Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus :24ème journée : Grenoble vs Dijon
3-2
(1-2 0-0 2-0)
Le 31/01/2015
Grenoble Pôle-Sud
Grenoble  ] Dijon  ]
Grenoble dans la douleur
 
Face à un Dijon relativement mal classé, le leader devait s'imposer sur sa glace pour conforter sa première place... ce fut dur !
 
Grenoble Pôle-Sud, Hockey Hebdo Laurent Labrot le 31/01/2015 à 23:53
FICHE TECHNIQUE

3500 spectateurs
Arbitres : M. Hauchart assisté de MM. Gielly et Caillot
Buts :
Grenoble : ; 15.18 Danick Bouchard (ass Sam Roberts et Félix Petit) ; 40.47 Mitja Sivic (ass Eric Chouinard et Félix Petit) ; 52.54 Mitja Sivic (ass Félix Petit et Dominic Jalbert)
Dijon : 01.08 Sébastien Gauthier (ass Steven Cacciotti et Romain Gutierrez) ; 13.24 Sébastien Gauthier (ass Olivier Dame-Malka et Romain Gutierrez)
Pénalités
10 minutes contre Grenoble
26 minutes dont 10 à Dame-Malka contre Dijon


Dans une patinoire à guichets fermés, les deux équipes se retrouvaient presque au complet (Rech, Favarin et Gustafsson seuls absents) pour une explication qui n'a pas déçu le public, même si certaines périodes étaient plus laborieuses que d'autres.


 

Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus :24ème journée : Grenoble  vs Dijon  - Grenoble dans la douleur
Photographe Jean-Christophe Salomé
2 buts de Grenoble
Trous d'air à l'arrière


La rencontre démarre avec une belle ouverture du score dijonnaise. A 1'08, une frappe lourde de Dame-Malka est renvoyée sur Cacciotti qui parvient à centrer pour Gauthier totalement seul plein axe, lequel ajuste Zajkowski bien seul. (0-1)

Etincelle ducale sans conséquence, que nenni Monseigneur, car Dijon parvient à se créer plusieurs autres occasions qui voient une entrée plein axe à la bleue suivie de frappes peu contestées en face. Un problème de défensive en patinage arrière qu'il faudra sans doute revoir. Tandis que Grenoble peine à passer le palet, peut-être marqué physiquement par le dernier voyage à Angers que certains ont trouvé bien long en bus, Dijon bénéficie du rythme très moyen de l'explication pour répondre aux incursions iséroises, à l'image d'un Buysse qui a fait le métier toute la soirée.

Alors que l'on commence à penser au fâcheux précédent morzinois, la période se déroulant globalement de la même manière, les déchets défensifs et offensifs s'accumulent du côté d'un leader magnusien qui bafouille son hockey.

A 13'24, Dame-Malka y va d'un centre-tir à la bleue, pratiquement contre la bande côté gauche, pour une superbe reprise de son compère Gauthier laissé totalement seul en embuscade devant Zajkowski qui ne peut que constater les dégâts. (0-2).

Le coup de froid qui saisit Pôle-Sud souligne une soirée difficile, même si l'on peut difficilement imaginer voir Grenoble jouer plus mal lors des deux périodes suivantes. Martel prend alors logiquement un temps mort qui va remettre un peu d'ordre dans la cabane.

Une double pénalité va pourtant redonner espoir avec une réduction du score éclair de Bouchard qui lance et compte sur l'engagement à 4x4 à 17"10. (1-2)

La période se termine avec un jeu de puissance de Dijon qui se procure quelques occasions, le retour au vestiaire étant synonyme de réajustements nécessaires, particulièrement côté Brûleurs, dans une rencontre dont l'issue était loin d'être écrite, mais dont on peut dire que les protégés de Martel ont manqué la première manche.

Tirs 10/7 Dijon
 


Période assez creuse


La reprise propose un hockey assez confus, Chouinard faisant teinter la crosse de Buysse avant d'envoyer une frappe surpuissante à 26'50 qui semble revenir très rapidement et quelque peu mystérieusement en jeu. Le capitaine grenoblois demande le but et il faut bien avouer que, depuis la tribune de presse, le mystère du palet boomerang questionne. Très gentiment, le staff grenoblois visionnera la scène en fin de rencontre et nous fera savoir qu'il n'y a pas eu but (merci Charline).

Les deux équipes peinent à se créer des occasions dangereuses et trouvent les deux gardiens qui font le métier. Kervorkian manque un joli contre à 29' avant qu'un jeu de puissance grenoblois ne propose qu'un seul tir de Treille, pour nous le meilleur grenoblois ce soir par son engagement, intelligence de jeu et activité constante autour d'écrans, déviations et travaux obscurs qui font gagner une équipe de hockey.

La période se termine avec un autre duel manqué par Gascon, Grenoble pouvant remercier son gardien sur l'épisode qui renvoie les deux équipes au vestiaire. Côté Dijon, l'utilisation très importante des deux premiers trios, contre trois aux Grenoblois, peut laisser penser que les Ducs vont terminer fatigués, ce qui sera effectivement le cas.

Tirs 6/7 Grenoble.
 



Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus :24ème journée : Grenoble  vs Dijon  - Grenoble dans la douleur
Photographe Jean-Christophe Salomé
Bastons & but


Alors que la seconde période avait laissé l'amateur de hockey sur sa faim, la troisième allait franchir un cap en terme d'intensité et même proposer une bagarre, plus rare sur nos glaces ces dernières années.

Pas forcément très en vue depuis le début de la rencontre, Sivic proposait, dès la reprise, un superbe slalom dans la défensive de Dijon et y allait d'un revers final pour tromper Buysse à 40'47. (2-2 et première photo de l'article)

Le climat, relativement calme jusqu'alors, allait se tendre avec un coup de crosse au visage de Zajkowski au terme d'un raid de Kervorkian, Gervais allant parler du pays à l'attaquant dijonnais pas totalement blanc dans l'affaire. A 41'40, les deux joueurs héritaient d'une mineure, ce qui provoquait le mécontentement du public qui jugeait, tout comme nous, que le défenseur grenoblois, qui n'avait pas mis le moindre coup, devait être dispensé de sanction.

Tandis que la rencontre restait assez confuse par moments, avec quelques palets bloqués par les deux gardiens, l'explication entre les deux équipes allait se faire plus physique.

Après une charge irrégulière de Dame-Malka dans la bande, dont nous sommes désolés de dire qu'elle n'était que l'énième action litigieuse de l'intéressé dont le talent pur, évident, a été ce soir a été quelque peu entaché par ses multiples provocations et agitations, Chouinard s'en allait s'expliquer avec l'intéressé à coup de droites musclées, deux trois petits groupes de joueurs s'accrochaient alors sans que d'autres bagarres n'éclatent.

Après de longues minutes de conciliabules arbitraux, les sanctions tombaient avec un 2'+2'+ 10' pour Dame-Malka et un 2'+2' pour Chouinard, les 10' étant consécutives à une contestation verbale du Dijonnais qui a parlé tout au long de la rencontre avec les arbitres, adversaires, coach adverse et même public. Etranges sanctions que du 2'+2' pour une bagarre violente qui normalement envoie les deux acteurs au banc avec du 2'+10' lorsqu'il n'y a pas jet de gants comme ici !

Tandis que les deux joueurs continuaient à s'invectiver depuis leurs prisons respectives, le public grenoblois derrière le plexiglas jouxtant le centre pénitentiaire dijonnais s'expliquant verbalemment avec Dame-Malka, ce qui conduisait au positionnement d'un vigile, les minutes suivantes allaient se révéler décisives.

A 51', Chapuis, sur un contre rapide, provoquait une pénalité de Dijon. Un fait de jeu plus significatif qu'il n'y paraît, avec l'utilisation minimale certes mais essentielle des jeunes Grenoblois qui voyaient la glace plus souvent que leurs homologues de Dijon ce soir. Paradoxal quand on voyait les cadres dijonnais rentrer au banc très fatigués lors d'une dernière période qui sera bien fatale aux visiteurs dont la profondeur de banc reste moindre que celle des joueurs de Martel.

Bien aidé par un superbe écran de Treille, Sivic inscrivait son second but de la soirée pour donner l'avantage à Grenoble à 52'54. (3-2)

Grenoble terminait alors un peu mieux la rencontre mais Dijon pouvait compter sur Buysse pour ne rien céder. Un slap de Roberts, très violent en dégagement, était dévié à courte distance sur le visage de Tartari qui sortait conscient et sans saignement sous les applaudissements d'un public qui l'avait vu KO sur l'affaire.

La sortie de Buysse à une minute du terme ne changeait rien

Tirs 9/4 Dijon

 


Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus :24ème journée : Grenoble  vs Dijon  - Grenoble dans la douleur
Photographe Jean-Christophe Salomé
Petite analyse sous la neige

 

Grenoble a proposé, ce soir, un bilan mitigé. D'une part, l'équipe a fait un départ catastrophique et n'a pas proposé grand-chose durant les 2/3 de la rencontre. Face à une équipe courageuse mais à l'effectif plus limité, il a fallu attendre les dernières minutes et la fatigue accumulée pour pouvoir passer devant, sachant qu'avec un peu plus de réussite, Dijon pouvait très bien repartir avec le gain de la rencontre comme Morzine-Avoriaz dernièrement. Ceci dit, on pourra également faire remarquer, d'autre part, qu'en tant que leader, toutes les équipes accueillies à Pôle-Sud jouent au maximum et qu'avec les restes du déplacement à Angers, Dijon n'était pas une victime expiatoire mais bien une formation sans doute au-dessus de son actuel classement. Bref, verre d'eau à moitié plein ou à moitié vide, chacun jugera mais on sait que le parcours en saison régulière du premier du classement est rarement synonyme de promenade de santé et que c'est justement ce type de rencontre qu'il faut aller chercher, surtout quand on est mené 0-2 au bout de 15 minutes de jeu. Ceci dit, l'affaire offre quelques enseignements. Au-delà du gardien et du buteur providentiel, contrat rempli par Zajkowski ce soir tandis que Chouinard a fait le coup de poing protecteur, à défaut de marquer diront certains, on peut se demander si les performances en playoffs, avec un nouveau rythme plus fatigant, ne vont pas passer par l'utilisation à bon escient des jeunes éléments qui pourront, comme ce soir à l'image de Chapuis, soulager ponctuellement les cadres et pourquoi pas apporter de la vitesse et de la fraîcheur parfois décisives ? Quand vous pouvez reposer vos trois premiers trios ou y injecter quelques éléments plus frais au fil du match, il est clair que vous disposez d'un avantage certain sur un adversaire qui va épuiser ses deux premiers blocs. Avec des équipes sans doutes assez proches dans le haut de tableau de Magnus cette année, de tels détails et une  gestion avisée des efforts prend tout sons sens, surtout quand vous avez un haut de tableau face à vous.


 

Dijon a fait ce soir jeu égal avec Grenoble et a même présenté un premier cinq (trio + première paire défensive) plus fort que les BDL en début de rencontre. Les Gauthier, Cacciotti et autres Dame-Malka ont fait la différence au départ et sont restés dangereux, même si leur très grande utilisation a rendu leurs efforts moins tranchants au fil des minutes. Est-ce un hasard si les visiteurs, pied au plancher, ont mené pendant les 2/3 de la rencontre avant de céder ? Non, quand on regarde l'utilisation des joueurs cadres à Dijon qui semblaient pour certains assez marqués en fin de rencontre. Sans jeunes pousses sorties du banc pour soulager même temporairement certains trios, vous avez une partie de l'explication des mauvaises performances de Dijon, ces dernières semaines, face à des équipes qui n'ont pas forcément plus de talent mais proposent des temps de jeu plus équilibrés. Certes, Grenoble est tout de même un gros calibre et ce n'est pas forcément anormal d'y perdre dans un tableau de marche d'une équipe de milieu de tableau, mais Dijon pouvait, ce soir, accrocher sans doute un peu plus longuement le leader avec des temps de glace plus équilibrés et, si les Ducs résistaient dix minutes de plus, ils auraient pu repartir avec la prolongation au minimum.


Retrouvez toute l'actu sportive dijonnaise sur http://www.dijon-sportnews.fr/

 
 
© 2019 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...