trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Tribune libre de Tristan Alric
Hockey sur glace - 55 / LE PROGRAMME TRÈS AMBITIEUX DE GERBEAU
 
Tristan Alric, créateur de la Coupe Magnus, résume les principales mesures innovantes que compte mettre en œuvre Pierre-Yves Gerbeau, le président de la FFHG, suite à l’élection de sa liste lors de la récente assemblée générale.
 
 

Tribune N°55

 
-  LE PROGRAMME TRÈS AMBITIEUX DE GERBEAU  -
 
Ce n’est pas sans raison si Pierre-Yves Gerbeau avait choisi le mot « ambition » pour présenter le programme résolument novateur qu’il compte appliquer avec sa nouvelle équipe de dirigeants fédéraux. Ce cinquième comité directeur dans l’histoire de la FFHG depuis sa création en 2006, composée de vingt candidats (pour moitié nouveaux élus), a été approuvé sans surprise lors de l’assemblée générale élective qui s’est déroulée le samedi 18 juin dans l’Aren’Ice de Cergy.
En effet, l’ancien hockeyeur international, devenu un homme d’affaire reconnu au Royaume Uni, qui est un orateur redoutablement efficace quand il s’agit de faire un bilan à la fois clair sans concession, a fait preuve de réalisme. Il a visiblement séduit son auditoire en annonçant, lors d’un discours d’intronisation volontariste et surtout très détaillé, ce qui devrait être une véritable révolution de palet pas moins que ça s’il est réellement appliqué.

Après avoir obtenu un large soutien de l’assemblée qui n’avait il est vrai comme choix qu’une seule liste (351 voix pour, 73 abstentions, 24 nuls et 17 contre), l’ex-président par intérim, désormais pleinement investi dans son rôle de leader, a d’abord expliqué sans langue de bois le contexte actuel fragile de notre discipline. A savoir que dans le contexte financier très difficile consécutif à la pandémie du Covid, le hockey sur glace français devra « se refaire la cerise », selon les propres termes imagés de Pierre-Yves Gerbeau car notre sport va redémarrer avec un budget prévisionnel négatif de 148 000 euros qui pourra cependant se réduire, voire se combler, à l’issue des six mois de l’année civile qui restent.

Mais Pierre-Yves Gerbeau a tenu à rassurer tout le monde en précisant : « Nous avons heureusement des fonds propres en garantie. De plus, le prêt de 500 000 euros que la Fédération internationale nous avait octroyé après le Mondial de Paris en 2017, afin de combler le déficit, vient d’être complètement remboursé sur cinq ans. » Le successeur de Luc Tardif n’a pas manqué de souligner également que la FFHG a pris volontairement un risque de trésorerie important pour aider financièrement tous les clubs grâce à un plan de soutien et de relance qui s’est élevé à plus d’un million d’euros. « Croyez-moi ce n’est pas rien car le budget de la fédération s’élève seulement à un peu plus de six millions ! » a-t-il fait remarquer.

Une fois les représentants des 67 clubs présents rassurés (sur un total de 118), le président a voulu « briser la glace » en annonçant les actions prochaines tous azimuts qu’il compte lancer avec les membres de son comité et qui devraient donner un nouvel élan au hockey sur glace français.
L’innovation qui a retenu le plus l’attention et qui a visiblement séduit l’assemblée générale fut la décision encore inédite que tous les membres du Comité directeur nouvellement élus auront désormais l’obligation d’être chacun en relation directe et permanente avec un groupe de cinq clubs déterminés à l’avance. Ainsi donc les vingt élus couvriront de ce fait peu ou prou presque la totalité des clubs français (20 fois 5) qui ne cessaient de demander une plus grande proximité fédérale.

Pierre-Yves Gerbeau a par ailleurs annoncé une importante série de mesures structurelles comme par exemple la remise à plat de tous les championnats, une réflexion en profondeur de l’arbitrage, une meilleure reconnaissance et valorisation des bénévoles, et la création d’un comité d’athlètes sous l’initiative de l’internationale Lore Baudrit. Mais aussi une action pour développer le hockey sur glace dans les « déserts » français en trouvant de nouveaux territoires puisque notre pays ne compte qu’une patinoire pour 600 000 personnes, ou encore comment mieux accompagner également les clubs pour la formation des joueurs qui reste un problème sensible dans notre discipline. Toutes ces mesures seront à l’évidence un sacré défi dans leur application !

Pour bien faire mesurer l’ampleur de la tâche qui attend les nouveaux élus, Pierre-Yves Gerbeau a martelé que son comité directeur s’engageait fermement à « faire bouger les lignes » n’hésitant pas à dire devant l’assemblée qu’il allait recentrer les activités institutionnelles notamment celle de la Direction Technique Nationale pour la « révolutionner ».
Enfin, l’ancien international a tenu à parler d’un projet humain qui lui tiens particulièrement à cœur et qui sera l’un des piliers porteurs de sa mandature à savoir agir tous ensemble dans le hockey sur glace français pour revenir aux valeurs de base indispensables et souvent malmenées qui sont : le respect, la tolérance, le courage, l’esprit d’équipe, l’écologie, la féminisation, le refus du racisme et des violences sexuelles.

Bref, à l’issue de cette assemblée générale élective, où Pierre-Yves Gerbeau a tenu à saluer l’action exemplaire et le travail de fondation « historique » accompli par Luc Tardif lors de ses quatre mandats successifs, on a eu le sentiment qu’une page se tourne désormais tout en ne reniant pas le passé. Avec la volonté manifeste des nouveaux élus d’appliquer une autre politique pour tenter de redonner un nouvel élan au hockey sur glace français. Acceptons-en l’augure ! Mais, j’ose espérer que ce programme baptisé « Ambition » ne sera pas qu’un simple slogan de campagne et se concrétisera rapidement et durablement par des actions vraiment concrètes.

Pour conclure, j’ajoute que le vendredi soir, veille de l’assemblée générale, le nouveau président de l’IIHF, Luc Tardif, a été officiellement intronisé en sa présence dans le Temple de la Renommée de la FFHG, une fédération qu’il a créé puis dirigé sans interruption depuis 2006. Afin de le remercier de manière marquante et unique pour « l’ensemble de son œuvre », en tant que joueur vedette du championnat de France élite puis comme haut dirigeant national, la fédération avait décidé que Luc Tardif, visiblement très touché par cette décision, serait la seule et unique personnalité élu cette saison (contre cinq habituellement) dans le panthéon de notre sport. Par ailleurs son nom a été donné désormais au vestiaire de l’équipe de France.
 Le moment le plus émouvant de cette cérémonie fut lorsque Luc Tardif fit venir auprès de lui sur l’estrade sa fidèle épouse Dalila et qu’il expliqua, au bord des larmes, que sans elle à ses côtés depuis plus de 46 ans, il aurait été incapable d’accomplir un tel parcours de vie.

 



Depuis plus de quarante ans Tristan Alric a été l’acteur et le témoin privilégié de l’évolution du hockey sur glace en France. D’abord comme joueur puis comme arbitre. Ensuite, en devenant le journaliste spécialiste du hockey sur glace dans le quotidien sportif L’Equipe pendant plus de vingt ans. Auteur de nombreux livres et d’une récente encyclopédie qui font référence, Tristan Alric a marqué également l’histoire du hockey français en étant le créateur de la Coupe Magnus et des divers trophées individuels. Avec un tel parcours, il est donc bien placé pour avoir une analyse pertinente sur notre sport favori. Le site Hockey Hebdo est donc heureux de lui permettre de s’exprimer régulièrement dans cette rubrique.

 
 
Lieu : Media Sports LoisirsChroniqueur : Tristan Alric
Posté par Christian Simon le 17/06/2022 à 11:27
 
© 2023 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
StephLions69 a écritle 28/09/2022 à 16:14  
Ambitieux ???? Mais quoi de nouveau ???
Pas grand-chose à mon avis.
1°) un état financier déplorable et prendre la crise sanitaire comme source de cet état est au mieux une tentative de masquer la vérité, au pire un gros mensonge. Car l'état des finances de notre sport et de ses clubs est difficile depuis bien longtemps et n'a pas attendu le COVID pour être en mauvaise posture. La crise sanitaire n'a fait que renforcer son côté fragile.
2°) Les membres du Comité directeur en lien avec 5 clubs. Mais qu'est-ce que cela va changer. On a l'impression d'une mise sous tutelle. Ce que demandaient les dirigeants de clubs c'est une meilleure communication, plus efficace et transparente et pas une chaperon. Sauf si l'objectif affiché est de les surveiller un peu plus dans leur communication et velléités d'indépendance sur ce point et donc de critiques des décisions fédérales.
3°) Pierre-Yves Gerbeau a par ailleurs annoncé une importante série de mesures structurelles comme par exemple la remise à plat de tous les championnats, une réflexion en profondeur de l’arbitrage, une meilleure reconnaissance et valorisation des bénévoles, et la création d’un comité d’athlètes sous l’initiative de l’internationale Lore Baudrit. Que de magnifiques vœux pieux ! Ce ne sont pas les championnats qui sont à remettre à plat mais les décisions de nos dirigeants et leurs cadres juridiques pour éviter les flous, contestations et décisions qu'on peut juger arbitraires.
Pour ce qui est de l'arbitrage, une réflexion ! Mais il y a longtemps qu'elle aurait dû commencer et on devrait avoir les actions en place. M. Gerbeau n'était-il pas dans l'ancienne équipe ? Que va t'il changer maintenant ? Nos arbitres sont trop peu nombreux, pas assez reconnus et pas assez formés. Résultat pas un seul de sélectionné pour les grands rendez-vous. Sans parler des problèmes sexistes rencontrés par celle qui fut la meilleure de nos arbitres. M. Gerbeau où en est la réflexion alors lancée par votre prédécesseur suite à cette affaire ?
4°) Mais aussi une action pour développer le hockey sur glace dans les « déserts » français en trouvant de nouveaux territoires puisque notre pays ne compte qu’une patinoire pour 600 000 personnes... Ah la vieille marotte de Luc Tardif reprise par M. Gerbeau. Quand je vous dis que cette direction est la digne héritière de la précédente. Comment développer le hockey ? Allons construire des patinoires là où il n'y en a pas voyons ! Comme si toutes les petites villes de France voulaient construire des équipements coûteux à construire et à entretenir et en pleine "crise énergétique" et face aux défis climatiques ! Mais est-ce bien sérieux ? Non pour développer le hockey il faut donner envie aux jeunes. Pour cela il faut rendre ce sport plus accessible (car coûteux soyons honnête pour bien des familles) et plus attractif (un championnat et des clubs performants et une équipe nationale à la hauteur allant chercher des résultats). Dans la petite ville d'origine de ma famille en Isère, on aime le hockey grâce aux brûleurs de loups mais le dimanche on met les enfants au rugby car même s'il y avait une patinoire, le rugby est moins cher à pratiquer et on a aussi en mémoire des clubs comme le FCG (Grenoble) et Bourgoin-Jallieu, et les gamins rêvent des résultats de l'équipe nationale ou d'illustres anciens.
5°) Enfin, l’ancien international a tenu à parler d’un projet humain qui lui tiens particulièrement à cœur et qui sera l’un des piliers porteurs de sa mandature à savoir agir tous ensemble dans le hockey sur glace français pour revenir aux valeurs de base indispensables et souvent malmenées qui sont : le respect, la tolérance, le courage, l’esprit d’équipe, l’écologie, la féminisation, le refus du racisme et des violences sexuelles.
Quel beau catalogue de nobles idées ! Mais concrètement, cette nouvelle équipe pas si nouvelle car issue de l'ancienne, que va-t-elle faire de plus sur ces sujets ?
6°) Pour finir et bien marquer la filiation entre les deux équipes et l'héritage de M. Tardif, M. Gerbeau l'a intronisé au temple de la renommée. Ce qui me donne l'impression qu'on est reparti pour un tour avec les mêmes à l'exception d'un seul parti sous d'autres cieux.
Personnellement je jugerai sur pièce donc sur les actes et résultats et ne fait pas de procès d'intention. Mais mon impression première reste bien négative. Nous ne sommes pas prêts de voir en France un Hockey fort et reconnu si on continue comme ça.
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...