors du club. J'étais parti pour un contrat avec le conseil général du Val d'Oise, je m'occupais du MoJu Cadet Elite à Cergy-Pontoise et également de Franconville et Argenteuil, c'était vraiment ma première expérience professionnelle en tant qu'entraineur ainsi que joueur.
Je suis parti à Toulouse, nous avons été champions de France, en tant que joueur et j'officiais également au sein du mouvement junior. Je suis ensuite parti à Nice, le but étant de jouer en D1, mais il y a eu dépôt de bilan, j'avais 24 ans. J'ai décidé de rester sur place, on a eu notre place en D2, ils m'ont donné les responsabilités de la 1ère et du Moju, pendant 5 ans, nous avons atteint la D1 et été vice-champion de D1, nos jeunes ont grimpé d'un niveau également.
Photo hockey Laurent Perroton, passionné, enchanté - Suisse - Divers
Profil Facebook
... les fonctions...
À ce moment-là, j'ai eu une grosse proposition en Magnus, à Gap, ça s'est bien passé, puis j'y ai passé 1 an, alors que j'y ai signé 5 ans.

En Suisse…
J'ai reçu une offre en provenance de Suisse à la fin de ma première année à Gap. J'ai reçu un appel du Président de Star Lausanne (3e division) et le responsable du Moju du Lausanne HC, pour y prendre une équipe dans le MJ et la 1ère ligue. Le Président de Gap m’a donc laissé partir pour un contrat de 8 mois en Suisse. J'ai fait 6 ans avec la structure du Lausanne HC / Lausanne 4 Clubs, 4 ans à Star. À la fin de ces 6 ans, j’ai fait une pige ad-intérim à la tête de la 1ère équipe du LHC.
À la suite de ces 6 ans au service lausannois, je pensais avoir fait le tour, donc j’ai demandé à partir et ils m’ont libéré de mon contrat et j’ai rejoint Red Ice Martigny, où j’ai travaillé 17 mois, je suis arrivé à Morges avec un contrat renouvelable chaque année et je viens de prolonger pour 3 ans supplémentaires chez le Forward.

Tu assumes des cours de hockey sur glace auprès de Jeunesse + Sport, au sein de l’Université de Lausanne, du consulting chez nos collègues de la télévision et de la radio, pourquoi ?
Les personnes qui me connaissent personnellement me traitent un peu de fou, parce que je suis un passionné. Le fait d’avoir autant de secteurs d’activités dans le même domaine, type Jeunesse et Sport, radio, télé, cours à l’uni, Moju et 1ère équipe, à chaque fois que je suis dans un lieu où je peux rencontrer de nouvelles personnes, j’ai l’impression de vivre de ma passion, sans tomber dans la routine. Le jour où je deviendrai un « fonctionnaire du hockey », quand j’écrirai mes entrainements au feu rouge et que j’entrainerai sans passion, je pense que ce sera le moment d’arrêter. C’est cela qui me motive tous les jours.
Photo hockey Laurent Perroton, passionné, enchanté - Suisse - Divers
Profil Facebook
... et les médias

Anecdote assez parlante : le jour de mon mariage, il y avait quelque chose d’important à régler, cela a été fait par téléphone à quelques minutes de ladite célébration ! La personne que j’avais au bout du fil m’a bien précisé que j’étais un grand malade !
Mais j’aime ce sport, je vis hockey. Il arrive que la nuit je me réveille en ayant une idée, de jeu, de tactique. Je ne me plains pas, j’ai beaucoup de chance de pouvoir vivre de ma passion.

Y avait-il un autre sport que t’aurais pratiqué ? Et pourquoi le hockey sur glace ?
Comme tous les enfants, j’ai fait un peu de football, avec le hockey sur glace, j’ai aussi également touché au tennis. Mais je n’ai pas aimé le sport individuel, les sports collectifs sont ceux que je préfère. Arrivé à 14 ans, il fallait faire un choix, et j’ai choisis le hockey, j’en suis très content aujourd’hui.
Le sport en lui-même, l’état d’esprit du sport, les valeurs qu’il amène, le côté guerrier, la camaraderie sont des choses qui m’ont réellement attiré vers le hockey sur glace. Lors de ma dernière année comme joueur en Juniors, je peux raconter chaque déplacement, chaque match, parce que ce sont les plus belles années. On a gardé contact, on part en vacances ensemble avec certains de ces anciens collègues de glace.

Si tu n’avais pas été consultant, entraîneur, enseignant de sport, qu’aurais-tu fait ?
Bonne question ! J’ai fait mes études dans le domaine du sport, donc je serai sûrement enseignant dans le domaine du sport. J’ai eu des propositions, mais si je n’ai pas la pression, la pression du résultat, l’adrénaline du match, il me manque quelque chose. Ma femme me dit que si je n’ai plus de hockey, je meurs à petit feu. J’ai vraiment besoin de conflits, de guerre psychologique, de pression pour vivre. J’aime vraiment ce sport.

La rédaction remercie Laurent Perroton pour cette rencontre.
NB : L'entraîneur du Forward Morges est candidat à la personnalité de La Côte 2015, plus d'informations et votes ici.
 
 
© 2017 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...