Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus : Rouen (Les Dragons)
Hockey sur glace - Rouen-Epinal : réactions d'après-match
 
En match avancé de la 41e journée de Saxoprint Ligue Magnus, les Dragons de Rouen se sont imposés sur leur glace de l'île Lacroix face au Gamyo d'Epinal (6-2). Retrouvez les réactions de l'attaquant canadien Alex Nikiforuk (Epinal) et de l'international français Anthony Guttig (Rouen).
 
Rouen, l'île Lacroix, Hockey Hebdo Guillaume Schwab le 15/01/2018 à 08:15
Alex Nikiforuk (attaquant du Gamyo d’Epinal)

Hockey Hebdo : Alex, comment expliques-tu le fait que Rouen vous a autant dominé lors des deux premières périodes ?


Alex Nikiforuk : Ils ont tout simplement été la meilleure équipe. Ils sont bien dirigés, ont un bon système de jeu. Ils sont sortis sur la glace avec la volonté de jouer et de gagner. Ils ont gagné les batailles et ont bien patiné. Nous n’avons absolument rien fait de tout cela. Nous n’allons pas nous rapprocher pour lutter contre une équipe comme celle-là si nous ne travaillons pas dur, ne jouons pas notre jeu, ne jouons pas intelligemment. Nous avons eu exactement ce que nous méritions. 
Photo hockey Rouen-Epinal : réactions d
Alexandre Canivet
Alex Nikiforuk (Epinal)



H.H. : Vous avez eu une bonne réaction en troisième période avec deux buts inscrits en une minute. Est-ce que tu penses que vous auriez pu faire la même chose pendant tout le match, ou est-ce que c’est difficile de jouer comme cela pendant soixante minutes contre une équipe comme Rouen ?

A.N. : C’est évident que l’on voudrait pouvoir faire cela pendant le match en entier. Mais nous ne l’avons manifestement pas fait. Nous n’avons rien montré du tout avant la troisième période, mais selon moi le match était déjà plié à 5-0. Ok, nous avons marqué deux buts très vite, mais je pense qu’ils se sont relâchés. Quand nous avons marqué à nouveau, ils se sont réveillés et ont inscris un nouveau but. Nous ne sommes pas prêts à lutter à leur niveau. Nous devons retourner à l’entraînement, nous remettre au travail et changer certaines choses si nous voulons être pris au sérieux. C’est frustrant, embrassant. Cela a été un week-end long et difficile pour nous (ndlr : défaite à Amiens vendredi sur le score de 5-2, puis défaite à Rouen ce dimanche). Nous devons trouver du positif, nous réunir, montrer du caractère et peut-être que nous pourrons revenir et avoir une bonne fin de saison, meilleure que ce que l’on a montré ce week-end.


H.H. : Rouen a marqué trois buts en supériorité numérique aujourd’hui. Est-ce quelque chose que vous auriez pu éviter ?

A.N. : Oui, je pense qu’on veut toujours rester en dehors du banc des pénalités. Nous avons normalement un très bon jeu en infériorité numérique cette saison, mais lors des derniers matches il n’a pas été si bon que cela… Encore ce soir, et vendredi contre Amiens où je pense qu’ils en ont marqué deux en supériorité. Ce soir on en prend trois. Nous ne gagnons dans aucune catégorie en ce moment, que ce soit en supériorité, infériorité, à cinq contre cinq… On se doit de rebondir, reprendre confiance et montrer ce que l’on peut faire pour essayer d’être meilleurs lors des dix derniers matches.


H.H. : Ce mois-ci c’est le « rush » pour les playoffs. Lors des trois derniers matches, Epinal a perdu contre les trois premiers du classement (ndlr : Grenoble, Rouen et Amiens). Est-ce que c’est une bonne chose de jouer ces équipes là maintenant pour hausser son niveau de jeu, être prêt pour les prochains matches et décrocher une qualification en playoffs ?

A.N. : Oui, je pense que visiblement il y a une première moitié de tableau, puis une deuxième moitié. Tout le monde dit que tout le monde peut battre tout le monde sur un match. C’est vrai, mais les équipes du haut de tableau le sont pour une bonne raison et celles du bas de tableau le sont aussi pour une raison. Nous avons joué les équipes de tête à la suite, mais ne sommes pas parvenus à gagner un match. On a réussi à battre Rouen chez nous, mais à l’extérieur on ne gagne plus un seul match. Oui, ce sont de bons tests pour nous. Cela montre où nous voulons être et où nous sommes. Et pour moi la réalité est très claire : nous ne sommes pas là où nous voulons être. Mais nous avons vu ce que nous étions capables de faire par instants. Nous devons voir ce qu’il y a de positif à tirer de tout cela. Puis essayer de reproduire cela sur soixante minutes. Par exemple dès mardi où l’on va jouer Gap sur notre glace, encore une équipe de tête. Nous espérons rebondir à notre retour à la maison en réalisant une bonne performance.


H.H. : Comment tu te sens en France et avec Epinal ? Tu connais une bonne saison, récompensée par une sélection au All Star Game à Bordeaux…

A.N. : Oui, je pense que j’ai eu un début de saison en dents de scie où je pense parfois ne pas avoir été bon. C’était mieux vers la mi-saison, bien que ça soit compliqué pour nous. Nous avons quelques gars blessés, quelques gars qui jouent blessés, quelques changements de ligne à gérer. Personnellement, je me réjouis de jouer en France. Il y a des bons et des mauvais côtés, comme partout, mais c’est une bonne ligue. Il y a beaucoup de bons joueurs français, beaucoup de bons joueurs étrangers aussi. De même que de bons gardiens de but, de bons entraîneurs. C’est une bonne expérience pour moi. J’aimerais continuer à bien jouer et à montrer que je peux bien jouer. Etre sélectionné pour le All Star Game est très bien aussi. C’est bon de savoir que l’on a pensé à moi pour un match de ce genre. Au final, nous voulons gagner et montrer que nous pouvons le faire, que nous pouvons être une équipe de haut niveau. Pour l’instant nous ne le sommes pas. On espère revenir et faire tout cela. 
 

Anthony Guttig (attaquant des Dragons de Rouen)

Hockey Hebdo : Anthony, c’était un bon match que vous avez su vous rendre facile en marquant très tôt en première période…


Anthony Guttig : Oui, on a super bien commencé. Donc forcément ça nous a un peu simplifié le match. Après ce qui est dommage c’est surtout la troisième période où l’on s’est un peu relâchés… Mais bon, sur le contenu, l’essentiel c’est d’avoir gagné et d’avoir su se mettre à l’abri rapidement. Donc c’est bien.


H.H. : En power play vous aviez eu des difficultés contre Angers vendredi (ndlr : 0/6 en supériorité sur cette rencontre), alors qu’aujourd’hui c’est tout l’inverse avec trois situations, trois buts. Comment peut-on expliquer un tel changement de réussite d’un match à l’autre ? 
Photo hockey Rouen-Epinal : réactions d
Alexandre Canivet
Anthony Guttig (Rouen)


A.G. : A Angers la glace est plus petite, donc il y a moins de temps pour faire les jeux. C’est un petit peu plus compliqué. Après il y a des jours où cela va très bien se passer et d’autres où ça va être un peu plus compliqué. Voilà, aujourd’hui c’était bien. Il faut s’en souvenir et construire là-dessus pour les prochains matches.


H.H. : Il y a une autre chose qui saute aux yeux, c’est l’entente qui s’est développée entre toi, Nico (Deschamps) et Alex (Aleardi). Comment vous avez fait en si peu de temps pour vous trouver aussi vite et aussi bien sur la glace ? 

A.G. : Déjà ce sont des bons joueurs, donc ça facilite les choses quand même. Après, on est trois gars qui s’entendent assez bien dans le vestiaire et en dehors, donc ça aide aussi. Et puis on ne se prend pas vraiment la tête donc… On a une bonne alchimie en dehors et ça se sent sur la glace. 
(Sur le match d’Alex Aleardi, auteur de 4 assistances) Alex était vraiment en feu aujourd’hui. Tant mieux, car on en a besoin. Il monte en puissance depuis qu’il est arrivé, donc c’est une bonne chose. La saison n’est pas finie, le plus important arrive dans un mois et demi. Donc il va falloir que l’on continue comme ça jusqu’au bout et puis voilà. C’est important, on a besoin de tout le monde de toute façon.


H.H. : Comment l’équipe s’est remise de la désillusion à Gap en Coupe de France ? Est-ce que cela va vous motiver encore plus pour aller chercher la Coupe Magnus ?

A.G. : Oui, c’est une bonne claque. On n’avait pas trop le choix de se remettre tout de suite dedans parce que l’on rejouait deux jours après. D’un côté c’était bien car au moins on n’a pas tergiversé, mais voilà c’était une grosse déception, pas une désillusion, mais une grosse, grosse déception. On est des compétiteurs et on voulait tout gagner, donc forcément que quand on se fait éliminer ça ne fait pas plaisir. Maintenant on est vraiment concentrés là-dessus, sur cet objectif là. On a vraiment à coeur de ne pas se rater.
(Sur les prochains matches à venir contre Strasbourg mardi, Amiens vendredi, puis Gap dimanche prochain) On va y aller un par un, comme à chaque fois, sans trop se projeter. Et puis comme à chaque fois on va y aller pour essayer de gagner tous les matches. De toute façon, une équipe et un club comme Rouen n’a pas trop à se poser de questions. Il faut tout gagner et on verra bien. On fera les calculs à la fin.


H.H. : Comment ça va physiquement avec tous ces déplacements ?

A.G. : Ça va. Ça faisait du bien de jouer à domicile aujourd’hui. Parce que le match à Bordeaux a fait pas mal de dégâts. Ce n’est pas facile de jouer là-bas, il fait vraiment chaud et voilà on transpire. Ça peut paraître un détail, mais pour la récup après ça a vraiment fait mal et on l’a senti aussi un peu pendant le match contre Gap en Coupe de France. Donc là aujourd’hui c’est bien de pouvoir enchaîner un peu à domicile. Amiens ce n’est pas très, très loin non plus, donc on va essayer de recharger un petit peu les batteries et s’entraîner un petit peu plus légèrement que d’habitude. De toute façon on a un gros mois de janvier, donc on va essayer de repartir comme ça à chaque match.


H.H. : Est-ce que c’est dur pour les internationaux français de ne pas avoir eu de pause cette saison, d’avoir enchaîné les matches en Ligue Magnus et les rencontres avec l’Equipe de France ?

A.G. : Je ne sais pas. Moi, personnellement non. Je ne le sens pas spécialement. Au contraire, je préfère jouer beaucoup de matches plutôt que de s’entraîner et jouer un match par semaine par exemple. Je trouve que c’est mieux d’être dans le rythme des matches, ce n’est pas la même fatigue. Donc non, je dirais que je ne l’ai pas senti plus que ça. J’ai été blessé un peu avant, donc c’est peut-être pour ça que cela joue. Il faut juste prendre soin de son corps, faire attention, ne pas trop faire d’excès et normalement ça se déroule bien.

Photo hockey Rouen-Epinal : réactions d
Alexandre Canivet
A. Nikiforuk (Epinal) / A. Guttig (Rouen)
 
 
© 2018 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...