trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Ligue Magnus
RENFORTS ÉTRANGERS : CANADA OU EUROPE ?
 
Quel style de renfort étranger est réellement le plus performant dans le championnat de France, surtout dans la Ligue Synerglace Magnus ? Canadien ou européen ? Tristan Alric, créateur de la Coupe Magnus, se penche sur le choix du type de joueur que doivent effectuer chaque saison les dirigeants des clubs français et explique le changement important qui s’est produit dans ce domaine ces dernières décennies.
 
Media Sports Loisirs, Hockey Hebdo Tristan Alric le 21/01/2022 à 11:30
Tribune N°44

 
- RENFORTS ÉTRANGERS : CANADA OU EUROPE ? -
 
Le recrutement des renforts étrangers reste toujours un choix stratégique très important pour nos clubs de hockey sur glace. Pour la simple raison qu’ils n’ont pas un nombre suffisant de joueurs français de haut niveau qui veulent rester dans l’hexagone pour pouvoir composer des équipes compétitives. Jusqu’en 1989, date de l’effondrement du bloc communiste, la seule alternative était de faire venir en France des renforts nord-américains en très grande majorité canadiens. Leur recrutement était d’autant plus évident qu’ils jouissaient d’une grande réputation puisque on sait que c’est leur pays qui a inventé le hockey sur glace pour en faire un sport national érigé en véritable religion. De plus, les hockeyeurs originaires de la province du Québec avaient le grand avantage de posséder souvent la double nationalité franco-canadienne, ils avaient donc une langue commune avec la nôtre.


Mais après la disparition du « rideau de fer » communiste, puis l’arrêt Bosman survenu en 1995, on assista à l’ouverture des frontières de tous les pays du vieux continent et notamment ceux de l’est de l’Europe. Du coup, la source de recrutement des renforts étrangers a radicalement changé car l’offre s’est considérablement élargie. La conséquence immédiate fut la nécessité d’un questionnement stratégique pour tous nos entraîneurs car ces derniers se sont alors interrogés : vaut-il mieux choisir des renforts canadiens ou ceux venus d’Europe ?
En effet, à l’époque la théorie était de dire que les hockeyeurs canadiens, avec leurs patinoires plus étroites et leur caractère intrépide, pratiquaient un jeu surtout individuel axé avant tout sur l’attaque à outrance pour marquer des buts.
En revanche, les hockeyeurs européens, notamment les Russes, les Tchécoslovaques et les Suédois, pratiquaient un style de jeu beaucoup plus discipliné et surtout plus collectif. Du coup, pour former leurs lignes, nos entraîneurs ont eu tendance, dans un premier temps, à recruter, par pragmatisme et tactique, plutôt des renforts canadiens en attaque et des renforts européens en défense.

Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus - RENFORTS ÉTRANGERS : CANADA OU EUROPE ?

Mais avec l’arrivée progressive dans le circuit professionnel nord-américain de la NHL d’un plus grand nombre de joueurs européens, et du fait aussi que les championnats du monde, comme les Jeux olympiques, se disputent sur des patinoires aux dimensions plus larges, cette différence de style de jeu entre nord-américains et européens s’est peu à peu estompée au point que le hockey sur glace pratiqué partout dans le monde est devenu désormais moins contrasté et plus homogène.
Pour bien comprendre la raison de cette évolution, il faut se rappeler par exemple qu’au mois d’octobre 1995, le club des Red Wings de Détroit, dirigé par le coach légendaire Scotty Bowman, avait créé la sensation en recrutant pas moins de cinq renforts russes ce qu’aucune autre équipe de la NHL n’avait encore fait à l’époque ! Un événement inédit qui a inspiré plus tard le documentaire « The Russian Five » réalisé par Joshua Riehl en 2018 et qui a forcé à partir de ce jour le hockey nord-américain à se remettre en question et à modifier sa manière de jouer pour devenir moins individualiste.


Mais comme la France n’est pas le pays de destination le plus attractif pour les hockeyeurs étrangers de haut niveau, nos clubs se sont souvent contentés de recruter, faute de mieux, soit des renforts « touristiques » peu onéreux, soit des joueurs universitaires ou des professionnels en fin de carrière.
Toutefois, un club comme Reims par exemple, a été plus ambitieux et a inauguré un nouveau marché en faisant appel lui-aussi pour la première fois à des renforts venus de l’Europe l’est. En effet, lors de la saison 1989-1990, le club de la Marne, qui fut repêché de justesse à la suite du forfait de Gap, réalisa enfin son rêve d’évoluer dans le championnat de la Nationale 1A (Ligue Magnus aujourd’hui). Le célèbre président de Reims, le regretté Charles Marcelle, profita de cette opportunité de promotion pour frapper un grand coup en alignant pour la première fois dans son équipe élite trois renforts russes : Sergueï Gorbouchine, Sergueï Toukmatchev et l’entraîneur-joueur Vladimir Kovin. Ce fut une révolution de palet à l’époque !


On a assisté par la suite dans le championnat de France, surtout élite, à des « modes » successives de recrutement grâce à des filières privilégiant, selon les périodes et des contacts particuliers des clubs, tel ou tel type de pays. Mais on ne peut pas toutefois parler de flux important ou de véritable vague en faveur d’une nationalité en particulier. Car le critère qui a été souvent pris en compte au début par nos clubs ce fut la communication élément indispensable dans une équipe. Dans ce but, ils préféraient s’attacher les services de renforts - et surtout de coaches - qui puissent si possible comprendre et parler le français. Cela afin d’éviter des incompréhensions et des tensions. Toutefois, on se rend compte que de nos jours l’usage de la langue anglaise est devenu chose courante dans les vestiaires et même pendant les entraînements et les matches. Un renoncement d’assimilation linguistique en défaveur du français que je regrette beaucoup personnellement. Et pourtant, je suis très anglophile et modestement bilingue !

Je me souviens par exemple que dans l’équipe d’Amiens, c’est le joueur français d’origine russe Sacha Kalisa qui servait de traducteur à l’entraîneur-joueur Vladimir Zubkov en 1990 avant que celui-ci parvienne à maîtriser tant bien que mal notre langue. Même chose en équipe de France lorsque le suédois Kjell Larsson a été nommé entraîneur national en 1986. Comme il ne savait pas encore parler français, c’est son fidèle adjoint Marc Peythieu qui traduisait ses explications aux joueurs tricolores. Plus tard, c’est James Tibetts qui se chargea du rôle d’adjoint-traducteur lorsque le célèbre coach américain Herb Brooks dirigea provisoirement les Tricolores en 1998.


Quoi qu’il en soit, le choix apparemment cornélien, entre deux styles de jeu – nord-américain et européen - que l’on prétendait hétérogènes, ne pose plus de problème avec autant d’acuité de nos jours avec une homogénéisation internationale de la pratique du hockey. Ce n’est donc pas en priorité le modèle de jeu qui préoccupent désormais les responsables de nos clubs mais plutôt les avantages économiques que peuvent avoir le recrutement de certains renforts étrangers.
Si de nombreux jeunes hockeyeurs finlandais, suédois ou tchèques évoluent dans les équipes du championnat de France, c’est uniquement parce que ce sont par exemples des étudiants ou des « mercenaires » qui prennent une période sabbatique pour voyager et acceptent des conditions financières plus modestes très avantageuses pour les clubs français, surtout les moins fortunés. En d’autres termes, ce sont les contraintes budgétaires ou à l’inverse l’aisance financière qui permettent un recrutement particulier en tenant compte du quota d’étrangers imposé dans nos divers championnats.

Photo hockey Ligue Magnus - Ligue Magnus - RENFORTS ÉTRANGERS : CANADA OU EUROPE ?
En 1995, le club NHL des Red Wings de Détroit avait créé la sensation en recrutant pas moins de cinq renforts russes : Sergei Fedorov, Slava Kozlov, Vladimir Konstantinov, Slava Fetisov et Igor Larionov.

Le Canada restant malgré tout une référence, ce n’est pas sans raison si le plus grand nombre de renforts canadiens qui évoluaient au début de cette saison dans la Ligue Magnus se trouvaient d’abord à Angers (10) puis à Rouen (8). Suivaient ensuite Bordeaux et Mulhouse (7) tandis que Grenoble ainsi qu’Amiens ont préféré se contenter de la moitié de renforts d’origine canadienne dans leur effectif étranger autorisé (5). En revanche, les autres clubs de l’élite ont misé plutôt sur des renforts venus d’Europe avec un total impressionnant de huit slovaques par exemple à Briançon qui bénéficie de sa propre filière. Les autres équipes en lice ont opté pour des mélanges plus égaux de renforts ayant la nationalité tchèque, finlandaise, suédoise, biélorusse ou encore lettone.


Pour le hockey sur glace français, le style de jeu de ses renforts étrangers n’est donc plus le critère prioritaire dans le recrutement compte-tenu, je l’ai déjà dit, de l’homogénéisation de la pratique de ce sport au niveau international. Même si les joueurs canadiens restent malgré tout intrinsèquement dans leur ADN des « Francs-tireurs » et bénéficient toujours d’une plus grande attention. On s’en rend compte avec la composition de l’équipe d’Angers et celle de Rouen comme je l’ai dit. Mais en général, le seul véritable problème qui préoccupe les responsables de nos clubs, c’est de savoir - en l’absence de véritable choix philosophique du jeu - quel sera le recrutement de renforts étrangers le moins onéreux et le plus rentable sportivement. Pour la majorité de nos dirigeants, c’est donc le rapport qualité-prix qui rentre finalement le seul en compte. A charge pour les entraîneurs de trouver ensuite une bonne alchimie entre les différentes nationalités qu’ils ont dans leurs effectifs.
 

 


Depuis plus de quarante ans Tristan Alric a été l’acteur et le témoin privilégié de l’évolution du hockey sur glace en France. D’abord comme joueur puis comme arbitre. Ensuite, en devenant le journaliste spécialiste du hockey sur glace dans le quotidien sportif L’Equipe pendant plus de vingt ans. Auteur de nombreux livres et d’une récente encyclopédie qui font référence, Tristan Alric a marqué également l’histoire du hockey français en étant le créateur de la Coupe Magnus et des divers trophées individuels. Avec un tel parcours, il est donc bien placé pour avoir une analyse pertinente sur notre sport favori. Le site Hockey Hebdo est donc heureux de lui permettre de s’exprimer régulièrement dans cette rubrique.

 
 
© 2022 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Réactions sur l'article
 
sam ouraille a écritle 23/01/2022 à 22:36  
Sauf qu'entre temps il y a eu l'arrêt Bosman et pas que pour le hockey, tous les sports collectifs doivent s'adapter ; le problème central c'est le manque de top players en France alors évidemment ça serait bien de réduire le nombre de joueurs étrangers de 10 à 6 mais il faudrait trouver 4 JFLs de qualité en plus par équipe et sur 12 équipes en Magnus cela fait 48 joueurs alors que l'on manque de talents en équipe de France, chercher l'erreur ! il faudrait des centres de formation performants dans beaucoup de clubs et de l'argent! pas simple
Crew007 a écritle 23/01/2022 à 21:54  
Il y a vingt ou trente ans, quand on avait le droit à un, deux ou trois étrangers, on en cherchait des vraiment bons, qui étaient réellement bien payés et choyés.
Aujourd’hui, quand on en a dix dans une équipe, voire plus avec un ou deux qui restent en tribune, on paye la plupart avec des sucettes et on les met par quatre dans un même appartement meublé. Forcément, on n’a pas les meilleurs, plus généralement au mieux du niveau de l’ECHL. Les anciens AHL sont plus rares, les anciens NHL encore plus, mais ceux là sont généralement assez âgés.
Personnellement, je préconiserais, comme Tristan Alric l'a déjà proposé dans une de ses tribunes,la réduction progressive à cinq ou six étrangers maximum dans la ligue Magnus, dont aucun gardien.
sam ouraille a écritle 23/01/2022 à 10:48  
" la France n'est pas le pays le plus attractif pour les hockeyeurs étrangers de haut niveau" quand va
t-on arrêter ce débat stérile et opposer les JFLs et les expatriés? si une équipe veut être compétitive elle doit être façonnée avec différentes nationalités comme dans tous les sports collectifs de haut niveau. C'est quoi le niveau de la France chez les séniors et les jeunes? ils ne jouent pas en élite , ils ne font pas partis des meilleurs et la défaite contre la perfide Albion est encore dans toutes les têtes alors que l'on pensait la défaite impossible contre eux! Une équipe se doit d'être compétitive pour satisfaire et fidéliser le public et tout ce qui gravite autour du club ( sponsors etc..)
on fait jouer ceux qui peuvent apporter une plus-value à l'équipe pour gagner et non pas certains JFLs qui n'ont pas le niveau; on construit une équipe avec une certaine homogénéité et c'est que comme ça que l'on peut réussir à obtenir des résultats. Se focaliser uniquement sur les Français n'a pas de sens, c'est même un contresens
alors oui renforçons nos équipes avec des expatriés pour tirer nos clubs vers le haut .
Fildor a écritle 22/01/2022 à 12:46  
J’aime beaucoup vos articles mais s’il vous plaît, puisque vous aimeriez que les choses changent, faites attention à certains mots ou expressions que le hockey français a petit à petit détourné de leur sens.
Avant d’avoir des renforts d’étrangers, il faudrait avoir des équipes de français (que l’on pourrait donc renforcer). Or, il n’y en a pas. Il n’existe que des équipes d’étrangers (recrutés pour beaucoup sans les avoir vus jouer) qui sont obligées de prendre des français et de les faire jouer un peu. Si le club ne parvient pas à les faire jouer assez, il a le droit de les envoyer dans des équipes de divisions inférieures pour remplacer d’autres français qui par conséquent se retrouvent dans les tribunes.
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...