Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Paroles d'Arbitres
Hockey sur glace - Paroles d'arbitres n°6 : Les charges illégales
 
Plusieurs types de fautes sont considérés comme des charges illégales du fait de leur dangerosité ou de leur esprit non sportif. Le hockey sur glace est un sport physique et la lutte physique est rigoureusement encadrée. Il est à noter que la tentative et l’acte sont deux notions qui peuvent être punies de la même manière. Nous vous détaillons ici les différentes situations qui font qu’une charge est illégale.
 
 

LES CHARGES ILLEGALES


Ces pénalités sont soumises à l’appréciation et au jugement de l’arbitre. C’est-à-dire que l’arbitre va juger de la sanction à adopter en fonction de la situation : 2’ ou 5’+Mpm (méconduite de match) ou 25’ (Pénalité de match). Au plus l’arbitre jugera la faute dangereuse et inappropriée dans l’esprit sportif, au plus la sanction sera élevée, et cela que le joueur qui subit la faute soit vacillant, blessé ou non. C’est-à-dire que l’arbitre peut juger d’expulser un joueur à la suite d’une faute même si le joueur qui subit cette faute n’est pas blessé. L'arbitre n'est pas là pour sanctionner bêtement mais pour apporter une équité au jeu mais surtout une sécurité aux joueurs. Un joueur rugueux et dangereux pour lui et les autres n'a pas sa place sur un match, qu'il y ait une blessure ou non.
Si le joueur qui subit la faute est blessé, l’arbitre expulsera le joueur fautif et appréciera s'il doit être sanctionné par une pénalité de 5’+Mpm ou d’une Pénalité de Match (25’).
La pénalité de 5’+Mpm consiste en l’expulsion du joueur pour le reste du match et uniquement de ce match (sauf décision contraire de la CIRJ* qui peut être amenée à requalifier la faute selon les éléments dont elle dispose). La pénalité de match consiste en l’expulsion du joueur pour la fin du match et pour au minimum un match ferme de suspension automatique (purgé sur le match suivant). Par la suite, la CIRJ* statuera d'une sanction selon un barème établi et selon les circonstances des faits.



La Charge Incorrecte (Art-522) :
Photographe : Veronyck Legis
Geoffrey Barcelo

- Seul un joueur jouant le palet peut être chargé par un adversaire.
- Un joueur n’a pas le droit de sauter pour charger un adversaire. Il doit garder ses deux patins en contact avec la glace.
- Tout joueur porteur du palet est susceptible d’être chargé à la régulière par un adversaire. Quand le porteur du palet se débarrasse de celui-ci, par une passe ou un tir, un adversaire peut encore charger ce joueur pour autant qu’il soit à une longueur de crosse et de bras tendu au moment du départ de la passe (approximativement 2,5 mètres) : c’est la limite acceptable pour ce que l’on appelle «terminer son pressing». Autrement dit, un joueur peut terminer de charger un adversaire qui vient de se débarrasser du palet du moment qu’il est à une longueur de crosse et de bras tendu. Au-delà de cette limite, une pénalité sera appelée pour «charge incorrecte». Ce qui implique que chaque joueur doit être prêt à se protéger pour subir une charge et ceci qu’il soit porteur ou non du palet (dans la mesure où il vient de s’en débarrasser). On notera qu’il n’y a aucunement une notion de «trois pas d’élan» contrairement aux idées reçues. Un joueur peut prendre autant d’élan qu’il le veut tant que la charge reste correcte et n’entre dans aucune des cases ci-après expliquées et que sa charge n’est pas dangereuse.

La Charge contre la Bande (Art-520) :

Sont appelées «charge contre la bande» toutes les charges qui entraînent une projection de l’adversaire dans la balustrade de manière violente et dangereuse. On ne peut pas projeter un adversaire en le chargeant, il faut accompagner sa charge et son adversaire jusque dans la balustrade, ceci dans le but de réduire au maximum les blessures et traumatismes et en gardant au maximum l’esprit sportif. Il s’agit, lors d’une charge, de se montrer plus fort et plus technique physiquement qu’un adversaire et non plus méchant ou rugueux.

Le Coup de Coude (Art-526) :

Tout joueur qui utilise son coude pour charger un adversaire doit être sanctionné par une pénalité pour «coup de coude» pour autant que le coude ne touche pas directement la tête. Si le coude touche directement la tête, la pénalité appelée sera «Charge à la tête» (expliquée ci-après). Une charge correcte s’effectue avec les épaules à l’aide d’une poussée partant des jambes et en aucun cas d’un coup porté avec la force de son bras ou de son coude.

Le coup de genou (Art-536) :

Tout joueur qui utilise son genou pour charger un adversaire doit être sanctionné par une pénalité pour «coup de genou». Il est interdit de sortir la jambe pour prendre un adversaire de côté. Il est interdit de mettre le genou en avant pour charger un adversaire devant soi. Il est interdit de soulever sa jambe pour charger un adversaire. Toutes ces situations sont pénalisées pour «coup de genou».
Photographe : Fernando De Abreu
Savice Fabre

Le Coupage (Art-524) :

Tout joueur qui se baisse au niveau des genoux d’un adversaire pour le charger sera sanctionné par une pénalité pour «coupage». Une charge correcte s’effectue avec le haut du corps contre le haut du corps de son adversaire. Il en va de même pour un joueur qui se jette dans les patins d’un adversaire et le fait tomber, celui-ci sera pénalisé pour «coupage».

La Charge avec la Crosse (Art-525) :

Tout joueur qui charge un adversaire en s’aidant de sa crosse tenue à deux mains doit être sanctionné par une pénalité pour «charge avec la crosse». S’aider de sa crosse pour charger un adversaire n’est pas considéré comme un effort physique, et encore moins légal.

La Charge sur un Gardien de But (Art-595.B) :

Un gardien ne devient pas une cible du fait qu’il se trouve à l’extérieur de son territoire de but. Une pénalité doit être infligée dans tous les cas où un attaquant entre inutilement en contact avec le gardien en le chargeant ou en le poussant. Les contacts accidentels sont tolérés si l’attaquant fait un effort raisonnable pour éviter un contact inutile. Cette notion reste à l’appréciation de l’arbitre qui jugera sur l’instant de l’effort pour éviter le contact.

La Charge dans le dos (Art-523) :

Un joueur qui charge un adversaire de n’importe quelle façon dans le dos, sans que celui-ci ne l’ait vu venir et n’ait eu l’occasion de se protéger, se verra sanctionné au minimum par une pénalité mineure de 2’, accompagnée d’une pénalité de méconduite (10’). Si le joueur qui est chargé dans le dos s’est retourné volontairement en présentant son dos avant la charge ou s’attendait à être chargé, le joueur «fautif» ne sera pas forcément sanctionné.
L’arbitre appréciera la situation et la charge et peut infliger : 2’+10’ ou 5’+Mpm ou PM (25’) en fonction de la violence et de la dangerosité de celle-ci.
Si le joueur qui subit la charge dans le dos est blessé, l’arbitre infligera une Pénalité de match au joueur fautif.

La Charge à la Tête (Art-540) :

Un joueur qui charge un adversaire directement dans la zone de la tête ou de la nuque à l’aide de sa crosse, de son coude ou de toute autre partie de son corps, se verra sanctionné au minimum par une pénalité mineure de 2’, accompagnée d’une pénalité de méconduite (10’).
L’arbitre appréciera la situation et la charge et peut infliger : 2’+10’ ou 5’+Mpm ou PM (25’) en fonction de la violence de celle-ci. Il s'agit encore une fois pour l'arbitre de juger la dangerosité et l'esprit non sportif du joueur fautif.
Si le joueur qui subit la charge dans le dos est blessé, l’arbitre infligera une Pénalité de match au joueur fautif.
Un joueur qui charge un adversaire avec son coude au niveau du plexus et qui, dans son mouvement, remonte au niveau de la tête, la pénalité appelée sera : coup de coude. La charge n’est pas directement portée à la tête.

- Hockey Féminin : Charge avec le corps (Art-541)

Toute joueuse de hockey féminin qui charge directement une adversaire avec son corps se verra infliger une pénalité mineure (2’) ou une pénalité majeure (5’+Mpm) pour «Charge avec le corps». En hockey féminin, la charge est interdite mais le serrage est autorisé. La différence est que dans la charge il y a une notion de frapper alors que dans le serrage il y a une notion de pousser le long de la balustrade. Les joueuses peuvent pousser et non frapper.



Il est à noter cependant que ce n'est pas parce qu'un joueur se blesse sur une situation de faute que la pénalité de match sera appelée à l'encontre du joueur fautif. Il faut que la charge en elle-même cause la blessure pour qu'une pénalité de match soit appelée. Si un joueur fait trébucher un adversaire et que celui-ci glisse dans la balustrade et se fait une entorse du genou dans la balustrade, la blessure n'est pas considérée comme due à la faute, la faute n'avait pas pour intention de blesser et la pénalité de match ne sera pas appelée.

Chaque situation est unique, chaque fait de jeu est unique, chaque jugement est unique et il n'y a pas deux situations qui se ressemblent et comparer deux sanctions sur deux charges différentes n'a pas de sens ni de cohérence. Les situations de charges ne peuvent pas aboutir sur un désaccord technique entre deux parties, ce ne sont pas des fautes techniques mais des fautes de jeu soumises à une interprétation d’un seul protagoniste : l’arbitre. L’arbitre, seul garant de l’objectivité, juge la situation en fonction du match et de l’état d’esprit de celui-ci, un avis et un jugement contraires ne portent aucune valeur. Rappelons que les arbitres ont une demi-seconde pour voir la charge, juger de la dangerosité de celle-ci et de ses conséquences...

*CIRJ : Commission d’Infractions des Règles de Jeu



ARTICLES PRECEDENTS



INTERVIEWS

 
 
Lieu : Commission Nationale d’ArbitrageChroniqueur : Fabrice Hurth et Nicolas Crégut
Posté par Christian Simon le 01/12/2011 à 13:22
 
© 2018 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...