Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Equipes de France : France (Team France)
Hockey sur glace - Ph. Bozon : Il faut laisser du temps au temps, objectif TQO 2020!
 
Après le coup de tonnerre à Kosice, Philippe Bozon a bien voulu revenir à froid sur les derniers championnats du monde. Nous avons également évoqué le futur de l'équipe de France.
 
Cergy, Hockey Hebdo Brice Voirin le 21/08/2019 à 11:30
HockeyHebdo : Philippe, voilà quelques semaines l'Equipe de France a perdu le match qu'elle ne devait pas perdre, peut-on revenir sur ces championnats du monde à Kosice ?

Philipe Bozon : Nous savions au début de la saison que ce mondial serait celui de tous les dangers. Nous avons opéré beaucoup de changement en un minimum de temps. Nous avons décidé avec le staff de faire une revue d’effectif tout au long de la saison afin de rouvrir la porte à certains joueurs. 
Nous avons changé le système et notre façon de diriger l’équipe. Je pense que les joueurs n’ont pas intégré tous ces changements et c’est normal vu le temps imparti. Le fait d’essayer plusieurs joueurs et de mettre en place un nouveau système avec si peu de stages n'était en effet pas compatible.
Il faut laisser du temps au temps pour assimiler parfaitement le système, corriger les imperfections, limiter les erreurs et améliorer nos transitions dans le jeu.
Photo hockey Ph. Bozon : Il faut laisser du temps au temps, objectif TQO 2020! - Equipes de France : France (Team France)
Crédit : Michel Bourdier

Ensuite au fur et à mesure que la saison avançait nous n’avions que des mauvaises nouvelles, Douay, Yoann blessé puis Antoine.
Pi-Ed voulait venir tout comme Stéphane da Costa mais le premier a subit une blessure sur le match 6 face à San José et n’a pas pu malheureusement se joindre à nous. Stéphane lui a eu une année très compliquée et ne pouvait pas venir sans être sûr d’être à 100%. 
Enfin notre poule était la plus relevée à l’exception de la Grande-Bretagne, nous avons joué tous les matchs pour les gagner mais à chaque fois nous n’avons pas réussi soit à tenir le score, soit à faire trembler nos adversaires ; face à la Grande-Bretagne quant ils ont commencé à revenir au score, on a senti de la peur chez les joueurs et on a pas pu inverser la tendance.

HockeyHebdo : Est-ce qu'à Kosice vous avez vu un problème de mental ?

Philipe Bozon : Oui, j’avais demandé un préparateur mental avant le championnat du monde, à la fois pour les joueurs mais aussi pour le staff pour savoir gérer les matchs couperets. Cela fait partie des sujets que nous venons d’aborder pendant trois jours à débriefer les championnats du monde.

HockeyHebdo : Régulièrement pendant le mondial vous nous avez régulièrement évoqué les problèmes de formation…

Philipe Bozon : Oui, c’est pour moi le gros sujet. Nous avons également beaucoup échangé sur ce sujet après Kosice. La fédération propose une structuration de la formation des plus jeunes, mais les clubs ne semblent pas suivre. Nous voulons mettre en oeuvre une trame commune entre les U16 et les Séniors. Non pas que chacun utilise le même système de jeu, chaque entraîneur est libre, par contre nous devons cibler les formations sur les lacunes que nous avons au niveau de nos jeunes.
A la fois des lacunes tactique, dans le jeu avec et sans le palet. Ce sont sur ces sujets que nous devons avoir une trame commune. Il s’agit de mettre en place des référentiels pour chaque catégorie. Si un joueur ne correspond pas à l’attendu il ne sera pas sélectionné. Il est mis au courant dès le début de son entrée en pôle espoir.
Il s’agit d’avoir un standard international dès le plus jeune âge pour que nous soyons à la hauteur.

HockeyHebdo : Vous parlez de standard, mettez vous en place des programmes de nutrition ou de développement physique ?

Philipe Bozon : Pour la nutrition pas encore, par contre sur l’aspect physique oui. Nos joueurs ne font pas le poids face à l’Elite mondiale. Aujourd’hui nos séniors sont bien accompagnés par les clubs, il s’agit pour nous de ne faire que de “l’affinage”, par contre pour les plus jeunes il y a énormément de travail. Nous regardons ce qui se fait à l’étranger afin de répondre à un standard international. C’est ce qui se fait en Finlande par exemple. Nous devons poursuivre dans cette voie là.

HockeyHebdo : Nous parlons de développement, de formation… Que pensez-vous des éléments à disposition des entraîneurs dans le hockey moderne comme les statistiques avancées ?

Philipe Bozon : Les statistiques avancées sont intéressantes mais pour moi c’est trop aléatoire. Nous avons une masse d’information mais nous ne savons pas toujours quoi en faire. Ce n’est pas une priorité pour moi à ce stade. Je préfère travailler sur les vidéos en individuel et collectif.

Après le coup de tonnerre de Kosice, l’année prochaine la priorité c’est le championnat de D1 à Lubjana ou le TQO à Riga ?

Philipe Bozon : Très clairement l’objectif de la fédération c’est de faire les JO. Il faut absolument faire un résultat à Riga. Cependant les championnats à Ljubljana restent importants, ils sont pour moi un point de passage avant l’objectif prioritaire qu’est le TQO de Riga fin août 2020 en vue des JO 2022 à Pékin.

Merci pour votre temps, dernière question que pensez du parcours de Saint Louis ?

Philipe Bozon : J’ai suivi ça de près et je trouve ça fantastique, alors que la franchise était dernière en fin d’année 2018, ils se retrouvent champions en juin. Le club et la ville le méritent. Je regrette de n’avoir pas pu être sur place pour voir la victoire des Blues. J’ai revu pas mal de mes anciens coéquipiers à la télévision.
 
 
 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
StephLions69 a écritle 11/09/2019 à 17:53  
Edifiante et triste cette interview ! C'est pas ma faute c'est les autres et il faut du temps. On croit rêver. Mais Mr BOZON ayez le courage d'assumer vos responsabilités car vous en tant que sélectionneur et ceux qui vous ont mis en place (les dirigeants de la fédération qui sont en train de saccager le hockey français avec leur politique actuelle) êtes les grands responsables de ce désastre.
L'équipe n'a jamais eu de fond de jeu, de schéma tactique clair et on s'est retrouvé avec une bande de mercenaires dont certains n'ont pas totalement démérité (surtout les jeunes) mais sans envie réelle et sérieuse sur la glace. Du moins ne l'ont ils pas montré.
Et le responsable de ce désastre, de cet orchestre où chacun essayait de jouer sa partition sans aucune cohésion c'est le chef d'orchestre donc vous Mr BOZON et en second ceux qui vous ont mis en place l'an dernier alors que vous étiez encore entraîneur de Bordeaux
Résultat : Bordeaux qui avait des moyens et constitué une belle équipe n'a pas si bien joué et à mon sens n'a jamais pu prétendre à jouer le rôle que ses supporters pouvaient espérer. Et l'équipe de France s'est montré nulle, sans schéma tactique, sans fond de jeu, incapable de gérer et tenir des scores obtenus un peu par miracle (ex : un but de défenseur de loin contre la Norvège qui a surpris tout le monde).
Non ne demandez pas du temps mais ayez le courage d'assumer vos responsabilités et partez !
Quant à ceux qui ont craché sur Dave Henderson en expliquant que 13 ans en élite c'était un peu par hasard et pas le reflet du niveau de l'équipe, qu'ils se réjouissent car là elle n'en a plus de niveau ! Non Mrs Henderson et Pousse avaient bien fait leur travail avec les moyens du bord et un entraîneur sérieux auraient pu et du capitaliser sur ce travail. D'ailleurs Mr Pousse aurait probablement mieux fait l'affaire à mon sens que Mr BOZON l'ex star qui n'a jamais rien démontré en tant qu'entraîneur !
Je suis dépité des résultats, dépité de ce manque de courage et de ces excuses bidons et de la politique catastrophique menée par la fédération qui au lieu de développer le Hockey et d'aider les clubs les enterre et va encore un peu plus abimer notre sport favori qui mettra des années à s'en remettre.
Ecoeurant et pitoyable constat d'échec de gens qui s'accrochent à leur place et à leurs privilèges pendant que comme le constate samked on a de gros soucis de formation (je partage à 100% son point de vue). Ainsi que celui d'ALEX66. Rien n'est fait correctement, tout est en dépit du bon sens alors qu'on a à portée de nous des exemples concrets de réussite : la formation en Filande qui sort des joueurs de grand talent, le développement en Suisse qui a pris des mesures sur les nombres de joueurs étrangers et la formation et dont la fédération aide les clubs au lieu de les couler notamment au travers d'une régie publicitaire et de contrats sérieux avec les médias. Pas comme chez nous où on file la diffusion du championnat du monde à l'équipe qui se fout du hockey et nous bassine à longueur de temps avec les richards du foot et du PSG, et préfère passer "l'équipe d'Estelle" pour parler des malheurs de quelques footeux plutôt que les matchs du championnat du monde et de l'équipe de France. Pitoyable ! Quand enfin on saura intéresser des médias et leur montrer le côté très ludique et télégénique (si bien filmé) de ce magnifique sport ?
Non vraiment je suis triste et dégoûté car plus rien ne va au pays du hockey français et ceux qui en sont responsables dont Mr BOZON se voilent la face et n'assument pas leurs responsabilités (fidèles en ça aux pratiques des patrons du CAC 40 et aux politiques qui ont toujours des excuses pour expliquer leurs erreurs) !
ALEX66 a écritle 21/08/2019 à 12:55  
C'est clair, donc l'ancien système de 2018 était nul. Il fallait tout repenser, on remplace Dave Henderson qui a pris de l'âge mais aussi Pierre Pousse. Ce dernier aurait été bien utile pour faire le lien entre les 2 staffs pendant la saison 2018-2019 d'autant plus que P.Bozon était pendant ce temps coach en club. Entraîner Bordeaux, faire une revue complète de l'effectif de l'équipe nationale et instaurer un nouveau système de jeu relevait de l'impossible. On l'a vu au mondial sur les 2 matchs contre le Danemark et la Grande Bretagne par exemple (la France menait 4-2 et 3-0). Il manquait certes 4 joueurs majeurs à ce mondial, mais la France avait les moyens de se maintenir avec les joueurs présents (la gestion des gardiens a été curieuse également: 1 match pour Ylonen, le reste à partager entre Buysse et Hardy)
samked a écritle 21/08/2019 à 12:54  
La formation, c’est le tonneau des Danaïdes du hockey français. Carences en stratégie, en condition physique, en technique individuel. Malheureusement tout manque, un DTN compétent à la fédération, des clubs dont la priorité devrait être 75% de l’effectif pro issu du centre de formation, un calendrier rempli de septembre à juin, des entraîneurs gardiens spécifiques dans chaque club, etc...... Dorénavant, même la phase découverte ( 7-12 ans ) est en danger, avec un déclin réel de licencié, faute au fermeture des infrastructures et le nombre décroissant de clubs.
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...