trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus
Ligue Magnus, retour sur une saison pas comme les autres
 
Nous nous doutions tous que cette saison ne serait pas comme les autres, mais qui aurait cru que cette saison se terminerait ainsi ?
 
Ligue Magnus, Hockey Hebdo La rdaction/js le 14/04/2021 18:03
Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus - Ligue Magnus, retour sur une saison pas comme les autres
Les circonstances sanitaires et les incertitudes financières ont poussé les clubs et la fédération à modifier le fonctionnement du championnat pour, au final, abandonner les playoffs et attribuer le titre au premier de la saison régulière. Tous n'étaient visiblement pas d'accord et la (soi-disant) unité des clubs a volé en éclats.
Certaines questions resteront ouvertes car nous n'avons pas toutes les réponses, à chacun de se forger son opinion, même si nous sommes conscients qu'il sera très compliqué de réconcilier une partie des supporters grenoblois et rouennais.
Pour y voir plus clair, et sans juger les décisions (même si ce n'est pas toujours simple), nous vous proposons de faire un bilan et de revenir sur les différentes étapes qui ont abouti à la fin de saison que nous vivons actuellement.


Bilan sportif

Tout le monde est unanime. Rouen a retenu la leçon de l'exercice précédent : la première place de la saison régulière n'est pas seulement honorifique et importante pour avoir l'avantage du domicile en cas de finale, mais peut procurer d'autres avantages si les playoffs ne venaient pas à leur terme. Outre le titre de champion accordé dans un premier temps, mais qui se dispute aujourd'hui en dehors de la glace, les tickets européens peuvent récompenser les meilleures équipes de la saison. Là encore, cela fait débat, la place en CHL revient-elle au premier de la saison régulière ou au champion en titre ? Grenoble avait les deux casquettes l'année dernière, sous laquelle les BDL ont-ils été qualifiés en CHL ? 
Après avoir joué quelques matchs en octobre, le championnat a fait une longue pause jusque mi-décembre. La CHL et la Continental Cup ont été abandonnées. Les Dragons de Rouen ont démarré en trombe et n'ont cessé d'accumuler les victoires. Ainsi, en 9 matchs, les rouennais ont acquis la moitié de leurs points de la (demi) saison, soit 27 sur 55. Invaincus en temps réglementaire jusqu'à leur sacre à Gap, tout le monde s'accorde pour dire qu'ils ont effectué une excellente saison dans des circonstances difficiles.
Angers a mis un peu plus de temps pour se lancer et échoue à seulement 5 points de la première place malgrè une impressionnante série de 11 victoires consécutives sur leurs 11 derniers matchs.
Grenoble a démarré sa saison sans son antre encore en travaux. Les Brûleurs de Loups n'ont joué que cinq matchs officiels entre septembre et décembre et ont subi 3 défaites. Leur troisième place n'a été acquise qu'en toute fin de saison, longtemps menacée par Gap 4e. C'était d'ailleurs le seul enjeu de cette fin de saison.

Bien que des adaptations aient été prévues en début et en cours de saison, les play-offs n'ont pas eu lieu. Parmi tous les pays européens qui ont joué cette saison, la Ligue Magnus est l'un des seuls championnat d'élite avec la Norvège à attribuer le titre de champion sans jouer les play-offs. Les championnats brittanique, belge et BeNeLiga (Belgique + Pays-Bas) ont été annulés alors que des pays relativement proches de la Ligue Magnus en niveau ou en moyens ont joué les play-offs (Espagne, Alps Liga, Hongrie, Pologne, Italie, Roumanie, ...).
Chaque pays traverse la situation avec des contraintes différentes, que ce soit au niveau des aides apportées ou des contraintes d'accueil du public, mais on peut tout de même s'interroger sur ce point. Les clubs ont reçu des aides pour les matchs jusque fin décembre, mais il semblerait que l'aide pour le reste de la saison n'ait pas encore été décidée (55% du C.A. sur la billeterie non réalisée jusqu'au 31/12/2020 sur les bases de l'année 2019). Est-ce que cette aide sur la billeterie pouvait s'appliquer lors des playoffs ?
Au final, qui aurait pu imaginer un jour que le champion de France serait attribué sur une défaite aux tirs au but, que son dernier match de la saison s'achève sur une défaite alors que son dauphin Angers (vice-champion) termine la saison sur 11 victoires consécutives ?
La division 1, séparée en deux poules va finalement attribuer le titre de champion sur un carré final qui aura lieu à Cergy les 24 et 25 avril avec 3 matchs diffusés sur Sport en France. La même solution avait été soutenue par les clubs de Grenoble et Angers mais n'a pas été retenue.


Une saison (presque) sans public

Si les premiers matchs ont pu se jouer avec une jauge limitée selon les préfectures, cela n'a pas duré longtemps. Le partenariat avec la chaîne TV du CNOSF « Sport en France » est tombé à point nommé, même si le nombre de matchs diffusés était assez réduit. Des chaînes locales ont également pris le relais, comme TVGrenoble qui a diffusé quelques matchs. D'autres clubs ont diffusé librement le live Fanseat.

Les clubs ont dû se réinventer pour conserver le lien avec leur public et partenaires. Plusieurs initiatives ont ainsi vu le jour. Grenoble a diffusé plusieurs vidéos « en Immersion avec la meute » (7 épisodes) ainsi qu'une émission « Warm Up » qui proposait des interviews avec joueurs et staff. Mulhouse a proposé des séquences « Scorpions Curious » avec les joueurs et des reportages sur « Scorpions TV ». Anglet et Nice ont proposé des podcasts (émissions au format audio).
Amiens, Mulhouse et Cergy ont publié des interviews d'après-match et quasiment toutes les équipes ont publié les résumés vidéos des matchs diffusés sur Fanseat.
Tous les clubs ont dû trouver des solutions pour mettre en avant leurs partenaires, que ce soit sur des vidéos de présentation de leurs activités en présence de joueurs ou par des remerciements sur les réseaux sociaux.
Pour chaque match diffusé sur Sport en France, les équipes ont participé à la promotion de la diffusion par des vidéos.


Une saison définitivement pas comme les autres

La rivalité entre Grenoble et Rouen était déjà forte auparavant, les échanges entre les supporters des deux équipes restaient cordiaux mais ceux-ci se sont envenimés depuis la conférence de presse des Brûleurs de Loups et la remise en cause du titre de Champion de France 2021. Les forums de discussion se sont animés et les débats sont enflammés. Chacun a ses arguments, campe sur sa position et il est difficile d'y voir clair entre les différentes déclarations, qu'il s'agisse des clubs concernés ou de clubs qui prennent position.
Qui a tort ? Qui a raison ? Nous l'ignorons... Une chose est sûre, le verdict final ne satisfera pas tout le monde et cet épisode laissera des traces indélébiles dans le hockey français et la Ligue Magnus.


Contenu de la consultation juridique de Grenoble

Le président des BDL a convoqué la presse le 17 mars dernier. Sur la base d'une consultation juridique, il a saisi le CNOSF au sujet des playoffs et du titre de champion de France 2021 de Ligue Magnus. Ce document a été transmis à la fédération et à la presse dont Hockey Hebdo.
Il est présenté sous la forme d’une « Legal Opinion », c’est-à-dire d’un avis motivé qui entend donner une position autant objective que possible aux problématiques juridiques soulevés, sur la base des documents communiqués par le Club et de ceux disponibles sur le site Internet de la FFHG.
Ce document de 18 pages détaille la chronologie des faits et décisions à compter du 16 mars 2020 où il avait été décidé de l'arrêt de l'ensemble des championnats, qu'aucun titre de champion ne serait décerné et qu'il n'y aurait aucune descente sportive.
Les textes applicables (loi et réglement FFHG) et des jurisprudences sont présentés (7 pages). Une analyse est proposée (5 pages) avec une synthèse de la jurisprudence et son application pour l'attribution du titre de champion de France et des places européennes.
Pour les plus courageux et juristes en herbe, le document étant librement transmissible, vous pouvez le lire et  l'analyser en bas de page.
Pour les autres, voici le résumé qui est fourni à la fin du document :

En résumé,

• La FFHG n’a pas adopté de nouveau règlement pour la SLM avant le début de la saison 2020/2021. Les règles qui doivent s’appliquer au déroulement de la SLM pour la saison en cours sont celles fixées par les Règlements généraux de la SLM publiés avant l’entame de la saison 2020/2021.

• La FFHG n’a adopté avant l’échéance du 31 décembre 2020, permise par la loi du 17 juin 2020, que le document intitulé « Procédure de report de match – Extrait de l’annexe AS 13 – Dispositions spécifiques aux cas de covid-19 » en date du 6 octobre 2020.

Ce document, qui paraît avoir une nature règlementaire, prévoit pour la SLM la tenue de play-offs et, dans le cas où ils n’auraient pas lieu ou d’impossibilité de les mener à terme, l’absence d’attribution du titre de champion de France si tous les matchs de la saison régulière ont été joués.

A plus forte raison, dans l’hypothèse où tous les matchs de la saison régulière n’ont pas
été joués, le titre de champion de France ne saurait davantage être attribué.

• Les modifications adoptées postérieurement au 31 décembre 2020, bien qu’elles semblent résulter d’un processus démocratique recueillant l’assentiment d’une majorité de clubs, apparaissent porter atteinte à plusieurs principes dégagés par la jurisprudence administrative : principe de sécurité juridique, principe de non-rétroactivité, principe de confiance légitime.
Ils semblent également méconnaitre les objectifs d’équité sportive et d’intégrité des compétitions sportives.

• Ces modifications substantielles de la compétition sportive, apportées en cours de saison, n’apparaissent pas justifiées par des circonstances impératives ou exceptionnelles, telles que celles qui ont présidé à la prise de décisions dans tous les championnats professionnels à la fin de la saison 2019/2020 en présence d’une impossibilité de les mener jusqu’à leur terme.

• En conséquence, toute décision adoptant des mesures dérogatoires d’organisation de
la SLM à celles prévues par les Règlements généraux de la SLM apparaît illégale, de
même que toute attribution de titre et de places européennes à l’issue de celle-ci.

• Dans ce contexte, il est préconisé afin de privilégier une véritable issue sportive de mener la saison de SLM à son terme. A défaut d’y parvenir, il est préconisé d’organiser des play-offs selon une formule qui aura recueilli l’accord écrit de l’unanimité des clubs afin de dégager autant que possible une solution acceptable.

• En cas d’impossibilité d’organiser des play-offs selon une formule acceptée, il est préconisé de ne pas désigner de champion de France et d’attribuer les places européennes aux mêmes équipes que celles qui en disposaient au cours de la saison 2020/2021.

Que retenir de cette consultation ?

Le club de Grenoble a sollicité une "une analyse objective de la situation" auprès d'un avocat spécialisé. L'analyse a été faite par Maitre Julien Bérenger (barreau de Marseille) qui exerce principalement dans le domaine du droit du sport. Il a exercé pendant 10 ans au sein du CNOSF. Il exerce dans plusieurs commissions juridiques de fédérations sportives (Ligue de football professionnel, Ligue national de volley-ball) et dans le rugby (tournoi des 6 nations et Coupe d'Europe).
Certains parmi vous penseront que ce document est orienté car réalisé à la demande du club de Grenoble. Les conclusions rendues auraient-elles été les mêmes si l'étude avait été menée par un autre avocat à la demande de la FFHG ?
Extrait de la chronologie (document):

5. Le 13 janvier 2021, un document intitulé « Point sur la crise sanitaire Synerglace Ligue Magnus » a été établi par la FFHG établissant une option pour ajouter des matchs dès que le public sera autorisé ainsi que la proposition de « base » suivante :
• Au pire et donc à huis clos jouer un aller – retour entre tous les clubs jusque avril en intégrant ce qui a été joué au 17 janvier (22 matchs)
• Définir une règle pour intégrer les matchs déjà joués et qui comptent pour le 2ème aller–retour (ne pas tenir compte du 2eme ? Appliquer une règle de 3 ?)
• Matchs joués le week-end
• 1 match par semaine pour pouvoir garder les joueurs et les staff au chômage partiel en réduisant leur temps de travail
• Regrouper des déplacements pour réduire les couts mais avec un seul match à domicile par semaine

6. Le 18 janvier 2021, une réunion plénière des présidents de clubs de SLM a été organisée. Selon le compte-rendu, il est indiqué que la Commission Magnus a travaillé sur la poursuite de la SLM dans le contexte de crise sanitaire et suite aux différentes annonces gouvernementales souhaite proposer aux clubs « de poursuivre la saison avec une formule en simple match aller-retour (22 matchs) jusqu’au 3 avril 2021 » et que « si les futures décisions gouvernementales permettent de nouveau d’accueillir du public, la commission proposera aux clubs une formule de play-offs qui reste à définir ; des matchs supplémentaires pourraient être également envisagés au sein de poules régionales et pris en compte dans le classement de la saison régulière. A défaut le titre de champion de France sera attribué à l’issue de la phase régulière ».
A l’issue d’un tour de table des présidents de clubs, le compte-rendu indique que : « La formule proposée d’un simple aller-retour (22 matchs) se terminant le 3 avril est validée par les clubs dans le cadre du contexte sanitaire actuel et de l’impossibilité d’accueillir du public dans les patinoires ».
Il est également indiqué en fin de compte-rendu que : « La commission Magnus va travailler et proposer au vote des clubs et des instances fédérales :
- Le mode de calcul de prise en compte des matchs et qui sont au-delà des 22 matchs d’un simple aller-retour ;
- L’éventuelle formule de play-offs si le retour du public est autorisé dans les patinoires ;
- L’éventuelle nouvelle formule de la Coupe de France si les conditions sanitaires le permettent ;
- L’attribution des places européennes. »

7. Par email du 26 février 2021, le directeur général de la FFHG a transmis aux clubs de SLM le compte-rendu de la réunion du 18 janvier et les informe que la Commission Magnus s’est réunie le jour-même afin de proposer au vote des clubs lors d’une réunion du 1er mars 2021 :
- « Soit de terminer la saison en cours le 3 avril à l’issue de la saison régulière. Le Titre de champion serait attribué au vainqueur de la saison régulière.
- Soit de décider de la tenue de play-offs comme habituellement (1/4, ½ et finale) et ceci qu’il y ait ou pas un retour du public dans les salles. Pour information des Play-Offs amèneraient la fin de la saison à mi-mai. Le titre serait attribué au vainqueur des Plays-off.

Quelques articles de presse locale (Le Dauphiné et Paris-Normandie) ont relaté les faits, mais avec un léger parti pris somme toute compréhensible, et Grenoble à longtemps été seul à s'exprimer sur le terrain médiatique. Luc Tardif a été interviewé par Paris-Normandie juste après la conciliation du CNOSF "Nous sommes droits dans nos bottes. Tout a été fait en concertation avec les clubs".

A la lecture du document juridique des BDL, l'argument principal du recours de Grenoble semble être la date à laquelle à été validée cette décision par rapport à la loi et évoque aussi le réglement intérieur (vote à l'unanité ou vote à la majorité ?). Même si cela a été évoqué auparavant lors de réunions, le vote n'aurait eu lieu que le 1er mars alors qu'il aurait dû avoir lieu au plus tard le 31 décembre. Le simple fait de voter à cette date pour différent scénarios (playoffs si conditions, saison réduite, titre au premier de la saison) n'aurait probablement plus été contestable.
Au 1er mars, Rouen n'a besoin que de 7 points pour s'assurer de la première place et de nombreux clubs n'ont plus aucune ambition que ce soit en classement ou pour d'éventuels playoffs, principalement pour limiter les frais et se tourner vers la prochaine saison.
 
Le CNOSF a rendu son verdict le 1er avril dernier après avoir entendu les représentants de la fédération et des clubs de Rouen et de Grenoble. L'information a été donnée lors d'un live vidéo dans le vestiaire de Grenoble par M.Reboh à l'issue du match contre Rouen.
Si rien de concret n'est dit sur la CHL, le CNOSF a proposé de ne pas attribuer de titre de champion de France, ce qui aurait pour conséquence de devoir "retirer" le titre de Rouen. Les BDL ont ensuite publié un communiqué de M.Reboh où il revient sur la conciliation et l'accepte, mais sans évoquer la CHL ni fournir d'extrait écrit des décisions prises par le CNOSF.

Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus - Ligue Magnus, retour sur une saison pas comme les autres
montage ralis suite l'affaire de la cloche de Mribel en 2008

La réplique fédérale

Depuis ce communiqué de Grenoble après l'avis du CNOSF, la fédération est restée muette, laissant libre cours aux débats sur les réseaux sociaux et les forums. Difficile de se faire un opinion quand seule une des deux parties s'exprime.
La réponse a été longue à venir, mais on peut dire que l'on a bien été servis. Quelques heures après un communiqué des Dragons de Rouen rappelant l'équité sportive du titre 2020-21, la fédération a publié une réponse dont le titre en dit long sur son contenu "Dessous et enjeux de la remise en cause du titre SLM obtenu par les Dragons de Rouen".
Ce n'est pas la première fois qu'un club est en conflit avec la fédération, et si les conflits se réglent avec un passage devant le CNOSF et des pénalités de points et amendes, il est très rare qu'un communiqué fédéral prenne à partie un club et son président. Vous êtes nombreux à avoir été étonnés par le ton de la missive, on comprend un certain agacement et colère de la fédération. Cela dit, ce réglement de comptes en public est-il du niveau d'une fédération ? S'il est nécessaire à la fédération de rétablir des vérités, les gants sont tombés et la réplique est cinglante. La forme employée va-t-elle dans le sens de la retenue que l'on attend d'une fédération? Même si le fond le justifie, cela risque de desservir le discours. D'autres diront que le ton est nécessaire et au niveau de la situation. Du côté de Grenoble, le ton de ce communiqué pourrait mettre le doute du côté des supporters et des partenaires.
On a l'impression que l'on va très vite se tourner sur le terrain judiciaire d'un côté comme de l'autre.

Après avoir distillé plusieurs messages au président de Grenoble, le communiqué refait un historique des décisions où il est indiqué que la qualification pour la CHL est le catalyseur de cette affaire. Il est notamment rappelé que les BDL avaient appelé à cesser le championnat pour finalement demander à jouer les playoffs.
La conciliation est claire, les Brûleurs de Loups ne pourront pas revendiquer la place en CHL, même si le titre de champion de France n'était pas attribué.
La fédération devra communiquer sa décision très prochainement sur la conciliation et le titre de champion de France, mais n'indique pas de quel côté elle penche. 

Quelles conséquences ?

Pour le moment, chacun campe sur sa position et son interprétation des faits et des réglements. Quelle que soit l'issue de cette affaire, personne n'en sortira gagnant...
L'inter-saison sera palpitante.
Si la FFHG décide de ne plus attribuer le titre à Rouen, les BDL ne récupéreront pas le ticket en CHL, le communiqué est très clair là-dessus, et M. Reboh ne l'a plus évoqué depuis que le CNOSF a prononcé son avis.
La rancoeur accumulés de part et d'autres mettront du temps à s'effacer. Il semblerait d'ailleurs que la FFHG pourrait donner suite à ce recours, à commencer par des sanctions disciplinaires à l'encontre du président des Brûleurs de Loups. On imagine mal la fédération soutenir des demandes de tournois ou de matchs internationaux du club de Grenoble si les choses ne s'arrangeaient pas.
On imagine l'ambiance lors des prochaines réunions des clubs et des présidents. Du côté des Dragons de  Rouen, une chose est sûre, il y aura forcément un retour de bâton dans le futur.
Quant à la Ligue professionnelle qui a déjà été évoquée dans le passé et qui a ressurgit dans ce dossier, on imagine mal les clubs et la fédération faciliter un projet que Grenoble est le premier à réclamer.

La suite au prochains épisodes...
 

Annexe :
Consultation juridique du GMH 38 Les Brûleurs de Loups

 
 
© 2021 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Ractions sur l'article
 
StephLions69 a critle 21/04/2021 19:53  
Triste constat samked que je partage : il est grand temps que les gens aux manettes s'en aillent et que du sang neuf soit inject le tte de la fd pour reconstruire enfin un hockey digne de ce nom ! Malheureusement nos dirigeants actuels diront que ce n'est pas de leur faute mais celle du COVID tant ils sont imbus de leurs personnes :) !
samked a critle 20/04/2021 08:55  
Intressez-vous la ligue magnus car dans quelques annes, il ne restera plus que a grce lapport des trangers pour reprsenter le hockey sur glace en France. La formation vient de subir deux horribles annes o les futurs lites sont rests jouer PS4 tous les WE. Exits les slections nationales U16, U18. Le foss qui vient de se creuser est aujourdhui trop profond pour que les gnrations 2004, 2005, 2006, 2007, 2008 atteignent lexcellence pour une dizaine dannes.
Aprs le fiasco du mondial en France, la nomination de Bozon et la relgation au mondial qui sensuivit. Les partisans du hockey en France pensaient avoir touch le fond. Il nen tait rien. des individus passionns de reprendre la direction de cette pratique. Ils nont rien perdre, cette fois, elle ne peut plus tomber plus bas. Il ny a plus de patinoires donc plus de licencis. eux de tous reconstruire.
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte whlen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...